The New & Avant-garde Music Store

Artists La Part maudite

Lurking on the brink of disaster, La Part maudite (The Accursed Share) finds beauty in chaos and simplicity in form, weaving the fibbers of a distracted modernity into the calm of the ancients. Coming together with the falling of the leaves in Autumn 2008, La Part Maudite has been working towards mending the spell of complexity. Interested in texture and melody, this hard hitting noise-rock trio delves into the darkness of ambient noise and resurges out of the rhythms & soul of rock.

La Part maudite

Montréal (Québec)

  • Performer

Group Members

On the Web

La Part maudite, photo: Annie-Ève Dumontier
La Part maudite, photo: Annie-Ève Dumontier
  • La Part maudite, photo: Herb Greenslade
  • La Part maudite, photo: Herb Greenslade

Main Releases

&records / ET 07 / 2010

Appearances

Various artists
Samizdat Records / SZR 010 / 2017

In the Press

The 27th Annual Festival International de Musique Actuelle de Victoriaville

Bruce Lee Gallanter, Downtown Music Gallery, June 2, 2011

[…] Just a few weeks before the Victo Fest, a young trio from Quebec called La Part maudite came down and played a short set at our store (5/1/11) on an odd triple bill with the sound poetry of Jacques Demierre and a mostly Korean quartet. La Part maudite features Philippe Battikha on electric trumpet, Mivil Deschênes on electric bass and Patrick Dion on drums. Their set at Victo was much louder and more intense. Their bassist was often at the center of most of their pieces playing heavy fuzz bass riffs that were hypnotic and occasionally overwhelming. This trio really do not sound like any other band I’ve heard and are between categories with understated jazz, rock & prog influences. The trumpeter used a great deal of effects and distortion on his instrument, which worked most of the time yet gave him a bit of kazoo-like tone on occasion. There were few solos in their set so the music was more about mood and texture. There were some triumphant Crimson-like sections and they found a way to avoid the usual jazz/rock cliches that plague certain fusion bands. I look forward to seeing what they develop into next. […]

This trio really do not sound like any other band I’ve heard and are between categories with understated jazz, rock & prog influences.

FIMAV jour #2: sons «crunchy» et alchimie

Matthieu Petit, Voir, May 21, 2011

[…] Je constate que les propositions québécoises du FIMAV doivent répondre aux mêmes critères de sélection que les invités internationaux; La Part maudite est un bel exemple. Heureux d’avoir lâché le portable pour me rendre au Colisée Desjardins afin de recevoir en pleine gueule le jazz-rock brutal de ce «power trio» (trompette, basse, batterie). La performance est à la Dr. Jekyll & M. Hyde; les musiciens font la preuve qu’ils maitrisent la tradition de leur instrument, et quand la bête sort, ça devient une expérience sonique. C’est tout particulièrement le jeu de trompette qui intrigue; Philippe Battikha joue directement dans un micro pour ensuite manipuler le son, avec une bonne dose de distorsion. Sinon, la basse est crunchy comme j’aime, mais la batterie est peut-être un peu proprette pour le contexte. […]

La performance est à la Dr. Jekyll & M. Hyde; les musiciens font la preuve qu’ils maitrisent la tradition de leur instrument, et quand la bête sort, ça devient une expérience sonique.

FIMAV: immersion bruitiste

Alain Brunet, La Presse, May 21, 2011

[…] Trio de Québec présenté en découverte, La Part maudite s’est produite en fin d’après-midi. Le trompettiste Philippe Battikha avait réfléchi à son affaire: l’usage de nombreux filtres le démarque d’emblée de tous les Jon Hassel, Erik Truffaz et Ibrahim Maalouf de ce monde. Beaucoup plus agressif, plus proche du hardcore ou du métal. Pourquoi pas? Ça fait son effet pendant un moment… et on a tôt fait le tour du jardin; le vocabulaire de la section rythmique (Mivil Deschesne, basse, Patrick Dion, batterie) étant relativement limitée dans les métriques rock de base. On attend la suite… […]

Le trompettiste Philippe Battikha avait réfléchi à son affaire: l’usage de nombreux filtres le démarque d’emblée de tous les Jon Hassel, Erik Truffaz et Ibrahim Maalouf de ce monde.

Éléphant Turbo (Turbo). Festival de Musique Actuelle de Victoriaville

François Dunlop, CISM, May 20, 2011

Difficile de faire une critique objective d’un groupe chouchou comme La Part maudite. Après avoir fait l’éloge de son premier disque (Our Balls Are Like Dead Suns, &records) et de l’avoir convoqué à produire une Session Live sur nos ondes, comment pouvons-nous possiblement dire autre chose que:» La Part maudite en spectacle, c’est un peu comme un éléphant turbo, mais avec encore plus de turbo.» Et ça, c’est de l’éléphant pas à peu près!

Un néophyte pourrait croire que l’analogie de l’éléphant sort tout droit du champ gauche… mais cela, c’est parce qu’il n’a jamais entendu Philippe Battikha moduler le son de sa trompette jusqu’à ce qu’elle imite un pungi assez puissant pour «charmer» n’importe quel serpent voir gros serpent, voir serp-éléphant.

Pendant ce temps, Mivil Deschênes en profitait pour nous rappeler que nous avions oublié nos bouchons d’oreilles avec une basse bruyante mais précise. Quand à la batterie de Patrick Dion, elle maintenait le rythme tantôt infernal (le bon type d’infernal… celui qui nous fait crier contre les monstres de la modernité), tantôt atmosphériques (le bon type d’atmosphérique, celui qui nous rappelle que les monstres de la modernité n’ont pas encore tout pris).

La morale de cette histoire nous dévoilera un autre média incapable de parler de culture sans prendre un parti pris. Bébé monstre grandira.

Difficile de faire une critique objective d’un groupe chouchou comme La Part maudite.

Blog

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.