actuellecd

Érick d’Orion

Critique

Danny Trobu, Chez Danny Trobu, May 28, 2010

Cette année, le FIMAV n’était pas fait seulement de spectacles en salle. Au Théâtre Parminou il y avait cette curieuse installation faite de 6 pianos qui ont connus de meilleurs jours et de hauts-parleur qui jouaient des solos de piano.

Il faut dire que l’entrée en matière était assez particulière: J’arrive au Parminou et il y a une petite dame à l’entrée. «Venez-vous voir les pianos?» me demande-t-elle d’un air comme si j’étais le premier à me présenter. Elle me fait signe que c’est au bout du couloir à gauche. «Attendez, je vais vous ouvrir la porte» fait-elle comme si la porte était barrée pour garder les pianos à l’intérieur.

J’entre dans cette pièce aux murs noirs où seulement 6 spots éclairent les 6 pianos et il y a un piano qui gronde. La porte se referme derrière moi dans CLANG sonore. Ça y est, je suis pris au piège et les pianos vont avoir ma peau.

Après quelques secondes, je confirme que les pianos ne bougent pas. C’est déjà ça, mais maintenant 3 pianos grondent furieusement. Tout d’un coup, il se taisent. Le piano recommence doucement dans les hauts-parleurs et un piano enchaine en grondant légèrement. Plus le solo de piano s’emballe, plus les pianos entrent dans la mélodie et grondent en chœur.

Les pianos ont vraiment connus de meilleurs jours. Ils sont carrément hors d’état de jouer. Du coup, je voyais une maison de retraite pour vieux pianos séniles. Il y a un délai entre la musique et les réactions des pianos, comme des vieux gâteux qui passent leur temps à dire «Heille! C’est moi qui jouait ça!».

Les pianos grondent car d’Orion a placé un moteur électrique désaxé dans chacun d’eux. Après avoir discuté avec d’Orion entre deux show du FIMAV, j’ai appris que c’est un ordinateur qui contrôle les moteurs en les activant selon les fréquences présentes dans la trame de piano; un piano gronde sur les graves, un autre sur les moyennes-graves, un autre sur les hautes et ainsi de suite. Le délai entre la réaction du moteur par rapport à la musique est dû au temps que prends le moteur avant de démarrer, soit environ un quart de seconde.

J’ai dû passer 15 minutes planté là, seul, au milieu de 6 pianos qui grondent à étudier leurs réactions.

Mon avis: Fascinant!

Fascinant!

Le FIMAV persiste et signe malgré une baisse d’affluence

Alain Brunet, La Presse, May 25, 2010

Après avoir fait la pause en 2009, le Festival international de musique actuelle de Victoriaville a conclu dimanche sa 26e présentation par une chute substantielle de son affluence en salle: 3500 places payantes, comparativement à 6000 en 2008, et un déficit d’environ 25 000$ sur un budget qui frôle les 650 000$. En revanche, on affirme que près de 10 000 personnes ont assisté aux installations et événements gratuits présentés à Victoriaville par le festival.

«Il y a une baisse, ça c’est sûr. On s’attendait à ce qu’il y ait moins de public, mais nous aurions cru à une plus grande affluence vendredi», admet Michel Levasseur, directeur artistique et fondateur du FIMAV, avant de justifier cette décroissance. Dans ses meilleures années, faut-il le rappeler, le FIMAV avait franchi le cap des 7000 places.

«En diminuant le nombre de jours à quatre au lieu de cinq, nous espérons désormais atteindre le cap des 5000 entrées payantes. À tout le moins, 4500 entrées pour l’an prochain. Pour ce qui est de cette année, je crois qu’il est trop tôt pour évaluer l’opération dans son ensemble», croit-il, ajoutant d’un ton affirmatif que le FIMAV vit un nouveau départ et que les objectifs de la transition vers une formule renouvelée ont été atteints… sauf le nombre de places payantes, il va sans dire.

Des changements

Rappelons que l’équipe du festival a entrepris des changements structurels qui, selon Levasseur, ont été bien accueillis par la clientèle.

«Nous avons amorcé un volet cinéma (encore embryonnaire) avec quelques présentations — dont Mamori de Karl Lemieux, cinéaste originaire de Victoriaville dont le film a été créé en collaboration avec l’ONF. Nous avons aussi dynamisé l’événement avec les installations sonores gratuites qui, selon nos estimations, ont été vues par environ 10 000 personnes. De plus, la création d’une deuxième salle au Colisée des Bois-Francs a été très bien accueillie.»

En fait, la baisse de l’achalandage en salle ne semble pas décevoir Michel Levasseur. Il soutient ne rien regretter de ses choix de programmation, triés à partir de plus de 700 propositions artistiques. De surcroît, il dit assumer totalement la présence accrue de productions québécoises, à hauteur de plus ou moins 50% de la programmation en salle de son festival aux prétentions internationales. «Quand on pense que le concert de René Lussier était l’un des plus attendus de toute la programmation, je dis mission accomplie», tranche-t-il.

Beaux moments, belles rencontres

Parmi les grands moments passés au 26e FIMAV, le directeur artistique n’hésite pas à souligner le succès des soirées de samedi et dimanche au Colisée de Bois-Francs, notamment le concert du jazzman octogénaire Bill Dixon, Tapestries for Small Orchestra. «J’ai été ébloui par cet homme qui, à la fin de sa vie, est venu avec une telle force nous présenter de la musique entièrement inédite.»

Enfin, le directeur artistique du FIMAV se réjouit des rencontres entre artistes locaux et étrangers: «L’Américain Charlemagne Palestine, fait-il observer, a été emballé par l’installation du Québécois Éric d’Orion (Solo de musique concrète pour 6 pianos sans pianiste) présentée au Théâtre Parminou.»

Peu probable, donc, que la manière Levasseur ne connaisse des modifications importantes pour la 27e présentation du petit festival des Bois-Francs.

«Nous seront en mesure de peaufiner les changements structurels réalisés cette année. C’est un grand pas en avant, je crois», martèle-t-il.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le FIMAV persiste, signe… et assume sa signature.

Le directeur artistique du FIMAV se réjouit des rencontres entre artistes locaux et étrangers: «L’Américain Charlemagne Palestine, fait-il observer, a été emballé par l’installation du Québécois Érick d’Orion (Solo de musique concrète pour 6 pianos sans pianiste) présentée au Théâtre Parminou».

FIMAV 2010, Day 2

François Couture, Monsieur Délire, May 22, 2010

Before the first concert, we went back to Érick d’Orion’s sound installation. First of all, it’s physically beautiful: six ruined pianos of various shapes and eras. High class. The soundtrack of piano solos is played back at low volume, often drowned by the vibrations of the motors set in motion by the soundtrack (frequencies are digitally assigned to the motors attached to the pianos). Very nice work.

High class. Very nice work.

Le FIMAV pour tout le monde

Manon Toupin, La Nouvelle Union, May 21, 2010

Pour ceux qui n’ont pas nécessairement l’audace d’acheter des billets pour assister à un concert du Festival international de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV), une belle alternative leur est offerte cette année avec la mise en place d’installations sonores dans l’espace public.

Ainsi, trois lieux différents, accessibles gratuitement, ont été aménagés afin d’y offrir une expérience sonore inhabituelle.

Une première installation est accessible à l’intérieur du théâtre Parminou. À cet endroit, Érick d’Orion a installé ses six pianos qui vibrent grâce à l’ajout d’un mécanisme. Ainsi, au lieu d’entendre les notes résonner dans l’espace, c’est le bois des pianos qui vibrent sous la baguette d’un programme informatique.

Intitulée Solo de musique concrète pour 6 pianos sans pianiste, l’installation propose six pianos laissés à l’abandon. En musique de fond, pour accompagner la vibration, un montage sonore d’échantillons de solos de pianos.

Érick d’Orion, qui est électronicien, artiste sonore bruitiste et maximaliste, est très heureux de pouvoir présenter ce travail dans le cadre du FIMAV, qu’il fréquente depuis plusieurs années.

Les deux autres installations sont situées dans le parc Sainte-Victoire. Au kiosque à musique, ce sont les Empreintes d’Yves Daoust que les passants peuvent apprécier. En effet, il a installé des carillons faits de différents matériaux (cuillères, bouts de bois, etc.) qui émettent leur son lorsqu’ils sont agités. S’ajoute à cela une musique électroacoustique déversée par 8 haut-parleurs fixés au plafond du kiosque. Les visiteurs sont donc invités à se laisser envahir par les sons.

Finalement, directement sur la piste cyclable, près de la vélogare, La vie mode d’emploi d’André Pappathomas lance ses voix avec une orchestration multipiste des voix de choristes de la région qu’il a enregistrées il y a quelques mois.

Chaque haut-parleur, fixé à un arbre, diffuse sa propre partition ce qui fait qu’en avançant sur la piste, différents voix, sons et mélodies parviennent aux oreilles. Une expérience enveloppante où les gens pourront s’amuser à reconnaître des voix de parents, d’amis ou de connaissances

Ainsi, au lieu d’entendre les notes résonner dans l’espace, c’est le bois des pianos qui vibrent sous la baguette d’un programme informatique.

Le 26e FIMAV se lance sur six pianos

Yanick Poisson, La Tribune, May 21, 2010

Le directeur artistique du Festival international de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV), Michel Levasseur, a donné le coup d’envoi à la 26e reprise de son événement, jeudi soir, avec un an de retard. Selon lui, le stress relié à l’obsession de bien faire après cette année sabbatique s’est transformé en une adrénaline qui donnera son énergie à une étape cruciale dans l’histoire de l’événement.

«Nous avons retranché une journée au Festival cette année. En revanche, nous nous sommes imposé le stress d’ajouter une journée pour les installations sonores et la présentation du spectacle de Nabaz’mob aux écoliers, des choses que nous n’avions pas faites depuis un bout de temps. Maintenant que ces étapes sont franchies, le stress s’est transformé en adrénaline», a indiqué M Levasseur.

Sans en dévoiler le nombre, le fondateur du FIMAV a d’entrée de jeu admis que le 26e événement ne sera pas aussi prisé que son précédent, qui a eu lieu en 2008. Il faut dire que le 25e avait été une édition festive et que l’année de relâche a certainement eu un impact sur la pré-vente de billets. Peu importe l’achalandage du week-end, Michel Levasseur n’espère qu’une chose, c’est que le Festival retrouve sa vivacité d’antan.

Afin d’ouvrir de belle façon le 26e FIMAV, Michel Levasseur a fait appel à Éric d’Orion et à son installation Solo de musique concrète pour 6 pianos sans pianiste. Cette œuvre consiste, comme son nom l’indique, en six pianos munis de moteurs qui entonnent autant de partitions différentes sans l’aide de pianistes. La particularité avec ces pianos est le fait qu’ils ont tous des imperfections et qu’ils n’ont donc pas le même son qu’un piano en bon état.

«Dans cette installation, j’ai recherché un moyen de donner une vie à des objets qui ne sont plus utilisés. J’ai appelé chez un restaurateur de pianos qui a été très heureux de me vendre six pianos défectueux pour 1000$. Il est même venu me les livrer», a-t-il expliqué.

L’artiste a ensuite choisi une série de pièces allant du jazz de Duke Ellington au «gros rap sale» et a attitré, par ordinateur, des trames à chacun des pianos. Le résultat est impressionnant.

Éric d’Orion en est à sa deuxième participation au FIMAV. De son propre aveu, sa première visite à Victoriaville, il y a de cela sept ans, lui a permis de faire son chemin sur la scène internationale. «Que tu sois n’importe où, le FIMAV est un joueur majeur dans le milieu et c’est sûr que d’intégrer ça dans ton CV ouvre plusieurs portes», a-t-il conclu.

Le résultat est impressionnant.