The New & Avant-garde Music Store

Blog

Un orchestre de haut-parleurs

Karine Beaudette, La Liberté, February 21, 1991
Thursday, February 21, 1991 Press

Pour ceux qui cherchent une expérience musicale hors de l’ordinaire, la Plug-In Gallery et le Centre culturel franco-manitobain vous donnent rendez-vous le 1er mars à 19h30 à la salle Jean-Paul-Aubry (CCFM) pour écouter de la musique électroacoustique.

«De la musique électroacoustique, c’est de la création sonore artistique avec appui technologique,» décrit Claude Schryer, un des six compositeurs-diffuseurs et interprètes qui seront à Saint-Boniface.

Le groupe de six entreprend la tournée pancanadienne Traces électro, pour promouvoir cinq disques de l’étiquette empreintes DIGITALes, la seule compagnie qui enregistre sur disques compacts de la musique électroacoustique.

Les compositeurs profitent aussi de la tournée pour promouvoir le médium peu connu de la musique électroacoustique, même si ce genre existe depuis 40 ans environ. «A Montréal et à Vancouver, il y beaucoup d’activité dans le domaine, mais dans le reste du Canada, c’est encore en évolution. Suite au concert, les artistes seront disponibles pour répondre aux questions.»

Les organisateurs de Traces électro emmènent avec eux en tournée un orchestre de huit haut-parleurs. Ces boites de son seront placées séparément dans la salle de concert pour permettre la spatialisation des sons. Cette technique se nomme «acousmatique» et offre une troisième dimension aux œuvres.

En plus des haut-parleurs, les musiciens seront là avec leurs instruments respectifs. «Par exemple, je suis clarinettiste et je vais interpréter une pièce pour clarinette et ordinateur. Un autre va jouer une pièce pour piano et bande, ou encore pour voix et ordinateur» ajoute Claude Schryer.

Selon lui, le concert attire ceux qui aiment la musique de concert contemporaine et la musique expérimentale.

Le discobole

Gabriel Vialle, La Marseillaise, no. 2682, January 6, 1991
Sunday, January 6, 1991 Press

empreintes DIGITALes, ce label québécois a entrepris récemment l’édition de disques compacts de musique électroacoustique. L’étape actuelle est celle de la recherche d’une Présence régulière de see disques dans le marché européen.

C’est ainsi que, voici quelques jours, J’ai reçu la visite de la charmante attachée de presse chargée de cette mission d’investigation. Et le premier disque qu’elle m’a présenté (IMED 9001) est consacré à trois œuvres de Christian Calon, originaire de Marseille immigrant au Québec depuis 1966 et actuellement vice-président de la communauté électroacoustique canadienne. Christian Calon, qui fut “résident” au GMEM (Marseille) en 87/88, y séjourne à nouveau.

Les trois «récits électriques» qui composent son disque Ligne de vie: récits électriques datent de 1984/83 (Portrait d’un visiteur), de 1987/88 (La disparition œuvre réalisée dans les studios du GMEM et créée à Marseille, le 17 juin 1988 au Jardin des Vestiges: en son temps, notre journal avait rendu compte de l’événement) et 1989 (Minuit).

Pages intéressantes, montrant un tempérament généreux et une virtuosité jamais gratuite au service d’une inspiration diverse. Des trois pièces, Minuit est sans doute celle qui présente la plus grande densité d’émotion et d’imagination.

On retrouve Christian Calon en compagnie de 24 autres compositeurs — Québec, Canada, USA, Mexique — pour le compact Électro clips.

Les 25 musiciens, pour la manifestation New Music America, à Montréal en novembre dernier, ont joué le jeu de la forme breve: pas plus de 3 minutes pour s’affirmer. Un catalogue passionnant mals déroutant, un peu hétéroclite, souvent roboratif, à feuilleter d’une oreille attentive en lisant les jalons proposés par un agréable livret de 58 pages.

… un tempérament généreux et une virtuosité jamais gratuite au service d’une inspiration diverse.

Critique

Félix Légaré, Voir, December 13, 1990
Thursday, December 13, 1990 Press

[…] Le pari de Geneviève Letarte était d’innover dans le genre plutôt figé de la chanson à texte. […] On ne peut que s’incliner devant cette promenade dans l’inconnu qui ne se compare à rien de ce qui existe ici. Sinon au travail que Letarte elle-même a entrepris il y a quelques années sous forme de poésie-performance. Et l’album, qui résume ses deux derniers spectacles, supporte aisément la comparaison. Le son s’est raffiné, l’approche s’est franchement aiguisée.[…] premier disque très réussi […]

Opération décontraction

Véronique Robert, L’actualité, no. 15:17, November 1, 1990
Thursday, November 1, 1990 Press

La digne Société de musique de contemporaine du Québec (SMCQ) a comme directeur artistique depuis deux ans celui qui fonda l’Infonie, dont les musiciens entrèrent un jour en scène des chaussettes aux oreilles. Le chef d’orchestre Walter Boudreau, de surcroît, dirige toujours chaussé de rouge.

Si l’univers québécois et nord-américain de la musique nouvelle n’échappe pas à des éléments plus traditionnels, les signes d’ouverture ne trompent pas. Le festival Montréal musiques actuelles (du 29 octobre au 11 novembre) vient confirmer la tendance. À l’affiche de ce chapitre montréalais du New Music America: une «symphonie guitaristique» pour 101 guitaristes rock, trois œuvres pour chœur, petit ensemble et le clocher de l’UQAM, ainsi qu’un quatuor à cordes réputé, le Kronos Quartet, de San Francisco, surtout connu pour sa version endiablée de Purple Haze de Jimi Hendrix. Plutôt qu’à la salle Claude-Champagne ou à la Place des Arts, la majorité des concerts se déroule au Spectrum et aux Foufounes électriques.

Il y a 20 ans, le structuralisme européen dominait le monde de la musique contemporaine québécoise: dodécaphonisme à la Webern, sérialisme pur et dur à la Boulez, calculs d’ordinateur à la Xenakis. Les compositeurs étaient peu nombreux et les auditeurs encore moins.

«Cette époque a eu ses chefs-d’œuvre, dit Walter Boudreau, mais souvent, c’était bien plate! Surtout les explications et les titres ‘scientifiques’ dans le genre Diaphonie I… Tout ça pour sonner comme un vieux sofa!»

Sans provoquer d’émeute aux guichets, créateurs et organisateurs de concerts tendent aujourd’hui la main au public. «Notre génération n’est pas puriste: tous les moyens sont bons pour se faire entendre», poursuit Walter Boudreau, nommé récemment compositeur résidant de l’Orchestre symphonique de Toronto.

Ce courant doit beaucoup aux Événements du Neuf, société qui vécut de 1978 à 1989, fondée par la pianiste et chef d’orchestre Lorraine Vaillancourt. Avec des thèmes comme «Musique et mysticisme» ou «Jazz de Stravinski à Guy Nadon», ces événements nocturnes se promenaient de salle en salle selon le contenu, rejoignant sans cesse de nouveaux publics. «Nous voulions sortir le concert de son ghetto», explique Lorraine Vaillancourt.

L’ascétisme cédait à l’invention voire à la fantaisie, et les musiciens tournaient le dos aux querelles de chapelles.

«La musique pop a été importante dans mon cheminement», dit Denis Gougeon, un des membres des Événements du Neuf, compositeur résidant de l’Orchestre symphonique de Montréal. «J’ai subi l’influence du rock», admet Alain Thibault, adepte des instruments électroniques MIDI. José Evangelista, lui, a puisé dans les musiques d’Orient et le minimalisme américain.

En fait, les compositeurs québécois et canadiens croient que l’Amérique du Nord est une terre d’avenir pour les nouvelles expériences sonores. «Nourrissant un complexe culturel envers l’Europe, l’Amérique a créé ses propres outils d’expression, dit Denis Gougeon. John Cage et Steve Reich n’auraient pu venir d’Europe: il fallait un territoire vierge.»

«Les compositeurs québécois sont en pleine floraison, dit Lorraine Vaillancourt. Nous tiendrons peut-être le gros bout du bâton pendant la prochaine décennie: les Européens se plaignent qu’il n’y a plus de place pour la spontanéité chez eux.»

Jean Piché, compositeur et directeur artistique de Montréal Musiques Actuelles, affirme sans détour que la musique européenne, «sclérosée, n’ayant pas réussi à se débarrasser du post-sérialisme, se meurt». D’un même souffle, il ajoute qu’il est «hors de question de jouer Webern à mon festival!». Son menu est donc typiquement nord-américain: jazz d’avant-garde, rock de pointe, théâtre musical, performance et musique électroacoustique.

Au carrefour des mouvements européens et américains, la musique québécoise cadre bien dans cette programmation. À preuve, Trois airs pour un opéra imaginaire (donnée par la SMCQ), une œuvre du regretté Claude Vivier, marqué par Stockhausen autant que par une simplicité d’expression américaine.

Fondé par Lorraine Vaillancourt, le Nouvel ensemble moderne est un des rares ensembles «permanents» de musique contemporaine dans le monde qui se réunit chaque semaine pour polir son répertoire. Après seulement six mois d’existence, il donnait un concert à New York et recueillait une critique fort louangeuse du New York Times.

Les initiatives abondent: deux jeunes, Jean-François Denis et Claude Schryer, ont fondé empreintes DIGITALes, seule compagnie de disques nord-américaine consacrée à l’électroacoustique. Elle s’ajoute à Ambiances Magnétiques, créée par les improvisateurs Jean Derome et René Lussier, alias Les Granules.

Signe des temps, on soigne les titres. Donné par la Société des concerts alternatifs du Québec, le premier concert officiel de musique contemporaine cette saison s’intitulait «Biding Badang». Une soirée de percussion…

Notre génération n’est pas puriste: tous les moyens sont bons pour se faire entendre.

Wondeur Brass se rebaptise Justine

Daniel Rolland, SOCAN, Le Milieu, no. 1:6, August 1, 1990
Wednesday, August 1, 1990 Press

On dit du quatuor qu’il est l’avant garde québécoise. Wondeur Brass comptait à ses débuts neuf musiciennes et chanteuses. Au fil du temps leur nombre a diminué passant de neuf à sept puis six, puis cinq. Maintenant elles sont quatre et le quatuor s’appelle désormais Justine. Les quatre acharnées sont Joane Hétu, sax alto, Diane Labrosse, claviers, Danielle Palardy Roger, batterie et Marie Trudeau, basse électrique. On dit d’elles qu’elles sont l’avant-garde québécoise. Tout récemment, sous leur nouveau nom, elles lançaient un quatrième album, Justine (Suite), sur étiquette Ambiances magnétiques.

Justine, c’est d’abord de la musique actuelle. Vaste définition qui englobe les courants de la musique jazz, rock, punk, alternative et musique improvisée. Le changement de nom vient du fait que ne comptant plus qu’une saxophoniste au sein de la formation l’appellation de Wondeur Brass ne convenait plus tellement.

Un chroniqueur a décrit leur cheminement musical de la sorte: musique éclatée-renfermée, articulée-désarticulée, structurée-improvisée, le silence-bruit et la tendresse-violence. Assez de définitions en apparence contradictoires pour susciter la plus vive curiosité. Mais si l’emploi de divers courants musicaux peut conduire à la plus grande confusion, il faut savoir que Justine a une maîtrise de la situation, et tout coule en parfaite harmonie.

Mais jouer n’est qu’une facette du métier, et afin de mieux diffuser la musique actuelle, elles ont fondé leur maison de production, Super-Mémé, et sont membres-productrices de l’étiquette Ambiances magnétiques, qui compte dans son catalogue des artistes comme Jean Derome, René Lussier et André Duchesne.

Avec le disque, Justine a composé un spectacle revampé de fond en comble qui conserve la même énergie à laquelle nous avait habitués Wondeur Brass. Joane, Diane, Danielle et Marie ont choisi de ne pas passer inaperçues.

On dit d’elles qu’elles sont l’avant-garde québécoise.

Wondeur Brass: Le jazz au féminin

Raymond Gervais, Parachute, no. 55, August 1, 1990
Wednesday, August 1, 1990 Press

Ce collectif entièrement féminin a édité deux disques avec un personnel un peu différent. Un autre album du trio Les Poules regroupe, de fait, trois des quatre membres de l’actuel Wondeur Brass et peut donc presque être considéré comme une troisième réalisation du même groupe.

Il y a toute une histoire fascinante du jazz au féminin qui est de mieux en mieux documentée depuis le début des années soixante-dix, à l’échelle internationale. Montréal possède aussi son histoire du jazz au féminin, de Jane Fair autrefois à Lorraine Desmarais aujourd’hui. Le récent festival international des musiciennes innovatrices en constitue l’un de ses jalons récents les plus prestigieux (orchestré par Wondeur Brass -Productions Super Mémé).

En tant que collectif féminin, ce groupe cependant reste unique dans la métropole actuelle. Il s’agit de Joane Hetu au saxophone, Diane Labrosse aux claviers, Marie Trudeau à la basse électrique et Danielle Palardy Roger à la batterie. Le jazz new wave que pratique Wondeur Brass s’appuie beaucoup sur les textes lui aussi, sur la voix donc, prolongeant peut-être ainsi, à sa manière, les porte-paroles féminins engagés d’antan, de Marie Savard avec Pierre Leduc ou Louise Forestier avec le quatuor de jazz libre du Québec à d’autres grands noms de l’extérieur, tels Brigitte Fontaine, Irène Aebi, Colette Magny et d’autres (pour la séduction moqueuse, la remise en question des valeurs établies, une certaine fascination pour l’interdit, l’expression d’un cri poétique contestataire, ludique, désinvolte)

Tel ce métronome inspiré de Man Ray qui orne la pochette de leur dernier disque, la musique de Wondeur Brass oscille entre la chanson trouble, inquiète, fendue, et une affirmation plus vitale ou extravertie de soi, où, l’humour, un certain dadaïsme post industriel côtoient l’insolite, le plaidoyer, les jeux de mots, un érotisme latent, etc. Ce jazz de fusion électro-acoustique un peu gauche parfois, inachevé, désespéré/lucide, exprime donc tout autant un malaise, une difficulté d’être qu’une liberté reconquise dans l’action, via l’improvisation, le jeu libre, spontané.

Le premier album du groupe avec entre autres, la présence d’une tromboniste avait une couleur plus jazz et fort attrayante (cf.: Free Fast and Clean). Le plus récent disque intitulé Simoneda se rapproche peut-être plus du rock progressif marginal alors que Aie collectif Les Poules est sans doute plus expérimental d’approche, plus brouillon aussi ou inachevé. En bref un travail en cours passionnant, brut, essentiel à suivre. (En ce qui concerne Simoneda reine des esclaves, Wondeur Brass précise qu’il s’agit d’une «fable anachronique sur la désuétude du progrès, une histoire d’oiseaux en cage qui raisonnent autour d’un métronome échevelé».)

Wondeur Brass oscille entre la chanson trouble, inquiète, fendue, et une affirmation plus vitale ou extravertie de soi, où, l’humour, un certain dadaïsme post industriel côtoient l’insolite, le plaidoyer…

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.