actuellecd

Blog

Focus Québec — Planètes connues

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no. 124, June 1, 2020
Monday, July 6, 2020 Press

En ces jours de confinement, tous les médias et réseaux sociaux nous ont fait part des libertés nouvelles reconquises par les animaux sauvages dans les espaces anthropisés et notamment les villes: le castor fait partie de ces créatures. Depuis 1998 et Mets ta langue, année de sa dernière apparition (et notre crainte de devoir le compter dans les espèces menacées), il n’a en fait rien perdu de sa truculence. Tout juste s’était-il caché «Sous la couverture», à laquelle peut-être il voulait «Confier sa nudité», attendant «Vos caresses», «Se dépouillant», «Dans la joie l’amour». Là, vous vous dites: «Tu m’ dis ça», mais «Si tu le veux», je vais «Manier ta manière» en sa Compagnie, dans laquelle se trouvent Joane Hétu, Diane Labrosse, Pierre-Yves Martel, Jean Derome et Pierre Tanguay. «On va s’la couler»… tout en s’extasiant des trouvailles, des gags sonores et surtout des textes.

Focus Québec — Planètes connues

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no. 124, June 1, 2020
Monday, July 6, 2020 Press

L’auditeur peut se plonger ici dans un environnement sonore étonnant. Il s’agit certes de piano (parfois à quatre mains, son créateur, Philippe Lauzier y étant secondé par Belinda Campbell), mais surtout d’un croisement avec des fils suspendus, inspiré du métier à tisser: non pas un piano «inside», mais un piano «outside». En somme, cette installation sonore offre une sorte de condensé entre le piano préparé et les longs strings, instruments chers à Paul Panhuysen ou Ellen Fullman. Sans doute aussi intéressant du point de vue visuel, qu’on peut apprécier ici: https://www.youtube.com/watch?v=b0NkZHH8hJQ

Focus Québec — Planètes connues

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no. 124, June 1, 2020
Monday, July 6, 2020 Press

La compositrice Ana Sokolović, native d’une Serbie qu’elle a quittée au début de la guerre civile yougoslave et désormais canadienne, a déjà croisé le Quatuor Bozzini pour l’enregistrement de sa pièce «In Between», dans un album collectif consacré au gamelan, Higgs Ocean. Et l’une de ses œuvres fut aussi jouée par la pianiste Brigitte Poulin, déjà pour le compte de la Collection QB (0805). Le Quatuor, qui offre régulièrement des monographies consacrées aux compositrices et compositeurs canadien.ne.s (Simon Martin, Christopher Butterfield, Michel Gonneville) a donc jeté son dévolu sur elle et quatre de ses pièces, chacune inspirée par les arts visuels, théâtraux ou cinématographiques. «Ghost 1» et «Ghost 2» s’appuient sur des sculptures exposées lors de la biennale 2015-2017 à l’espace Forget par Verina Baxter et Klaus Duschat; «Blanc dominant» s’inspire d’une œuvre picturale de Guido Molinari; «Troisième Page après le soleil» évoque un court-métrage de Théodore Ushev (https://www.youtube.com/watch?v=Iki9rjmCp3U). Et la pièce centrale, déclinée en dix parties, se rapporte à dix personnages de la Commedia dell’arte; des sources d’inspiration propres à diversifier le jeu des musiciens et les climats sonores proposés: l’allant du «Capitaine», la douceur circonspecte de «Colombine», l’assurance du «Docteur», les malices de «Brighella», l’enjouement des Amoureux trouvent vie, tandis que l’interprétation de «Troisième Page…» traduit davantage le caractère méditatif de la compositrice que les œuvres du peintre. Un univers plaisant pour l’auditeur…

Focus Québec — Planètes connues

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no. 124, June 1, 2020
Monday, July 6, 2020 Press

Deux ensembles, dont le nombre de participants peut varier, et dont certains gravitent dans les deux! Créé à la veille du présent millénaire, l’Ensemble SuperMusique rassemble une vingtaine de musiciens, compositeurs, interprètes de la scène de Montréal. Si l’ossature est formée essentiellement des musiciens du collectif D.A.M.E., il en agrège d’autres encore selon les projets, avec à la clef un album tous les quatre ans (l’année 2016 connut toute foi deux productions, Jeux de Pistes et Les Accords intuitifs). Si les compositions des premières productions émanaient surtout des membres fondateurs (Derome, Tétreault, Roger, St-Onge, Hétu), l’ensemble s’évertue aussi à interpréter des compositions issues de la musique contemporaine établie (Tempest de John Rea, par exemple). Avec Voir dans le vent qui hurle les étoiles rire, et rire, l’ensemble s’attache à une seule œuvre et à un seul compositeur, et pas n’importe lequel Symon Henry est en effet un personnage assez singulier, qui dans ses compositions use des arts visuels en proposant des partitions faites de dessins (168 pages en ce qui concerne cette œuvre), en s’inspirant de Cornelius Cardew et de quelques pratiques plus actuelles comme celle de Jennifer Walshe, et en laissant aux interprètes le choix d’user de techniques non conventionnelles dans leur jeu instrumental. Si la pièce avait été préalablement interprétée (en 2016) par l’Orchestre symphonique du Québec, elle trouve sa véritable dimension avec cette version proposée par l’Ensemble SuperMusique, sous la direction de Danielle Palardy Roger, lors de l’exposition de l’œuvre graphique, un écran projetant celle-ci pour permettre au public de la suivre… Le Ratchet Orchestra, plus vieux que l’Ensemble SuperMusique de presque une décennie, rassemble aussi compositeurs, interprètes et improvisateurs de la scène montréalaise (quoiqu’accueillant aussi un musicien originaire de l’Ouest canadien, Josuah Zubot). Il est dirigé par Nicolas Caloia, par ailleurs contrebassiste et principal compositeur de l’orchestre (comme dans ce Coco Swirl), même si à l’occasion il peut se mettre au service d’un autre compositeur (Malcolm Goldstein, in Soweto Stomp, cf. R&C No. 109). Une dizaine de titres, dont une suite en six parties [«Before Is After»] concluant l’enregistrement, offre à certains instrumentistes l’occasion d’œuvrer en petites formations (notamment dans les deux premiers titres), mais ces interventions sont ponctuées voire dramatisées par l’ensemble avec des stridences et certains effets bruitistes faisant naviguer l’auditeur entre différents climats, parfois presque contemplatifs, avant de s’aventurer vers des terrains plus angoissants. L’orchestre emprunte les chemins d’un jazz improvisé expérimental, souvent proche de l’écriture contemporaine, dans une approche toutefois un peu plus aisée que celle de Symon Henry.

Review

Normand Babin, Néomémoire, June 25, 2020
Monday, June 29, 2020 Press

What is retro futurism if not a way of seing the future holding on what comes from the past? In Intoxidation, first shared composition between composer Vergil Sharkya’ and the experimental vocalist Sarah Albu, there is a large number of datas that were entered and reprogramed. We can feel here influences from concrete musique and electronic music from its beginning around the 60s. But we can also hear some almost classical vocal lines, as in Mâchoire de sirène for example. A ‘déjà vu’ impression which bring us back when future was bright and clean. But as we dig in the listening, we understand the two artists want to bring us much further. We understand we are facing here a reinterpretation of the classics and a collage, as in visual arts, of diverse sound schemes. Superposed in many layers, this is a very rich sound palette. The collage reminds us of the surrealism era and, in fact, there is some surrealism in the music and the titles of the pieces. Is this retro futurist surrealism? Of course.

In tracks number 4 and 5: coquillage radio vs. ancient sea receiver and récepteur de la mer antique vs. radioshell the artists play with our ears. Hard to say if this is the same tracks played differently, simply switching from one ear to the other, giving more volume to one track then to the other, but this little virtuosity trick makes you smile and makes you feel, true or not, you suddenly understand what is happening.

… merely a vehicle for the sauce is the most ambitious piece of the album. In this song, Sarah Albu uses the entire spectrum of sound a human can possibly produce with the voice. Sarah Albu’s voice is remarkably pure, she uses very little vibrato, a white voice that suddenly cracks or seem to diffract. From pure arpeggios to meows, vibration noises made with the lips to throat singing, etc. The electronic are there to accompany and amplifie. Here is what can be consider an aria from the 21st Century. This is a virtuoso music, there is a mini-drama, a story, so the technical and sensitive aptitudes of the singer are fully implied. Both the performance and the composition make this a very successful piece.

This album has a program, a beginning, an end, some vast and great moments, some funny moments, this album reflects the perfect harmony between the two artists and this harmony transcends through magnificent songs.

This album has a program, a beginning, an end, some vast and great moments, some funny moments, this album reflects the perfect harmony between the two artists and this harmony transcends through magnificent songs.

Review

Mike Borella, Avant Music News, June 17, 2020
Wednesday, June 17, 2020 Press

Joel Lavoie is a Montréal-based sound artist who’s output on Souvenir encompasses a mix of ambient, acousmatic, synth (Buchla 200), and minimalist influences. While these styles have been combined in various ways previously, Lavoie’s approach has a unique feel, making Souvenir a compelling and understated release.

Across three long tracks, Lavoie layers oscillations, gentle walls, pulses, and environmental sounds. On Souvenirs intermittents, these evolve and grow in intensity, adding cosmic synth lines. Addendum begins with a mid-range drone before moving into a theme reminiscent of Steve Roach or the Berlin School. Marche irréfléchie is a 25-minute coda that adds a double bass player as well as some light discordance. Melodies drift across deep soundscapes with distant crashing, voices, and other effects.

Despite their unconventional sources, there is a certain warmth and spaciousness to Lavoie’s compositions that give them a cinematic texture. With no shortage of ambient music readily available, it takes a strong release to turn heads these days. Souvenir fits the bill.

Lavoie’s approach has a unique feel, making Souvenir a compelling and understated release.