The New & Avant-garde Music Store

Post

Plus que de l’ambiance

Maurice Lachance, Spirale, May 1, 1987
Friday, May 1, 1987 Press

Dans une de ses chansons, le groupe Les Poules s’exprime ainsi: «je suis dérangeante et j’habite à Montréal». Cette phrase pourrait bien servir de formule publicitaire à la collection de disques Ambiances Magnétiques qui regroupe des musiciens montréalais dérangeants. Il y a effectivement un désir de leur part de faire une musique différente qui s’éloigne considérablement de la musique commerciale, sans toutefois être hermétique. C’est d’ailleurs un aspect étonnant de leurs créations. Ne pas être «commercial» ne veut pas dire être difficile d’écoute. C’est une musique qui, dans l’ensemble, utilise des structures de composition simples. Les pièces sont assez courtes. Il y a de l’humour, de l’ironie, de la parodie. Rien, somme toute, qui fasse peur aux inconditionnels de Paul Piché ou de Michel Rivard. Et très vite on en arrive à cette constatation: les musiques d’Ambiances Magnétiques font une utilisation nouvelle de tout ce qui constitue la musique commerciale. Que ce soit dans les sons électriques, les rythmes, les solos ou dans l’architecture générale d’une pièce, il y a constamment référence à quelque chose que l’on a déjà entendu. Ceci est principalement dû au fait que ces compositeurs sont issus d’une génération qui a expérimenté bien des genres de musiques et qui a écouté de tout. La radio peut être un réservoir culturel énorme si on sait l’écouter et Ambiances Magnétiques offre en quelque sorte l’envers de la radio. Cet environnement sonore nous est formulé autrement. C’est là surtout que réside leur différence.

Soirée canadienne

Le disque Soyez vigilants, restez vivants (AM 005) du duo Jean Derome/René Lussier est un bon exemple de ce qui vient d’être dit. Plusieurs pièces font référence à des événements ou des réalités de notre culture. Dans Hante ta chanson, c’est la danse carrée qui est à l’honneur. Ce qui aurait pu être une parodie facile de notre folklore musical devient une agréable danse. Danse aux paroles ironiques qui, au lieu de célébrer les joies des retrouvailles, dénoncent le Québécois moyen et sa situation politique («Saluez vot’compagnie avant qu’a part’à Toronto»). Le reel prend une signification nouvelle joué avec des instruments modernes. n change de contexte et cette peau neuve lui va bien. Le dernier glacier est une complainte à la mémoire du peuple montagnais. Encore là, plutôt que de faire entendre la musique traditionnelle d’un peuple, ce sont des musiques hétéroclites qui se superposent. Bien sûr, il y a des battements de tambour, mais aussi des accords de guitare électrique, des bruits de la ville, une clarinette en détresse. Cet amoncellement est un des procèdés intéressants du duo. Derome et Lussier ne travaillent pas nécessairement à créer des liens logiques entre des sonorités différentes. Il laissent plutôt celles-ci s’imposer, à l’instar de la société qui laisse courir une multiplicité de sons discontinus apparaissant et disparaissant de façon arbitraire.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.