actuellecd The New & Avant-garde Music Store

Jean Derome More from the press

In the press

  • Catherine Perrey, Ici Montréal, April 13, 2000
  • Luc Bouquet, ImproJazz, February 1, 2000
    … l’auditeur sera frappé par la sobre et limpide beauté d’une musique immense d’humanité.
  • David Lewis, Exclaim!, September 9, 1999
    Strand… is one of Derome’s most satisfying projects and confirms why his music deserves wider acclaim.
  • Octopus, June 1, 1999
    … ses improvisations sont celles d’une avant-gardiste et festive fanfare hissant très haut les couleurs d’un «jazz» canadien…
  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, no. 39, March 1, 1999
    une confrontation ludique et presque innocente de saxophones alto, de divers instruments à vents, de percussions, de voix à l’image d’une iconographie enfantine.
  • Frank Rubolino, Cadence, no. 25:3, March 1, 1999
    The use of voice to complement music has become standard fare with Derome , and he and Hétu use it intelligently…

Camping sauvage

Catherine Perrey, Ici Montréal, April 13, 2000

Ça se présente un peu comme la couverture d’Astérix et Cléopâtre,avec une énumération époustouflante: 26 musiciens, 3 danseurs, 5 lecteurs, 14 projets musicaux, 1 expositions, 1 rencontre, 17 répétions publiques, 2 ateliers et 8 concerts. Ouf! En entrevue Jean Derome et moi nous sommes penchés sur le programme général comme si nous étions en train de consulter une carte géographique, pour nous repérer dans cette jungle luxuriante.«Dans la perspective d’Une exposition de musique, il s’agit de montrer des œuvres qui n’ont pas, entre autres, fait l’objet de disques, et de les présenter dans l’esprit d’une rétrospective, pour voir où elles sont rendues et leur redonner une nouvelle vie.

Et puis, il y a également les ensembles qui existent déjà, mais qui vont poursuivre leur démarche, précise Derome. C’est une vraie résidense d’artiste; je vais essayer un tas d’affaires pendant deux semaines et j’ai le luxe incroyable d’avoir des musiciens presqu’à temps plein à ma disposition». Et comment! Malgré une discographie comportant 15 enregistrements, Jean Derome ne représentera rien de figé sur ces galetes. Les Dangereux Zhoms, par exemple, son populaire ensemble dédié à l’exploration des œuvres extraites de ses carnets de voyage, travailleront uniquement du matériel inédit pendant quatre répétions publiques- et gratuites- en journée, et présenteront le fruit de leur labeur pendant deux soirs différents. Tout un chacun pourra ainsi assister à la genèse des œuvres. Il y aura également les cinq répétitions publiques et le concert du Grand ensemble canot-camping, un orchestre de 11 musiciens improvisateurs qui constitue la matrice d’une bonne partie des sous-ensembles présentés tout au long de cette folle quinzaine: «Les 11 musiciens sont employés à toutes sortes d’autres tâches. Un lien va se créer entre tous les concerts, comme par exemple, l’dée de nature.»

L’impro. c’est du sport

En effet, Derome, qui est également féru de littératures (comme en témoigne son disque Hommage à George Perec), proposera une soirée Littérature et musique où cinq lecteurs accompagnés de cinq improvisateurs déclameront des textes de Ferron, Caneti, Brosse… et dont le thème principal est la nature. D’autres projets sont étonnants, parce que Jean Derome quitte son saxophone et ses appeaux pour se transformer en pianiste, avec Nathalie Derome et en batteur au sein d’un quatuor de tambombours, ce qui est totalement inédit (en public) pour ce travailleur de sax. «Je me domme un concert, je me fais cette confiance-là alors que je joue très mal du piano et que je suis très nerveux. L’idée primordiale, c’est de toujours renverser l’aspect «performatif» et de se laisser la chance de faire des choses», précise le musicien. Quant à l’improvisation, elle est la cheville ouvrière de la vie musicale de Derome (voir le superbe texte sur l’improvisation dans le programme), qui ajoute:«En improvisation libre, il y a une ouverture incroyable à tout ce qui se passe.On se sent à la fois complètement libre de prendre n’importe quelle décision.»Et de conclure: «Pour moi, la musique, c’est la forme supérieure de pensée. C’est incroyable, lorsque quelqu’un me parle, j’entends parfois des réponses en musique. Ça n’arrive parce qu’on senrait vite dans une voie de non-communication!»

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, February 1, 2000

Strand — Under The Dark Cloth est la b.o.f. du film de John Walker consacré au photographe et cinéaste underground Paul Strand (1890 — 1976). Signées par le saxophoniste Jean Derome, les dix-huit pièces de ce compact sont le plus souvent les illustrations musicales des photographies de Strand. Comme toujours en pareil cas l’image manque. Informé ou non du contenu, l’auditeur sera happé par la sobre et limpide beauté d’une musique immense d’humanité. Mais l’on aurait aimé goûter à l’œuvre dans son intégralité, car point besoin d’être devin pour deviner que le film de Walter ne sera probablement jamais distribué en France. Reste la musique; captivante, douce, mystérieuse, comme toujours chez Derome.

… l’auditeur sera frappé par la sobre et limpide beauté d’une musique immense d’humanité.

Review

David Lewis, Exclaim!, September 9, 1999

Derome has to number among Canada’s most diverse, entertaining and prolific composers. This film soundtrack features him on flutes, tin whistle, alto saxophone, piano and percussion, as he leads a 12 piece orchestra in a program of 18 miniatures distinguished by their cohesive suite-like flow. The composer’s melodic flair shines as Claude Maheu’s oboe states the lovely theme of Rebecca while timpani (Abstraction), steel drums (Blind Woman) and delicate percussion fills (La Galerie,) show Derome’s rhythmic invention and his mastery of harmonic colour and minimalist detail. Pascale Beaudry’s violin and the wordless vocals of Karen Young add consistent charm and dramatic strength to a project that ranges from the vibrant African vamp of the heavily percussive Ghana (Hope) to the sprightly folk themes of Hébrides (A Song & A Dance). Paul Strand, Under the Dark Cloth is one of Derome’s most satisfying projects and confirms why his music deserves wider acclaim.

Strand… is one of Derome’s most satisfying projects and confirms why his music deserves wider acclaim.

Critique

Octopus, June 1, 1999

Aprés Navré et Carnets de voyage,Torticolis est le troisième album de Jean Derome et ses Dangereux Zhoms (René Lussier au saxophone et à la guitare, Tom Walsh, etc)enregistré live au Théâtre La Chapelle à Montréal. Fortement rythmées, les cadences infernales de ses improvisations sont celles d’une avant-gardiste et festive fanfare hissant très haut les couleurs d’un «jazz» canadien dont les représentants les plus caractéristiques seraient Joane Hétu, Diane Labrosse, Robert Marcel Lepage et Martin Tétreault.

… ses improvisations sont celles d’une avant-gardiste et festive fanfare hissant très haut les couleurs d’un «jazz» canadien…

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no. 39, March 1, 1999

Justement, c’est le registre qu’a choisi — encore elle — Joane Hétu dans un second opus en compagnie de Jean Derome (par ailleurs compagnon de Castor et compagnie) Nous perçons les oreilles s’inscrit en effet dans la suite logique des récents enregistrements bruitistes de Lussier / Tétreault ou de Labrosse / Mori / Tétreault, avec une approche nettement plus acoustique: ici ni échantillonnages, ni tourne-disques, mais une confrontation ludique et presque innocente de saxophones alto, de divers instruments à vents (appeaux, etc.), de percussions, de voix à l’image d’une iconographie enfantine.

une confrontation ludique et presque innocente de saxophones alto, de divers instruments à vents, de percussions, de voix à l’image d’une iconographie enfantine.

Review

Frank Rubolino, Cadence, no. 25:3, March 1, 1999

Joane Hétu (alto and voice) and Jean Derome (alto, small instruments, percussion, and wice) appear as a duet on Nous perçons les oreilles (Ambiances magnétiques). This time, the music is the more dominant influence, with the vocals adding color and texture to the fierce alto screams rather than acting as a story-telling device. Hétu again uses scatting vocal utterances in conjunction with the music, but she devotes equal concentration on this set to the alto that she blows with reckless abandon on many of the selections (Nous Perçons / Le Poinçon / Jonquille / Les osselets / Lea / Les oreilles / L’enclume et le marteau / L’étrier / La ouate / Les orteils / Ça va pas). The use of voice to complement music has become standard fare with Derome (he scripted all the text), and he and Hétu use it intelligently on this date as an alternate for additional instrumentation. Their voices interact with their instruments in staccato fashion to provide a diverse sound stage of irregular beat and freedom playing. When the two are in tandem on alto, they play either a cat and mouse sound game or blow intensely in freeform style. The cacophony of the horns melts into screechy vocal outbursts or guttural tones to yield strange but musical results. This recording is unusual but certainly excitinq and original.

The use of voice to complement music has become standard fare with Derome , and he and Hétu use it intelligently…

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.