actuellecd The New & Avant-garde Music Store

Post

Critique

Isaiah Ceccarelli, Circuit, no. 30:2, September 1, 2020
Friday, September 25, 2020 Press

Dès les premières notes de cet album, on entend les signatures de deux musiciens de jazz absolument originaux: celle du saxophoniste, compositeur et improvisateur Steve Lacy, bien sûr (l’album s’intitule Somebody Special: 9 chansons de Steve Lacy), mais aussi celle du saxophoniste, compositeur et improvisateur Jean Derome. Le style de Lacy est immédiatement reconnaissable par les amateurs de jazz: sa voix est rigoureusement originale. Son langage harmonique, près de celui des pianistes Thelonious Monk ou Herbie Nichols, est jumelé à des arrangements minimalistes et appuyé par une inventivité mélodique remarquable. Dans le même ordre d’idées, les mélomanes reconnaîtront immédiatement le travail «jazz» de Jean Derome, accompagné pour l’occasion de ses fidèles compagnons de route Normand Guilbeault à la contrebasse, Pierre Tanguay à la batterie et Karen Young au chant. L’ensemble est agréablement rehaussé par l’addition d’Alexandre Grogg, excellent pianiste dont les chorus et l’accompagnement harmonique sont notables.

L’originalité de cet album repose sur les petits détails des arrangements et du jeu des musiciens. Ce n’est pas qu’un hommage, car les arrangements qu’a faits Jean Derome de ces chansons déjà si particulières sont merveilleux. Signalons, par exemple, celui de la pièce-titre de l’album. Au début de celle-ci, Derome choisit de doubler à la flûte basse la mélodie interprétée par Karen Young — comme ce que faisait Steve Lacy au saxophone soprano — tandis qu’il chante en même temps à la quarte juste inférieure. De cet effet sort un nuage d’harmoniques qui rehausse toute la chanson. C’est un détail assez minime, mais qui apporte une touche d’originalité et de créativité à cette reprise, et cette attention aux arrangements se confirme tout au long de l’album. Notons aussi la superbe Blue Baboon, dans laquelle Derome et Young chantent la mélodie à l’unisson. Un autre moment fort est la pièce Name, chantée par Derome, qui s’accompagne d’un rythme répétitif de cliquetis de clés à la flûte basse. Il faut encore souligner l’excellence des solos instrumentaux (plutôt brefs) qui parsèment l’album. Le son d’ensemble demeure cependant ce qui est le plus remarquable sur cet album, étant entièrement au service des chansons; en outre, il distingue Somebody Special de beaucoup d’albums de jazz (souvent axés sur les chorus des solistes), de la même manière que le langage musical de Steve Lacy le distinguait des autres compositeurs de jazz du XXe siècle.

L’originalité de cet album repose sur les petits détails des arrangements et du jeu des musiciens. Ce n’est pas qu’un hommage, car les arrangements qu’a fait Jean Derome de ces chansons déjà si particulières sont merveilleux.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.