actuellecd The New & Avant-garde Music Store

D. Kimm More from the press

In the press

D.Kimm, pour découvrir Le silence des hommes

Robert St-Amour, Voir, November 17, 2008

Il y a déjà une semaine que j’ai assisté à la représentation de Le silence des hommes et encore résonne en moi, images et paroles toutes enchevêtrées. C’est donc pour cela que je ferai ce commentaire sur une base plus personnelle, chère D. Kimm ou simplement Kimm si je me fie aux chanteurs qui sont venus vous rejoindre sur scène. Je peux vous dire que durant toute la représentation le courant a passé entre nous. J’oserai dire que cela ne devrait pas être surprenant lors d’une représentation de la compagnie Les Filles électriques. Le jeu de mot facile mais tellement en accord avec les différentes sensations que j’ai ressenties.

En effet, en entrée de jeu, avec «comme des couteaux acérés» de ses mots et de sa musique sous haute tension, ma chaise avait des allures électriques sans le risque de l’électrocution. D’abord avec votre voix dont l’intensité augmentait, soutenues par le jeu de guitare de votre complice Bernard Falaise. Par la suite, la main sur le régulateur de tension, avec vos paroles dites ou chantées, vous m’avez magnétisé tel un électro-aimant. J’ai été particulièrement touché par les chansons interprétées par Michel Faubert et André Duchesne dont l’âge est proche du mien. «Je serai très ardent / comme si j’avais vingt ans / juste un peu moins pressé» ou «Je ne suis pas un héros / Je ne suis pas un taureau / je suis un homme», voilà des paroles que j’aurais bien chanté moi-même. «Elle est la faille dans mon système / le défaut de ma cuirasse», avec ces paroles, vous avez très bien su combler Le silence des hommes.

Votre présence sur scène, entourée de vos musiciens si complices, confirme toutes les belles choses que j’ai lu sur vous. Il y a très longtemps que je souhaitais ce rendez-vous artistique mais je vous faisais faux bond, je m’en excuse. Aujourd’hui, je peux vous dire que je suis la principale victime de cette situation. Mais n’ayez crainte, nous nous rencontrerons de nouveau, soyez en assurée.

… vous m’avez magnétisé tel un électro-aimant.

Nulle n’est muette en son pays

François Nadon, Ici Montréal, no. 10:32, May 10, 2007

Pour une rare occasion, on pourra revoir le spectacle tiré du Le silence des hommes de D Kimm et Bernard Falaise.

Après avoir fait un malheur l’automne dernier lors du Coup de cœur francophone, le projet de la poète D. Kimm et du musicien Bernard Falaise revient sur scène avec la participation de Michel Faubert. Les musiciens Frédéric Boudreault, Alexis Martin et Alex McMahon les seconderont.

«On reprend le spectacle du 2 novembre 2006, d’affirmer D. Kimm. Ce sera notre fête du printemps. On le reprend pour le plaisir et ça va déménager! Le silence des hommes est un spectacle de textes performés avec de la musique. Les musiciens ouvrent l’espace. Ils donnent toutes les possibilités. C’est alors à moi de faire quelque chose avec ça. Dans ce contexte, la musique permet aux performeurs d’aller chercher un état second, d’entrer dans un genre de transe.»

Le spectacle «parle d’amour mais pas de façon racoleuse. Les textes sont très impudiques. J’ai mis dans la bouche de Michel Faubert, d’André Duchesne et de Pierre Cartier [ces deux derniers ne seront pas de la soirée] des mots qu’ils pourraient dire. L’amour, c’est réel, c’est charnel. C’est de cet amour-là que je parle.»

«C’est exigeant pour les gars. Ce n’était pas évident pour eux de dire “oui, c’est vrai que je veux te baiser, mais je veux aussi t’aimer”, mais ils aimaient ça. Ils sont totalement engagés. Je l’ai écrit pour eux», poursuit D. Kimm.

«Sur scène, je suis complètement engagée avec les musiciens. Mon énergie est beaucoup plus rock. C’est pour ça que je me sens plus proche de Patti Smith que d’un écrivain.»

Le silence des hommes est né du désir de D. Kimm de travailler avec Bernard Falaise. «Je collaborais déjà avec lui dans plein de projets. C’est un musicien fantastique. Il est très à l’écoute et très permissif dans le processus de création. Bernard m’aura permis de travailler autrement. Il est très encourageant. Je chante même une chanson! C’est une soirée pour les curieux. C’est de la poésie, de la musique sur l’amour incarné. Je pense que ce sera une soirée vraiment délirante.» À la Sala Rossa, le mercredi 16 mai, 20h30.