actuellecd

Ensemble SuperMusique ()ESM ()

Review

Frédérique Doyon, Le Devoir, January 28, 2004

L’improvisation n’est plus l’apanage du jazz ou de la musique actuelle, c’est un moteur de découvertes, tous styles musicaux confondus. Tel est le credo de la quatrième semaine de musique thématique organisée par la Société québécoise de recherche en musique (SQRM), Les journées québécoises de l’impro en musique.

Le nouveau coordonnateur artistique de l’événement, Jérôme Blais, qui a pris le relais de Sean Ferguson, veut ainsi mettre l’accent sur «le décloisonnement des disciplines musicales en improvisation», phénomène prégnant depuis quelques années. «Même s’il n’y a pas de concert commun où ils partagent la même scène, tous les artistes présentés ont une préoccupation commune qui est non seulement l’avancement de l’impro, mais la découverte de nouvelles formes d’expression», explique-t-il. D’où une programmation qui puise dans plusieurs genres musicaux.

Outre le jazz représenté par les compositeurs Thom Gossage (30 janvier) et Steve Lacy (31 janvier), et la musique actuelle de l’ensemble SuperMusique (5 février) qui compte notamment les musiciens Jean Derome et Diane Labrosse, Les journées de l’impro présentent également l’ensemble de musique ancienne moyen-orientale Constantinople, le quatuor de musique contemporaine Quasar ainsi que Codes d’accès, qui explore les nouvelles technologies et le traitement électronique.

«C’est un peu des cartes blanches: on a demandé aux artistes de nous dire, par le biais d’un concert, où en sont leurs recherches sur l’improvisation, de nous montrer ce qu’ils ont de plus innovateur», précise M. Blais. L’explosion de l’improvisation et les croisements entre genres musicaux s’opèrent aussi à l’intérieur d’une même soirée. «Thom Gossage, qui est un musicien de jazz, va créer une œuvre de Rainer Wiens, plus connu en musique actuelle; SuperMusique passe une commande au compositeur Jean-François Laporte, qui est plutôt associé à la musique de concert contemporaine mais qui fait une exploration très originale sur le son et le timbre», cite en exemple le coordonnateur.

En axant la quatrième édition de son événement biennal sur l’improvisation, la SQRM rompt avec ses trois autres semaines thématiques menées sous la gouverne de Sean Ferguson. Celles-ci se concentraient chacune sur un type d’instrument (le piano en 1997, la voix en 1998 et les cordes en 2001). Mais cette quatrième édition s’inscrit dans le même esprit de démocratisation de la recherche musicale à laquelle aspirait la SQRM en créant les semaines thématiques en 1997.

L’organisme de recherche s’est alors doté d’un volet concerts pour «briser ses réflexes académiques» qui prenaient déjà la forme de colloques, de conférences et de publications d’articles. Pour faire le pont entre ces deux types d’activité, une table ronde intitulée «L’improvisation peut-elle sauver la musique?» s’insère au milieu des performances musicales des Journées québécoises de l’impro en musique, le 1er février.

Joane Hétu là

François Couture, Ici Montréal, April 6, 2003

Si Joane Hétu est demeurée plutôt discrète ces derniers temps, c’est que les festivités entourant le 10e anniversaire de sa compagnie de disques DAME l’ont tenue occupée au cours de la saison 2001-2002. Elle revient maintenant en force avec Nouvelle musique d’hiver, une œuvre qui sera présentée lors du premier Festival Montréal/nouvelles musiques. «J’avais envie de présenter une pièce intègrant les instruments acoustiques et électriques, ce qui est une grande caractéristique des musiques actuelles», explique la formidable touche-à-tout. C’est une des raisons pour lesquelles elle a écrit ce nouveau cycle, car Musique d’hiver (l’originale) est de nature très acoustique.

Cette première mouture remonte au début de l’an 2000, moment où elle a été présentée devant public et enregistrée. Évocation de l’hiver québécois en quatre tableaux, Musique d’hiver repose sur un matériel mélodique à tendance minimaliste, appuyé par des éléments bruitistes. Le nouveau cycle conserve la même structure et le même sujet; pour le reste… «C’est exactement l’inverse, souligne Joane Hétu. La base de la pièce tient sur une structure d’intervention à caractère bruitiste à laquelle parfois s’ajoutent des thèmes musicaux, ou plutôt des interventions tonales.»

Pour l’exécution, Joane Hétu s’est tournée vers l’Ensemble SuperMusique, un groupe à géométrie variable composé de membres de l’écurie Productions SuperMusique. «Jamais ma musique n’a été jouée par un grand ensemble!» s’exclame la joviale dame de DAME. Ils seront sept: Martin Tétreault, Lori Freedman, Guillaume Dostaler, Diane Labrosse, Pierre Tanguay, Joane et son conjoint Jean Derome. Mais… ces quatre derniers ne formaient-ils pas déjà le groupe Castor et Compagnie il y a dix ans? «Faut croire que je trouve qu’ils rendent bien ma musique… Je suis de tempérament fidèle. Vingt ans avec le même homme, quinze ans dans la même maison et mon signe chinois est le Chien: rien de plus fidèle!»

L’hiver de force

Marie Claude Mirandette, Le Devoir, February 22, 2003

Nouvelle Musique d’hiver, second volet d’un triptyque en construction, donne suite à Musique d’hiver. Une célébration d’une saison bien québécoise que signe Joane Hétu.

En 2000, SuperMusique présentait Musique d’hiver, une composition pour quintette de Joane Hétu, toute en atmosphère, célébrant l’hiver québécois. Cette année, la compositrice québécoise revient en force avec Nouvelle Musique d’hiver, second Volet d’un triptyque en devenir. Cette fois, Hétu a construit sa composition autour d’un septuor où s’entremêlent la voix, le saxophone alto, le piano, l’accordéon, le synthétiseur, la batterie, les flûtes, les clarinettes mais aussi divers objets dont un tourne-disque et un cd. Au menu, une expérience «bruitiste» mais néanmoins méditative, où les sons acoustiques et électroniques cohabitent le temps de quatre mouvements qui sont autant de tableaux élaborés autour des quatre mois d’hiver, de décembre à mars.

«Cette pièce s’appuie sur un canevas et un concept “compositionnels" [sic] laissant la part belle aux musiciens, qui improvisent afin de créer des textures et des climats sonores, de préciser Hétu. Les musiciens sont au cœur de mon travail de composition. Ils sont plus que de simples interprètes; ils participent véritablement au jaillissement de l’œuure via l’improvisation. Dès l’instant où l’on entre dans le processus de répétition, je deviens une musicienne parmi les autres et c’est à ce titre que je participe alors à la création.»

Œuvre pluridisciplinaire
Afin d’amener un peu plus loin cette idée de collégialité et de pluridisciplinarité, Hétu s’est adjoint le scénographe-éclairagiste Jonas Slowanski ainsi que le concepteur sonore Bernard Grenon. Ainsi, aux musiques et aux textes de la compositrice se greffent des projections visuelles de paysages hivernaux.

«Avec ses boîtes de son, Grenon travaille l’espace afin que la musique l’habite le plus pleinement possible.»

L’hiver risque d’être chaud et haut en couleurs grâce cette production SuperMusique/MNM présentée pour souligner le 30e anniversaire du Centre de musique canadienne du Québec. «À l’origine, on avait pensé reprendre la Musique d’hiver mais dès l’automne dernier, l’envie m’est venue de profiter de l’occasion pour élaborer le second volet du triptyque d’hiver L’idée même à la source du festival, à savoir la présentation d’un mélange, d’une multiplicité de genres, invitait à cela. Le festival MNM est une vitrine élargie qui décloisonne un peu la nouvelle musique en créant un engouement pour celle-ci, une effervescence. Il permet aux musiciens de se positionner dans le monde de la nouvelle musique tout en offrant au mélomane une véritable vue d’ensemble de cet univers éclectique qu’est celui de la musique et de la création actuelles.

«Si je pouvais formuler un souhait, ce serait que les spectateurs assistant à un concert de musique actuelle soit pleinement conscients que les musiciens sont en train de créer l’œuvre in situ et qu’ils assistent à cette naissance.»

Du canot-camping au centre-ville

Patrick Gauthier, Le Journal de Montréal, March 15, 2002

Pendant que les skieurs pensaient avec tristesse à la fin d’un hiver qui n’a jamais débuté, Jean Derome célébrait déjà le printemps avec sa sixième expédition de Canot-Camping, à la Cinquiéme Salle de la PdA.

Canot-Camping? De l’exploration sonore, oui. Se guidant sur un canevas plutôt permissif, Derome dirige dix musiciens, des défricheurs étoiles, il va s’en dire, qui répondent au chef de l’expédition au doigt et-à l’œil. Littéralement.

On ne sait plus trop si ce qu’on entend est encore de la musique, mais on est drôlement impressionné par la performance de Jean Derome et l’Ensemble SuperMusique.Si Dubmatique respecte trop les règles, Derome, lui, les repousse d’un couinement de saxophone.

Évidemment jazz, Prises d’opposition

Claude Côté, Voir, March 14, 2002

Pour les initiés, il s’agit presque d’une vérité de La Palisse: la scène jazz à Montréal est en pleine effervescence. On pourrait même parler d’une révolution intérieure: les clubs de jazz étant à peu près inexistants, les adeptes de la note bleue apparaissent aujourd’hui dans des endroits aussi improbables que le Cabaret du Plateau, l’ancien Théâtre des Variétés, le Zest, l’Alizé, ou encore la Casa del Popolo.

Côté labels, ça bouge aussi: Ambiances Magnétiques, surtout spécialisé dans la musique actuelle, lançait récemment son 100e album (Canot Camping, de Jean Derome) et Effendi, qui se consacre exclusivement au jazz, confirme aussi la vitalité du jazz local par le foisonnement de ses créateurs.

Parmi les événements, la cinquième édition d’Évidemment Jazz, présentée au Zest, offrira une programmation constituée de véritables défricheurs: LML proposera des ateliers d’improvisation pendant trois jours; Voodoo Jazz poussera le jazz funk dans ses derniers retranchements; le Big b’Off alliera poésie et jazz; et la liste s’allonge. De plus, trois nouveaux disques seront lancés lors de l’événement: les premiers du bassiste Normand Lachapelle (étiquette Hursh), et Coral Egan et du guitariste Alex Cattaneo (étiquette Nisapa), ainsi que le plus récent du quintette iks, qui nous livre un quatrième album en cinq ans d’existence.Une belle cuvée.

Porte-parole, aux côtés de Charles Papasoff, la chanteuse Coral Egan nous propose The Path of Least Resistance, produit et réalisé par ce même Papasoff: “C’est un titre à l’image des deux semaines d’enregistrement intensives avec Alex, parce que le temps accordé était court, et qu’il a fallu foncer sans trop se poser de questions, sans accorder d’importance aux menus détails. Il serait donc erroné d’interpréter le titre comme étant la loi du moindre effort." Mais pour Coral, ce titre prend aussi une autre signification: “Je me suis inspirée des archers japonais qui, selon les rites de l’art zen, méditent longtemps avec la cible dans la mire puis, au moment opportun, laissent partir la flèche." Tout vient à point à qui sait attendre, donc. Un adage qu’on pourrait appliquer à l’ensemble du jazz montréalais…

Quant au disque, il s’agit d’une collection de chansons pop guitare-voix. Des versions dénudées de Lonely (Waits), A Felicidade (De Moraes et Jobim), Le Poinçonneur des Lilas (Gainsbourg), insérées subtilement parmi les immortelles de Rogers&Hart, Irving Berlin et Johnny Mercer, en plus d’une composition originale, New Light, Old Window, livrée en deux versions distinctes. Lors de la première édition d’Évidemment Jazz, Egan nous avait pris par surprise avec une relecture sympathique de Bottle of Blues de Beck, malheureusement absente de la sélection finale de ce disque. “Je travaille beaucoup par instinct, admet-elle, la façon dont je chante me vient très naturellement. Ce qui est difficile, c’est ce qui vient après, c’est le rôle que je devrai assumer parce que l’attention sera portée sur moi puisque je suis la chanteuse; même si le travail d’Alex se démarque tout autant."