actuellecd

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no. 58, February 1, 2000

Voulez-vous enfin découvrir la vraie genèse du flamenco? Savoir pourquoi Marcelle Hedon ne sait pas chanter, meme si parfois ça lui arrive? Voulez-vous connaitre la veritable histoire de Jean Baribeau? Savoir où est passé le malin petit lutin? Bref êtes-vous tenté par le déraisonnable? Si oui, allez donc faire un tour du côté de chez Papa Boa et de son grand cirque du non sens. Collages, rafistolages, montages, le studio d’enregistrement devient lieu de création et d’expérimentation; Ies pistes se chevauchent, se mixent, se mélangent et forment un kaléidoscope insaisissable. La richesse de Papa Boa saute d’emblée aux oreilles: les paroles sont incompréhensibles (La mer à boire), Ies guitares sont chaufféees à blanc (Un lutin), Ie sax s’énerve souvent (Champêtre), la variété devient innovante (Sango), Burroughs déboule dans une étrange et acide rengaine technoïde obsédante (W. B. est mort). Véritable objet pedagogique de l’absurde, OVNI perturbateur, Tête à queue ne se laisse enfermer dans aucune sphère musicale. Libre donc! Mutin et lutin!

Tête à queue ne se laisse enfermer dans aucune sphère musicale.