actuellecd

Ensemble SuperMusique ()ESM ()

Expédition sonore

Bernard Lamarche, Le Devoir, March 13, 2002

Rares sont les petites compagnies de musique actuelle qui peuvent se vanter d’avoir cent titres au compteur. À partir de ce soir, les Disques Ambiances Magnétiques atteignent ce chiffre inespéré. La centième prise magnétique? L’expédition 4 du projet de Canot-camping de Jean Derome un des piliers de la scène québécoise, par ailleurs fondateur de l’étiquette Ambiances Magnétiques. Ce soir et demain, Jean Derome débarque à la Cinquième salle de la Place des Arts, avec l’ensemble SuperMusique et ses onze musiciens. Nous irons encore au bois pour les expéditions 5 et 6.

Le saxophoniste, lauréat du prix Opus 2001 pour l’artiste s’étant le plus illustré à l’étranger, se réjouit à juste titre de la longévité de l’étiquette qu’il a créée en 1983. «C’est incroyable. Ça prend des dimensions sérieuses et internationales. Il a quand même une esthétique générale qui se dégage, associée ensuite à la musique de Montréal.» En rigolant, Derome raconte qu’il y a des musiciens qu’il rencontre en Europe «qui pensent qu’à tous les soirs à Montréal il y a de la musique comme ça. Je dois leur expliquer qu’il y a une petite partie du monde qui fait cette musique et qu’on ne joue pas tous les soirs. Ça devient tout de même une référence».

Improvisation mixte

«Sur papier, le projet existe depuis très longtemps, rappelle le musicien. Ça fait vingt ans que je pense faire une pièce sur ce sujet-là, toujours inspiré des voyages en canot que je fais annuellement au parc de La Vérendrye.>, Les premiers coups de pagaie ont été donnés en 2001 à l’exposition de musique du Théâtre La Chapelle. D’autres contrées ont été explorées au Colisée de Victoriaville, puis au Festival de jazz d’Ottawa en juillet 2001. L’expédition 4 a été vécue sur trois jours dans un studio de Radio-Canada, pour être rapportée sur disque. «Là, on a enregistré l’équivalent de six disques en durée. Des trojets différents à travers l’expédition ont été effectués.» Le projet, à onze musiciens Derome n’avait pas espoir de pouvoir le monter de nouveau vu la difficulté de faire tourner des gros groupes. Les onze musiciens-improvisateurs travaillenl dans le calme. «C’est une étude de texture, de température, de microclimat.» L’approche de ce disque est variée. Les idées gambadent sur les flots du jazz, de la musique bruitiste, se veulent référentielles à l’occasion, ou concrètes—les éléments naturels s’y retrouvent, comme le vent, les vagues, les moustiques. L’abstraction reprend parfois aussi le dessus, se rapprochant de l’électroacoustique.

Le projet reste ouvert, mais les balises sont claires, explique Derome. «Chaque expédition est différente, l’itinéraire change à l’intérieur de la méme réserve.» Le projet est abordé comme une carte géographique. Certaines des courtes pièces sont écrites de façon précise, parfois des figures rythmiques sont écrites, mais le choix des notes est laissé aux musiciens. Le tout est «une étude des manières de composer pour un groupe de musiciens».

Loin des big band où les rôles des musiciens sont souvent typés, ici les partitions peuvent se résumer à des terrains ou à des rôles que chacun des musiciens visite à sa manière. D’ailleurs, plus que des instruments, ce sont surtout des interprètes qui ont été choisis. «C’est riche comme matière. Rendu à onze, ça devient complexe. Il faut cartographier ça pour se retrouver et atteindre une certaine efficacité dans le déroulement.» Loin des magmas sonores que Derome a déjà explorés, des couleurs et des lignes seront mises en relief pour ces expéditions. Bien que jouées avec retenue, les conditions climatiques peuvent changer rapidement, tous devront être aux aguets pour ces expéditions urbaines.

À l’aventure avec Jean Derome

Patrick Gauthier, Le Journal de Montréal, March 9, 2002

L’histoire, c’est bien. La géographie aussi. Alors parlons de Jean Derome, dont le dernier projet, Canot-Camping, est justement une étonnante exploration de l’espace.

Tiré d’une série d’improvisations dirigées, Canot-Camping est une œuvre déstabilisante qui promène l’auditeur aux limites de la musique. De l’autre côté, le chaos guette. On n’y met jamais le pied.

On écoute Canot-Camping et on se dit que ça doit étre stupéfiant de voir, sur une scène, ces dix musiciens guettant les commandes gestuelles de Derome.

Ça tombe bien: Jean Derome et l’Ensemble SuperMusique s’attaquent à nouveau aux rapides de la musique improvisée, cette semaine.

Canot-Camping musical

Bernard Lamarche, Le Devoir, March 9, 2002

Jean Derome, qui vient tout juste de se voir attribuer le prix Opus 2001 pour l’artiste s’étant le plus illustré à l’étranger, nous invite à un concert expédition. L’idée lui est venue, alors qu’il pratiquait son sport favori (devinez lequel), de transposer ses impressions dans son art favori (devinez aussi lequel). Avec ses collègues actualistes, ce qui s appelle expédition 5 et 6, il propose donc une forme de jeu musical structuré pour 112 improvisateurs. A vous donc d’embarquer dans cette randonnée musicale où, on peut le parier, le ludisme et le plaisir seront du voyage.

Disques

Réjean Beaucage, Voir, no. 781, March 7, 2002

Centième parution pour l’étiquette Ambiances Magnétiques. Ça tombe bien, parce qu’il y a un peu de tout dans ce nouveau disque de Jean Derome: du calme plat et des remous, de la boucane et des bibittes, des odeurs de jazz et des poussières de tourne-disque. Il faut prendre le temps de se laisser gagner par le rythme d’insouciance qui traverse l’album - un petit swing par-ci, une construction abstraite par-là - pour en venir à se sentir en plein centre d’un lac, au milieu d’un rêve. Beaucoup de retenue chez les 11 musiciens dont l’excellente production rend le travail perceptible avec une grande clarté, bien que l’on ne sache pas toujours très bien de quoi ils jouent! La métaphore du canot-camping offre à Derome une partition virtuelle idéale, et la transposition est des plus réussies. 3,5/5

Is That A Tent Peg In Your Pocket, Or…

Mike Chamberlain, Hour, March 7, 2002

The success of any trip depends greatly on the composition of the travelling party. So in fashioning his piece Canot Camping, Jean Derome has written the music with specific musicians in mind.

That group includes many of Montréal% most adventurous improvisers: Derome, Nicolas Caloia, Guillaume Dostaler, Normand Guilbeault, Joane Hétu, Diane Labrosse, Jean René, Martin Tétreault,Tom Walsh and Rainer Wiens.

Canot-Camping is a game piece inspired by, and evoking the sounds and experiences of, Derome’s favourite sport: camping. The piece was premiered in April 2000 and performed at Victoriaville and Ottawa: that year. The new recording, Ambiances Magnétiques’ 100th, constitutes Expedition 4, and two performances next week, at the Cinquiéme Salle of Place des Arts, will be Expeditions 5 and 6. Unfortunately, this work is performed with about the same frequency that Derome goes camping: infrequently.

While the sounds evoke aspects of the camping experience - waves, insects, thunder - the game approach also simulates the unexpectedness of the canoe trip.

To this end. Derome directs the musicians with a series of 60 signals. Which signals he employs at any one time depend on what is already happening in the piece, but sometimes Derome might throw a curve ball, or, not to mix metaphors, a sudden rain squall at the musicians. This requires improvisers who can think quickly and react in useful and interesting ways to the situation presented much as one might have to act while negotiating a set of rapids.

Derome sees the programmatic aspect of Canot-Camping as an aid to those who might be curious about improvised music, but might find abstract music daunting.

“It’s a very abstract piece, he says, “but for somebody who doesn’t know about improvised music, it’s a good opportunity, because the link with the more exotic aspect of it makes it easier to appreciate. If you don’t think about a river, if you’re listening to long tones, you might not know what’s happening. But because it’s a river, some rapids, rain, wind, or whatever, it gives a direct link to the listener, something that they can relate to their own experience of life.

C’est l’aviron…

Réjean Beaucage, Voir, no. 781, March 7, 2002

Jean Derome et l’ensemble SuperMusique débarquent à la Cinquième salle de la Place des Arts avec Canot-camping, expéditions 5 et 6. Un projet qui a longtemps été en évolution avant d’adopter sa forme actuelle, qui reste ouverte, mais à l’intérieur de balises claires. “Il y a eu plusieurs approches, m’explique le saxophoniste. D’abord, je voulais faire une pièce toute écrite, puis j’ai opté pour une version jeu vidéo qui adopterait la forme d’un concerto, où le personnage est opposé à un milieu et doit franchir des étapes, etc. Pendant plusieurs années, j’ai pensé que je la composerais comme ça. Finalement, quand j’ai commencé à composer, c’était pour l’essayer en atelier à l’Exposition de musique (Théâtre La Chapelle, avril 2000)." Ce fut l’Expédition 1. “Passer en un mois de l’intimité du La Chapelle au Colisée de Victoriaville (Expédition 2), ça n’a pas été l’idéal." L’expérience vécue en fin de FIMAV a, en effet, été difficile. L’Expédition 3 s’est déroulée au Festival de jazz d’Ottawa en juillet 2001 et l’Expédition 4 (voir critique en page Disques) a duré trois jours dans un studio de Radio-Canada. Une expédition à New York en septembre 2001 a dû être annulée à cause de ce que l’on sait.

Bien sûr, l’idée d’une expédition de canot-camping peut évoquer à merveille le travail d’un ensemble de musiciens-improvisateurs. “Je l’aborde comme une carte géographique, un réseau de pièces dont certaines sont écrites, d’autres improvisées; quelques-unes sont des jeux où je dirige l’orchestre avec un système de signes, etc. Tout ça constitue, par exemple, la carte du parc de La Vérendrye, mais à chaque expédition, on ne visite que des parties du parc. On n’essaie pas de visiter tous les lacs, toutes les rivières, tous les campings… Mais on se fait chaque fois un circuit. Et ça dépend toujours de l’humeur des musiciens, ou du temps qu’il fait, parce que si on trouve un coin intéressant, on peut décider d’y rester plus longtemps. En canot, s’il fait très beau ou très mauvais, ça peut influencer ta décision de rester ou de partir. C’est pour ça que chaque version est une expédition. On ne s’imagine pas pouvoir faire le tour en une seule fois."

Les musiciens ont intérêt à rester en alerte, parce que dans la tête de Jean Derome, il peut arriver que les conditions climatiques changent vite! Mais l’ensemble SuperMusique est constitué de canoteurs chevronnés: Nicolas Caloia et Normand Guilbault tiennent les contrebasses, Guillaume Dostaler est au piano, Diane Labrosse à l’accordéon ou à l’échantillonneur, Joane Hétu au sax alto, Tom Walsh au trombone, Jean René à l’alto, Reiner Wiens à la guitare, Pierre Tanguay aux percussions et Martin Tétreault au tourne-disque (à quatre bras).

Derome, qui recevait en novembre dernier le prix Opus du Conseil québécois de la musique pour le rayonnement à l’étranger, retournera en Europe d’ici la fin du mois pour participer au festival Banlieues Bleues avec Joane Hétu (Nous perçons les oreilles) et reprendre la magnifique expérience tentée l’année dernière à Victo avec Louis Sclavis, Bruno Chevillon et Pierre Tanguay. D’autres concerts européens sont prévus avec le quatuor et sans doute un disque. Pour Canot-camping, pas encore de projet à l’extérieur, mais l’album récemment paru pourrait changer ça. Avant tout cependant, deux expéditions au centre-ville. Souhaitons-nous du beau temps!