actuellecd

Aboutissements

François Tousignant, Le Devoir, March 24, 2003

Le concert commence par une sorte de magnifique raga pour l’orage du soir. Voilà comment on pourrait le mieux qualifier ces trente minutes d’aparanthesi A, de John Oswald. Une «note» de piano manipulée dans tous les registres, de l’extrême grave au suraigu en constitue la toile de fond. Sur ce drone (faux-bourdon), varié dans son émission et son traitement comme dans ses prolongations mobiles dans l’espace, se dessinera un orage, un vrai. La pluie tombe et s’égoutte, la turbulence passe. Au ruissellement s’adjoint l’accompagnement de timides oiseaux et d’une symphonie de grillons, du murmure du ruisseau. La nuit tombe, la musique s’efface lentement, on quitte la réalité pour le rêve. Une indescriptible poésie émane de cette simplicité finement ouvragée, d’une inspiration raffinée et sensible. Oswald, refusant la simplicité et la complaisance, allie le travail atmosphérique et l’intériorité du partage d’une expérience intime.

Le Tremblement de terre très doux, de François Bayle, est un classique. Plus de vingt ans après sa conception, l’œuvre se montre toujours aussi solide. Le typification du matériaux fait penser aujourd’hui à des zones thématiques d’exposition, de variations, de développements et même de superposition finale des matériaux. La diffusion qu’en fait Stéphane Roy met l’accent à la fois sur la structure et sur la vibration significative qu’entretiennent les divers éléments. Même si on entend des sonorités d’avant le numérique, l’art de leur utilisation reste d’une provocante actualité.

… une sorte de magnifique raga pour l’orage du soir.