The New & Avant-garde Music Store

Artists Raymond Gervais

This text is unavailable in English.

Raymond Gervais est un artiste dont l’œuvre allie l’installation, la vidéo et la performance. Il est à la fois musicien, auteur, homme de radio et il a contribué à l’avancement des connaissances en musique grâce aux chroniques qu’il rédige sur la musique et les arts visuels, notamment dans la revue Parachute. En tant qu’artiste, son importance historique et actuelle est frappante, mais trop souvent ignorée. Pourtant, il annonce cette intégration du sonore dans les arts plastiques et un intérêt pour les technologies du son si répandues dans de nombreuses pratiques aujourd’hui.

Issu d’une famille où la musique a toujours revêtu une importance manifeste, Raymond Gervais développera, et dès son jeune âge, un intérêt pour la chose sonore et cette fascination est l’un des leitmotiv qui marque son parcours artistique. On comprend pourquoi, en tant qu’artiste visuel, toute son œuvre est marquée par l’univers du son dans lequel il puise et construit des relations entre l’image et le texte. Dès lors, dans ses installations et ses performances où il combine à la fois des documents d’archives, des objets de la musique comme des tourne-disques, des radios et des pochettes d’album, il utilise ces éléments pour créer des mondes parallèles où l’interdisciplinarité prend toute son essence et où la musique sera présente quelle soit imaginée, matérialisée ou silencieuse. Gervais s’intéresse au monde musical tout autant pour sa dimension sonore, que pour l’aspect visuel des disques, leurs possibilités plastiques et oniriques. Rendre visible l’invisible, grâce à des œuvres comme celles consacrées au vent c’est induire le spectateur dans un état de rêverie éveillée.

Les œuvres de Raymond Gervais font partie des importantes collections de la Art Gallery of Hamilton, la Art Gallery of Ontario, le Musée d’art de Joliette, le Musée des beaux-arts du Canada, le Musée des beaux-arts de Montréal, le Musée d’art contemporain de Montréal et le Musée national des beaux-arts du Québec.

À travers les années, Raymond Gervais aura également participé à des expositions majeures telles que: Aurora Boréalis (les Cent jours d’art contemporain de Montréal) 1985; Broken Music, (Musée d’art contemporain de Montréal) 1990; Roto-univers (Power Plant 1992); Seeing in Tongues (Helen and Morris Belkin Art Gallery) 1995; Le regard musicien (Musée d’art de Joliette) 1999; PHONO PHOTO, Carte grise à Raymond Gervais (Dazibao) 2001; Soundtracks: Re-Play (de la Edmonton Art Gallery et de la Blackwood Gallery) 2003; Are you talking to me? (Galerie de l’UQAM) 2003; Cut (Galerie Leonard et Bina Allen) 2006 entre autres.

Il est donc inconcevable de considérer l’art conceptuel canadien des trente dernières années sans évoquer l’œuvre majeure de Raymond Gervais. Depuis ses débuts et tout au long des années 1970, il n’a cessé de concevoir sa pratique comme un alliage entre une constante remise en question de ce qui constitue le disciplinaire et sa propre matérialité. Son travail de nature expérimentale questionne les frontières et se situe plutôt du côté de la pensée et du concept.

Son corpus comprend entre autres des installations et des œuvres comme:

  • 12 + 1 = (1976)
  • Où je suis (Musée des beaux-arts de Montréal, 1980)
  • 12 + 1 = (4) + 9 = (Musée d’art moderne, Biennale de Paris, 1980)
  • CapT (CIAC, Montréal, 1985)
  • Elementa Musicae (Musée d’art contemporain de Montréal, 1987)
  • Re: Henri Rousseau, le tourne-disque et la recréation du monde (Galerie Chantal Boulanger, Montréal, 1987)
  • Piano pour Samuel Beckett (1989)
  • En attendant Beckett (1995)
  • Claude Debussy regarde l’Amérique (1990)
  • Poème de l’air (d’après Marina Tsvétaeva, 1998)

Prix Ozias-Leduc 2010 de la Fondation Émile-Nelligan.

Raymond Gervais

Montréal (Québec), 1946 – Montréal (Québec), 2018

  • Composer
  • Author

On the web

Raymond Gervais [Photo: Céline Côté, Montréal (Québec), March 1, 2014]
Raymond Gervais [Photo: Céline Côté, Montréal (Québec), March 1, 2014]
  • Raymond Gervais

Main releases

Ambiances Magnétiques / AM 222 / 2015
Éditions Nicole Gingras / ENG 08 / 2007

Complements

Artextes Éditions / ENG 02 / 2003
  • Not in catalogue

Articles written

  • Raymond Gervais, Parachute, no. 55, August 1, 1990
    Wondeur Brass oscille entre la chanson trouble, inquiète, fendue, et une affirmation plus vitale ou extravertie de soi, où, l’humour, un certain dadaïsme post industriel côtoient l’insolite, le plaidoyer…

Wondeur Brass: Le jazz au féminin

Raymond Gervais, Parachute, no. 55, August 1, 1990

Ce collectif entièrement féminin a édité deux disques avec un personnel un peu différent. Un autre album du trio Les Poules regroupe, de fait, trois des quatre membres de l’actuel Wondeur Brass et peut donc presque être considéré comme une troisième réalisation du même groupe.

Il y a toute une histoire fascinante du jazz au féminin qui est de mieux en mieux documentée depuis le début des années soixante-dix, à l’échelle internationale. Montréal possède aussi son histoire du jazz au féminin, de Jane Fair autrefois à Lorraine Desmarais aujourd’hui. Le récent festival international des musiciennes innovatrices en constitue l’un de ses jalons récents les plus prestigieux (orchestré par Wondeur Brass -Productions Super Mémé).

En tant que collectif féminin, ce groupe cependant reste unique dans la métropole actuelle. Il s’agit de Joane Hetu au saxophone, Diane Labrosse aux claviers, Marie Trudeau à la basse électrique et Danielle Palardy Roger à la batterie. Le jazz new wave que pratique Wondeur Brass s’appuie beaucoup sur les textes lui aussi, sur la voix donc, prolongeant peut-être ainsi, à sa manière, les porte-paroles féminins engagés d’antan, de Marie Savard avec Pierre Leduc ou Louise Forestier avec le quatuor de jazz libre du Québec à d’autres grands noms de l’extérieur, tels Brigitte Fontaine, Irène Aebi, Colette Magny et d’autres (pour la séduction moqueuse, la remise en question des valeurs établies, une certaine fascination pour l’interdit, l’expression d’un cri poétique contestataire, ludique, désinvolte)

Tel ce métronome inspiré de Man Ray qui orne la pochette de leur dernier disque, la musique de Wondeur Brass oscille entre la chanson trouble, inquiète, fendue, et une affirmation plus vitale ou extravertie de soi, où, l’humour, un certain dadaïsme post industriel côtoient l’insolite, le plaidoyer, les jeux de mots, un érotisme latent, etc. Ce jazz de fusion électro-acoustique un peu gauche parfois, inachevé, désespéré/lucide, exprime donc tout autant un malaise, une difficulté d’être qu’une liberté reconquise dans l’action, via l’improvisation, le jeu libre, spontané.

Le premier album du groupe avec entre autres, la présence d’une tromboniste avait une couleur plus jazz et fort attrayante (cf.: Free Fast and Clean). Le plus récent disque intitulé Simoneda se rapproche peut-être plus du rock progressif marginal alors que Aie collectif Les Poules est sans doute plus expérimental d’approche, plus brouillon aussi ou inachevé. En bref un travail en cours passionnant, brut, essentiel à suivre. (En ce qui concerne Simoneda reine des esclaves, Wondeur Brass précise qu’il s’agit d’une «fable anachronique sur la désuétude du progrès, une histoire d’oiseaux en cage qui raisonnent autour d’un métronome échevelé».)

Wondeur Brass oscille entre la chanson trouble, inquiète, fendue, et une affirmation plus vitale ou extravertie de soi, où, l’humour, un certain dadaïsme post industriel côtoient l’insolite, le plaidoyer…

Blog

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.