The New & Avant-garde Music Store

Artists Annette Vande Gorne

Following her classical studies at the Royal Conservatories of Mons and of Brussels, and her studies with Jean Absil, Annette Vande Gorne chanced upon acousmatics when on a training position in France. Instantly convinced, by the works of François Bayle and Pierre Henry, of the revolutionary nature of this art form (disruption of perception, renewal of composition through spectromorphological writing and listening conduction, historical importance of the movement), she took a few training positions to grab its basics, then studied musicology (ULB, Brussels) and electroacoustic composition with Guy Reibel and Pierre Schaeffer at the Conservatoire national supérieur in Paris.

She founded and manages Musiques & Recherches and the Métamorphoses d’Orphée studio (Ohain, 1982). She also launched a series of concerts and an acousmatics festival called L’Espace du son (Brussels, 1984; annual since 1994), after assembling a 60-loudspeaker system, an acousmonium, derived from the sound projection system designed by François Bayle. She is the editor of the musical aesthetics review Lien and Répertoire ÉlectrO-CD (1993, ’97, ’98), a directory of electroacoustic works. She also founded the composition competition Métamorphoses and the spatialized performance competition Espace du son. She gradually put together Belgium’s only documentation centre on that art form, available online at electrodoc.musiques-recherches.be

She gives numerous spatialized acousmatic music performances, both of her own works and the works of international composers.

Professor of acousmatic composition at the Royal Conservatory of Liège (1986), then Brussels (’87), and Mons (’93), she founded an autonomous Electroacoustic Music section at the latter, later (2002) integrated to the European graduate studies framework. Since 1999, she has been managing an international summer training session on spatialization and — since 1987 — on electroacoustic composition.

Her works can be heard in every festival and on every radio program presenting fixed media-based (previously ‘tape’) music. Her current work focuses on various energetic and kinesthetic archetypes. Nature and the physical world are models for an abstract and expressive musical language. She is passionate about two other fields of research: the various relationships to word, sound, and meaning provided by electroacoustic technology, and the composition of space seen as the fifth musical parameter and its relationship to the other four parameters and the archetypes being used. Her work falls essentially in the acousmatic category, including the Tao cycle and Ce qu’a vu le vent d’Est, which renews electroacoustic music’s ties with the past, with a few incursions in other art forms, including theatre, dance, sculpture, etc.

[English translation: François Couture, ii-18]

Annette Vande Gorne

Charleroi (Belgium), 1946

Residence: Ohain (Belgium)

  • Composer
  • Writer

avdg@musiques-recherches.be

On the web

Annette Vande Gorne [Photo: Bea Borgers, Brussels (Belgium), October 27, 2018]
Annette Vande Gorne [Photo: Bea Borgers, Brussels (Belgium), October 27, 2018]
  • Annette Vande Gorne [Florence (Italy), May 14, 2019]
  • Annette Vande Gorne [Photo: (Fair_Play BE), Vorst (Belgium), April 14, 2019]
  • Annette Vande Gorne [Photo: Bea Borgers, Brussels (Belgium), October 27, 2018]
  • Annette Vande Gorne [Denton (Texas, USA), October 1, 2015]
  • Annette Vande Gorne [Photo: Didier Allard, Paris (France), February 28, 2010]
  • Annette Vande Gorne [Paris (France), February 11, 2010]
  • Annette Vande Gorne [Photo: Michel Vanden Eeckhoudt, Ohain (Belgium), 1999]
  • Annette Vande Gorne [Photo: Marie-Jeanne Wyckmans, Ohain (Belgium), November 1995]

In the press

Les artisans du son

Khadija Chatar, L’Express, August 4, 2009

Un festival électroacoustique sur le son environnant! Cela peut paraître assez futuriste et pourtant cela fait 11 ans qu’à Toronto se tient le Sound Travels Festival of Sound Art présenté par New Adventures in Sound Art. Les 7 et 8 août, au Artscape Wychwood Barns (601 rue Christie), plusieurs francophones, dont Nicolas Bernier, Annette Vande Gorne et Hervé Birolini, viendront divulguer leurs nombreux talents à jongler avec tout ce qui fait du bruit!

«Le 7 août, je vais présenter deux spectacles, Courant.air et Les arbres. Dans Courant.air, il s’agit de combiner une couleur folk avec de la musique électroacoustique que j’aurais déjà préalablement enregistrée et sur laquelle Simon Trottier jouera en plus de sa guitare acoustique», annonce le Montréalais Nicolas Bernier.

Dans les enregistrements, M Bernier a pensé à inclure quelques éléments spécifiques au titre, Courant.air, comme le bruit du vent. «Le vent a été réellement l’inspiration. Je voulais que l’on se rende compte de son existence. C’est comme de la musique que l’on ne voit pas. Il est pourtant là, et il est créatif. Il fait des vagues et des formes», dit-il.

Son deuxième spectacle intitulé Les arbres est un projet qui lui tient très à cœur et pour lequel il a consacré de nombreuses années sans pour autant estimer l’avoir encore achevé. Cette pièce, généralement, présentée avec violon et violoncelle, aura une petite touche qui se veut plus «post-rock», comme Nicolas Bernier aime à le dire.

«Ce sera une nouvelle version avec guitare électrique. C’est un drôle de mix qui travaille sur le son et sa matière. Je dirais que c’est un peu intellectuel d’un côté et pas du tout de l’autre.»

Autre point, le concert Les arbres sera présenté avec une projection vidéo réalisée par un certain Urban9, avec qui Nicolas Bernier travaille depuis longtemps sur le projet.

Pour permettre à l’auditeur d’entrer davantage dans l’univers électroacoustique, les deux musiciens, Nicolas Bernier et Simon Trottier, ont pensé à se placer en plein milieu de la salle. «Notre but c’est que le public ne s’attarde qu’au spectacle. Nous voulons qu’il entre dans le son sans se laisser divertir par les gestes des musiciens», confie-t-il pour terminer.

D’autres artistes francophones venus cette fois-ci d’un petit peu plus loin seront aussi présents au Artscape Wychwood Barns.

Le 7 août toujours, le Français Hervé Birolini s’aventurera à bercer les auditeurs à l’aide des mélodies coupées et recoupées de son saxophone.

Son concert qui s’appelle Ozone promet d’en intriguer plus d’un, selon le directeur artistique du Sound Travels Festival of Sound Art, Darren Copeland. «C’est une pièce écrite à partir de différents sons enregistrés qu’il transforme pour en recréer de nouveaux. C’est assez spécial comme musique», dit-il.

Le samedi 8 août, la Bruxelloise Annette Vande Gorne, artiste plus traditionnelle et plus scientifique présentera Two Portraits. «Nous sommes très contents qu’elle soit là avec nous. Elle a publié plusieurs ouvrages importants sur la composition électroacoustique et a enseigné pendant très longtemps sur le sujet», déclare M. Copeland.

À son concert l’auditeur aura donc l’occasion d’écouter mais aussi d’observer le son sous une autre facette.

L’atmosphère ambiophonique créée par les 20 haut-parleurs permettront à Annette Vande Gorne de transformer la salle en un laboratoire où le public deviendra l’outil de mesure et le son, le sujet d’étude, rien que ça…

Le Sound Travels Festival of Sound Art se poursuit jusqu’au 31 octobre avec plusieurs autres spectacles et concerts.

Nicolas Bernier, Annette Vande Gorne […] viendront divulguer leurs nombreux talents à jongler avec tout ce qui fait du bruit!

Rien à voir avec Calon, Vande Gorne, Parmegiani et les autres

Le Devoir, February 19, 1998

Hier commençait au Théâtre La Chapelle la troisième série de concerts Rien à voir. Au menu: cinq jours d’électroacoustique, des compositeurs venus de tous les horizons, trois lancements de disque. Ces concerts ne sont pas comme les autres: aucun musicien sur place, mais vingt haut-parleurs faisant entendre des œuvres déjà fixées sur bandes.

Le festival veut souligner le 50e de la musique concrète. En 1948, alors qu’il était responsable du Studio d’essai de la Radio française, Pierre Schaeffer se rendit compte qu’un disque souple permettait de transformer le son, de le moduler. Comme les couleurs pour le peintre, la musique peut être utilisée en tant que véritable matériau.

Le concept a fait des petits et a étendu ses tentacules. À la suite de Schaeffer, les Québécois se sont employés à développer ce créneau. Il est d’ailleurs revenu à trois d’entre eux — Jean-François Denis, Gilles Gobeil et Robert Normandeau — de lancer hier le festival Rien à voir, tout à entendre.

Aujourd’hui, le public pourra entendre le travail de recherche de Christian Calon, un compositeur autodidacte qui partage sa vie entre le Québec, la France et l’Allemagne.

La soirée de demain sera entièrement consacrée à la Belge Annette Vande Gorne. Samedi, pleins feux sur le Français Bernard Parmegiani, dont on entendra un total de six pièces. À la séance de 18h30: Bidule en ré (1969), Entre-temps (1992), Sonare (1997); à celle de 20h30: Violostries (1965), Pour en finir avec le pouvoir d’Orphée (1972) et La création du monde (1982-1984).

Le festival Rien à voir, tout à entendre se conclura par un concert-surprise. On sait tout de même que ce concert mettra en vedette Parmegiani, dont on entendra l’œuvre la plus célèbre, De natura sonorum, et cinq jeunes compositeurs de Montréal.

Le festival ne quittera son repère du Théâtre La Chapelle que pour un seul événement. Aujourd’hui, à 13h, sera donnée en première nord-américaine Die Zimmer der Erinnerung (Les Chambres de la mémoire) de Christian Calon, au Goethe-Institut, au 418, rue Sherbrooke Est.

Par ailleurs, seront lancés trois disques, tous sur étiquettes Empreintes DIGITALes: Miniatures concrètes (24 clips électroacoustique), Les corps éblouis de Christian Calon et Impalpables d’Annette Vande Gorne.

… cinq jours d’électroacoustique, des compositeurs venus de tous les horizons, trois lancements de disque.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.