actuellecd

Ensemble SuperMusique ()ESM ()

Musique actuelle - La géométrie du flocon

Frédérique Doyon, Le Devoir, January 30, 2008

Joane Hétu conclut son triptyque sur l’hiver avec Récits de neige

Et de trois. La compositrice Joane Hétu conclut son triptyque sur l’hiver avec Récits de neige. On aura beau lui reprocher d’être trop longue, la saison froide peut être inspirante, surtout quand elle enveloppe la ville de son manteau blanc.

«J’aime l’hiver, j’aime le son, l’effet cocon que ça produit», confie la saxophoniste-vocaliste, aussi membre de l’étiquette Ambiances magnétiques et présidente de la maison de disques DAME. «C’est une saison qui a toujours été créative pour moi. Dans l’industrie du disque, janvier, février et mars sont plutôt tranquilles, ça laisse du temps pour composer. C’est précieux.»

Elle amorçait l’aventure hivernale en 2000 avec Musique d’hiver, alors que les Productions SuperMusique (qu’elle codirige) articulaient leur programmation autour des quatre saisons. Trois ans plus tard, la saison blanche lui inspirait Nouvelle musique d’hiver, avec promesse d’un troisième et dernier chapitre.

Comme ses deux spectacles frères, Récits de neige se divise en quatre mouvements. Mais ce spectacle-ci, qui réunit sept musiciens-improvisateurs (les routiers Jean Derome, Diane Labrosse, Pierre Tanguay, deux nouveaux collaborateurs, Alexandre St-Onge et Scott Thomson, en plus de Joane Hétu elle-même), recentre son propos sur la neige, plus spécifiquement sur la géométrie du flocon.

«Il fallait que j’aille à l’essence même de l’hiver: la neige. J’espérais composer 30 courtes pièces que les musiciens pourraient amalgamer comme ils veulent, comme des flocons, qui ont chacun une géométrie différente.» L’esprit des petits fragments est resté, mais la complexité du procédé et le manque de temps de création ont obligé la musicienne à prendre une autre direction.

«J’ai demandé aux musiciens de raconter des anecdotes, des souvenirs liés à l’hiver et à la neige», raconte-t-elle.

Après l’approche plus personnelle et ambiante du premier volet et celle, plus documentaire et bruitiste, du second, le troisième opus pour instruments acoustiques et électriques réunit les deux factures, avec des moments parlés, des mélodies et des segments plus abstraits. Les projections visuelles, discrètes dans les deux autres productions, prennent de l’ampleur sous la gouverne de Mélanie Ladouceur.

«Je voulais m’investir dans l’idée que les autres formes d’art sont au service de la musique», explique Joane Hétu. Sa dernière production, Filature (2006), la plus ambitieuse de sa carrière, mettait en scène danseurs et images vidéo, constituant une forme de théâtre sonore qu’elle souhaite approfondir. Cette production lui a d’ailleurs valu le prix Freddy Stone.

«Ce qui m’intéresse aujourd’hui, c’est de créer des shows-concepts, plus habillés, plus complexes qu’un concert», dit celle qui a d’abord joué les rockeuses déjantées au sein des formations Wonder Brass et Les Poules avant de se tourner vers la musique actuelle.

Cette nouvelle création de théâtre sonore fera l’objet d’un CD l’an prochain, à l’instar des deux premières productions hivernales.

Ce qui m’intéresse aujourd’hui, c’est de créer des shows-concepts, plus habillés, plus complexes qu’un concert…

D’Hivers Cités

Patrick Caron, Bang Bang, January 1, 2008

Figure de proue de la musique actuelle au Québec depuis plus de 25 ans, la compositrice, vocaliste et saxophoniste alto clôt son triptyque hivernal amorcé en 1999 avec la série de spectacles Récits de neige qui sera présentée du 31 janvier au 2 février au Théâtre La Chapelle. En compagnie de l’Ensemble Super Musique, formé des virtuoses aguerris au langage de la musique actuelle Jean Derome, Diane Labrosse, Pierre Tanguay, Scott Thompson, Alexandre St-Onge et Mélanie Ladouceur, Joane Hétu propose une chronique sur les sensations reliées à l’hiver. Autant la fascination qu’il exerce du côté scientifique que des souvenirs de chacun quant à ce qu’on appelle les hivers d’antan, Récits de neige se divisera en quatre mouvements (Neige, Jamais froid, Récits de et Blancs paysages), dans une œuvre écrite pour instruments acoustiques et électriques, avec une bonne bordée d’improvisations qui rendra chaque soirée unique. Avec l’hiver qu’on connaît, ça tombe à point.

Reviews: Festival international de musique actuelle de Victoriaville, 2007

Stuart Broomer, Musicworks, no. 99, December 1, 2007

[…] One of the things FIMAV does best is provide a window on what’s lively in current Quebec music. A longtime collaborator with Montréal’s Ambiances Magnétiques scene, the festival this year presented composer-saxophonist Joane Hétu’s Filature, a lyrical work with roots in her early work as a weaver. It’s a three-part work, scored for ten musicians - who included cellist Mélanie Auclair, bassist Normand Guilbeault, and saxophonist Jean Derome - with images appearing on three screens that begin with moving and combining threads that go through various colour and tempo shifts. In three parts, the work combined medieval and contemporary music elements in a seamless way, beginning with an all-male quintet, then following with an all-female, before the two combined for the third and final movement. […]

… the work combined medieval and contemporary music elements in a seamless way…

Jeux littéraires: Autobiografil

Yvan Maurage, Les Nouvelles d’Archimède, no. 46, October 1, 2007

En 2007, toute la terre est occupée à s’imprégner de simulacres télévisés, téléphonés, encodés. Aucune Muraille de Chine ne résiste à Google, clé omnipotente. Rien ici ou là qui ne puisse dans la seconde franchir océans et continents. Aussitôt advenu tout sera connu, répertorié, normalisé, banal… Tout? Non! À l’écart de la planète enrégimentée, des «villages» singuliers résistent encore et toujours à la normalisation. Et la vie retrouve sel et sens pour qui rencontre les Irréductibles parmi nos semblables. La musique, fade poudre instantanée, s’est-elle dissoute dans l’onde électromagnétique universelle? Pas toute la musique! se réjouissent les auditeurs de Joane Hétu, chanteuse et saxophoniste québécoise. On fait l’expérience d’une émotion brute, fondamentale en assistant à son interprétation de Filature avec l’Ensemble SuperMusique. Filature transpose sur scène le passé de tisserande de Joane Hétu, en trois actes qui «filent» la métaphore: la Chaîne (cinq hommes), la Trame (cinq femmes), le Motif (orchestre complet… et public ébahi). Contrepoint de virtuose sobriété, la vidéo de Pierre Hébert pare en direct les sons de Hétu, Auclair, Del Fabbro, Gignac, Guilbeault, Labrosse, Roger, Tanguay, Venba et de l’ange oumupien Jean Derome… Programmateurs de concerts, invitez sans délai ces Québécois sur le vieux continent: ce serait la pire surdité que de ne vouloir les entendre.

On fait l’expérience d’une émotion brute, fondamentale en assistant à son interprétation de Filature avec l’Ensemble SuperMusique.

Heard and Seen. Fimav Returns to Form

Kurt Gottschalk, Coda Magazine, no. 334, July 1, 2007

[…] Weaving is right up there with painting and sports as hackneyed clichés for describing music, but Joane Hétu’s Filature took a tight focus on each thread and every tie in her tapestry. The piece, performed with Montréal’s Ensemble Supermusique, was based on her time spent as a fabric colourist, and effectively displayed her personal sense for composing and arranging and for turning nostalgic memories into music. Pierre Hébert’s real time video manipulations, tight shots of cloth and twine, supported Hétu’s musical vison well. […]

24th Annual Festival International de Musique Actuelle de Victoriaville

Bruce Lee Gallanter, Downtown Music Gallery, June 1, 2007

[…] The final day began with a wonderful set by Joane Hétu’s Ensemble SuperMusique called Filature. Joane Hétu runs the great label from Montréal, Ambiances Magnétiques. Her longtime partner is Jean Derome and both of them play alto sax, do vocals and compose at length. Both Joane and Jean consistently release excellent, diverse discs on Ambiances Magnétiques and I always look forward to any project that either works on. Just about every year, someone from this label (like Diane Labrosse, Normand Guilbeault, Danielle Palardy Roger or Pierre Tanguay) does something special up at Victo. Filature is Joane Hétus most ambitious project yet and it will take a while to absorb its many layers of ideas. It featured ten musicians, five women and five men with Pierre Hébert doing video projections. Joane refers to it as sound/theatre and that sounds right. Joane was once a weaver before concentrating on becoming a musician and the theme of weaving is the central thread throughout this work. The first part is called The Warp and featured the five men on alto sax or flute, violin, trumpet, contrabass and drums. The music was an exquisite blend of lovely harmonies, short drones, acappella vocal sections and haunting music. The video images were of a single tree branch with some occasional growth. The second part, The Weft featured the five women musicians on violin, cello, flutes, sampler, percussion & alto sax. Most of the women contributed charming vocal sounds along with their contemplative, cinematic music, sometimes sparse but always enchanting. The third and final part was called The Pattern and it featured all ten musicians. It began with just a few repeating notes and evolved through different grooves and sections. I love the way the vocals and instruments shared stunning harmonies with each other. Joane has a gift for breaking up the melody and having different members share their lines so that whole band sounds like one refined tapestry of sound. It reminded of the superb magic-music that Fred Frith’s Keep the Dog used to play and yes, Jean Derome was an integral part of that band many years ago. The images of twine, knots, rope, faces and hands connected with the music just right. It was a marvelous set and I can’t wait for it to be released on disc! […]

Joane has a gift for breaking up the melody and having different members share their lines so that whole band sounds like one refined tapestry of sound.