actuellecd The New & Avant-garde Music Store

Jean Derome More from the press

In the press

Portrait: Jean Derome et les Dangereux Zhoms

François Couture, AllMusic, June 1, 2002

In the mid-’90s, Jean Derome et les Dangereux Zhoms was Montréal saxophonist Jean Derome’s prime project. The group released three albums from 1994 to 1998. Although activities have slowed down, it continues to perform around the world — in the Ambiances Magnétiques roaster it stands as the most popular act abroad.

1992 was a good year for Jean Derome. He recorded the final (and best) album by his duo Les Granules with René Lussier and the first by his trio Évidence, among many other projects including music for dance and theatre. He was touring like crazy and began to keep a travel diary in which he jotted down musical impressions. It appeared to him that this “road music” screamed for a band of its own. Drawing from all of his activities, he put together Jean Derome et les Dangereux Zhoms (“Jean Derome and the Dangerous Guyz,” to pick up the intentional misspelling in the last word). The group, conceived as a road band just like the music, consists of the avant-garde jazz trio Évidence (Derome, bassist Pierre Cartier and drummer Pierre Tanguay), plus Les Granules (guitarist Lussier), plus two of Derome’s regular sidemen, trombonist Tom Walsh and keyboardist Guillaume Dostaler.

For this unit Derome penned a repertoire of pieces that blend avant-jazz, avant-rock and free improv, focusing on jazz stylings Évidence derived from Thelonious Monk, the saxophonist’s idiosyncratic contrapuntal writing and the warped stage humor that was the trademark of Les Granules. They gave one hell of a dynamite show. The Dangereux Zhoms began to perform in Montréal and the East Coast. A first CD, Carnets de Voyage (“travel diaries”) was recorded and released in 1994. Navré came out a year later. The group continued to tour extensively, in the US and soon in Europe too. By the end of 1997, tensions between Derome and Lussier had reached new heights and the two parted ways after two decades of close collaboration. The group was put on hiatus and Derome produced a live album from tapes recorded at the Théâtre La Chapelle in Montréal in February 1996. Torticolis was released in 1998 and the three Dangereux Zhoms CDs were packaged together as the box set 1994-96. The chapter was closed… or so it seemed.

In 1999 Derome reactivated the unit, minus Lussier. Local performances have been sparse and limited to special events (like a two-week Derome residency/retrospective at the same Théâtre La Chapelle in 2000), but the group still performs regularly outside Montréal and has appeared at jazz festivals in Guelph and Vancouver and at the 2001 RingRing festival in the Czech Republic.

… in the Ambiances Magnétiques roster it stands as the most popular act abroad.

Pagayer sur les ondes sonores

Alain Brunet, La Presse, March 13, 2002

Chaque été, Jean Derome se paie immanquablement une semaine de canot-camping avec sa tendre moitié, la saxophoniste Joane Hétu. Sacs en bandoulière, le couple prend l’autobus au terminus Voyageur. Les tourtereaux traversent ainsi les Laurentides et descendent au Domaine du parc de La Vérendrye afin d’y louer une embarcation et y vivre un rituel de quelques jours en pleine nature, sans l’intention de se prendre pour l’explorateur dont le fameux parc national porte le nom. «On se remarie chaque année, on signe pour une autre», blague le compositeur et multi-instrumentiste, à la veille d’une nouvelle expédition. Sonore, cette fois: ce soir et demain à la Cinquième Salle de la Place des Arts, 10 instrumentistes-improvisateurs regroupés sous la bannière Super Musique seront conviés aux cinquième et sixième expéditions de Canot-camping.

«Tout dépend du climat, de la température, de l’humeur des acteurs, explique Jean Derome. C’est donc comme une expédition. En canot-camping, tu es obligé d’inventer sans cesse car tu n’as que peu de moyens pour réagir aux éléments. Tout est toujours sommaire, rien n’est établi. J’y vois beaucoup de rapports avec l’improvisation. «Ce qui est transposé à la musique, ajoute le musicien ce n’est pas tant de reproduire les sons perçus lors des vraies expéditions de canot-camping que les idées qui s’en dégagent -vagues des lacs, courant des rivières, vent, pluie, orages, insectes, etc. Ce qu’on écoute au parc de La Vérendrye n’est, d’ailleurs, pas si riche, c’est pourquoi les pièces improvisées par l’ensemble Super Musique s’avèrent souvent contemplatives.»

Ce qui n’empêche aucunement une variété de climats sonores, assure l’interviewé. Les 11 improvisateurs réunis autour de Jean Derome (le contrebassiste Normand Guilbeault, la claviériste-échantillonneuse Diane Labrosse, le tromboniste Tom Walsh, la saxophoniste Joane Hétu, on en passe) n’essaient pas de reproduire des sons perceptibles dans les Hautes-Laurentides.

«Il ne s’agit pas d’une description sonore, tranche Derome. Toutefois, plusieurs idées de mes voyages en canot-camping me servent d’images. Par exemple, il m’arrive de diviser la formations en parties distinctes; dans chaque «canot», un leader émet une consigne visuelle et déclenche une pulsation qui rappelle le coup d’aviron. Cette métaphore est le point de départ d’un travail de pulsation en déphasage - puisque chaque canot a son rythme propre. «Les idées du canot-camping, donc, sont fertiles pour les improvisateurs. En fait, ce n’est pas tant le canot-camping qui m’intéresse, mais faire en sorte que les musiciens soient stimulés et puissent improviser un matériel riche. Tu peux ainsi faire en sorte que leur jeu se modifie à chaque expédition.»

Encore faut-il distribuer des consignes précises, voire évocatrices. Les Butch Morris, John Zorn et autres Fred Frith ont leurs codes distincts lorsqu’ils mettent en branle ce qu’ils nomment des game pièces, jeux d’improvisation sonore répandus au sein des avant-gardes sonores. Or, puisque les consignes de tels jeux improvisés ne sont pas universelles, chaque leader doit inventer les siennes. Jean Derome y a vu: «Nous nous sommes entendus sur une soixantaine de signes visuels, dont plusieurs s’inspirent du langage des sourds-muets.» Voilà qui ajoute à la dimension visuelle!

On rappellera que la première expédition sonore avait eu lieu en avril 2000 au Théâtre La Chapelle, Jean Derome y était alors artiste en résidence. Puis l’équipée a pagayé sur les ondes sonores au Festival international de musique actuelle de Victoriaville, une autre fois au Festival de jazz d’Ottawa avant d’enregistrer un disque l’automne dernier à la Société Radio-Canada -lancé tout récemment sur l’étiquette Ambiances Magnétiques. Compte-t-on reproduire cette quatrième expédition? Pas du tout, improvisation oblige. «Les expéditions 5 et 6 seront différentes, de garantir Jean Derome. Tout ce qu’on y conservera, ce sont les préparatifs du voyage… qui sont toujours les mêmes lorsque je me rends avec ma blonde au parc de La Vérendrye. Cette approche musicale, en somme, est aussi vaste que le parc lui-même; à chaque représentation, on en explore un coin, on y effectue un trajet différent.»

… une variété de climats sonores…

Rencontre monumentale

Kathleen Lavoie, Le Soleil, May 20, 2001

Association magique que celle de Louis Sclavis, Bruno Chevillon, Jean Derome et Pierre Tanguay

Quatre as. Quatre magiciens. Quatre maîtres-instrumentistes. Leur rencontre ne pouvait qu’être magistrale. En associant les Français Louis Sclavis (clarinette, clarinette basse, saxophone soprano) et Bruno Chevillon (contre-basse) aux Québécois Jean Derome (saxophones, appeaux, voix) et Pierre Tanguay (batterie), le FIMAV a réussi tout un coup de génie, hier!

Cette formation à géométrie parfaite à livré en première mondiale une performance ahurissante où virtuosité et originalité ont tout simplement sidéré l’assistance du Cinéma Laurier.

Née dans le sillage du passage de Sclavis au festival en 2000, cette rencontre a dépassé toutes les espérances. D’abord, en raison de cette musique mi-notée mi-improvisée particulièrement inventive, évoquant une faune sonore dense et mystérieuse, que le quatuor a créée au cours des derniers jours, mais aussi à cause de performances en solos et en duos d’une fougue inattendue.

Bien sûr, la réputation des quatre collaborateurs n’est plus à établir, mais il fallait quand même entendre les envolées synchronisées monumentales des Sclavis et Derome et voir les improvisations très physiques des Tanguay et Chevillon! Quel spectacle!

Dans ce dernier cas, on ne saurait trop vanter la dextérité du contrebassiste… Cordes fouettées, grattées au pic, instrument frictionné imitant le travail du platiniste, tout y est passé!

Certainement l’un des moments les plus marquants de ce 18e festival. Et peut-étre même de toute son histoire.

Éloge de la musique libre

Luc Bouquet, Écouter voir, no. 106, October 1, 2000

Derome, Jean: Un Zhom passionnant

Figure de proue des musiques de traverse quéhécoises Jean Derome, compositeur, multi-instrumentiste, improvisateur et interpréte s’est acoquiné à nombre d’écoles; classiques, anciennes, baroques, contemporaines, jazz, populaires tout en renouvelant et régénérant le style approché. A l’origine du label Ambiances Magnétiques, le saxophoniste explore avec une délectation rare les inconnus musicaux. Avec Les Dangereux zhoms il convoque l’inattendu, le rebondissement élégant (Jean Derome & Les dangereux Zhoms / AM 901), avec Joane Hétu il racle, torture bec et clés de son saxophone pour en falre sortir un ahurissant festin de sons (Nous perçons les oreilles / AM 054). Inventeur de folklores chimériques, metteur en sons de bandes originales de film (Strand Under The Dark Cloth / AM064) ou de spectacle de danse (La bête / AM 048) Jean Derome crée une architecture musicale parmi les plus surprenantes du moment.

Marathon man

Nicolas Tittley, Voir, April 13, 2000

Du 11 au 22 avril, les murs du Théâtre La Chapelle vont vibrer au rythme de l’un des musiciens les plus prolifiques de la scène actuelle montréalaise. Durant ces deux semaines, le saxophoniste Jean Derome présentera quatorze projets musicaux différents, et croisera le fer avec pas moins de vingt-six musiciens, parmi lesquels on retrouve les suspects habituels (les Tanguay, Hétu, Labrosse, Guilbeault et autres habitués de l’écurie Ambiances Magnétiques). Outre les concerts à proprement parler, les spectateurs pourront - chose plutôt rare - rencontrer l’artiste, découvrir son penchant pour les arts visuels à l’occasion d’une exposition, et assister à de nombreuses répétitions publiques d’œuvres en développement. Ambitieux et démesuré, cet événement permettra, pour citer l’artiste, de «réaliser des rêves plutôt que de rêver à des réalisations». Un esprit moins aventureux aurait peut-être considéré une telle entreprise comme un véritable suicide, alors qu’un homme plus compétitif aurait pu y voir l’occasion de briser un record Guinness. Jean Derome, lui, l’a fait comme ça, parce qu’on lui en a donné l’occasion. «J’ai déjà joué plusieurs fois au TLC et je ne voyais pas comment je pourrais continuer de susciter l’intérêt simplement en reprenant une série avec les Dangereux Zhoms ou un autre de mes ensembles, explique-t-il. «Je le fais un peu par bravade, mais aussi par jalousie, presque. Les gens de théâtre ou de danse qui jouissent de ce luxe: pouvoir travailler tous ensemble durant un mois sur un show.» La série, intitulée Jean Derome: Une exposition de musique, est exactement le genre d’événement dont Richard Simas, directeur artistique et programmateur visionnaire du Théâtre La Chapelle, raffole. «Ça fait plus de vingt ans qu’on se connaît, Richard et moi. On a fait beaucoup de choses ensemble et, cette année, lorsqu’il m’a offert une carte blanche et qu’il m’a demandé ce que je désirais faire, j’ai tout de suite voulu habiter le théâtre pendant un mois. Je e suis vite rendu compte que c’était un peu trop, mais même à deux semaines, on garde l’idée d’occuper le théâtre d’une façon plus globale qu’on ne le ferait pour une série normale de concerts.» Pour qui connaît un peu l’auteur, adepte de l’Oulipo (il a déjà consacré une œuvre à Perec) et spécialiste de l’interdisciplinarité (lors des deux semaines, on retrouvera de la performance, de la danse, des lectures), Une exposition de musique est un titre qui colle très précisément à la démarche de Derome. D’abord, parce qu’il permet aussitôt quelques dérapages sémantiques. «C’est une exposition de musique, mais aussi une façon d’exposer les musiciens à ma musique, comme on dit “être exposé à des radiations", explique Jean. En même temps, c’est une question qui est (ex)posée au public: Y-a-t-il un intérêt à voir des répétitions et à suivre l’évolution d’un projet?» Il y a aussi, il faut le reconnaître, une certaine ironie dans l’idée de proposer une «exposition» à caractère musical. La musique, surtout lorsqu’elle comporte une grande part d’improvisation, comme ce sera le cas, est un art périssable, fugace. «Ce ne sont pas des tableaux que je peux sortir d’un entrepôt; lorsque je reviens sur des œuvres passées, il faut que je les remonte dans le passé, que je retrouve les instruments qui m’ont servi, que je les remette en état, et que je réapprenne certaines choses…»

Bien que Derome profite de l’occasion pour revisiter quelques pièces de son répertoire (la plus vieille, Serge accordéoniste, est un solo qui remonte à 1985, et sera accompagnée d’une performance de Nathalie Derome), il ne s’agit pas d’une rétrospective à proprement parler. En fait, l’artiste en mouvement est résolument tourné vers l’avenir. «Dans le fond, je suis très jaloux d’un gars comme Robert Lepage, qui se permet de montrer des work in progress qui coûtent un quart de million, dit en riant le saxophoniste. Plus modestement, j’aimerais seulement dédramatiser l’angoisse du projet inachevé, et offrir aux gens l’accès au processus créatif. Il y a un aspect didactique dans tout ça; je pense que c’est le genre de chose qui pourrait intéresser beaucoup de jeunes musiciens.» C’est exactement ce qui se passera avec Canot-Camping, qui sera présenté en mai au Festival international de musique actuelle de Victoriaville, et qui fera ses premiers pas au TLC. «Avec onze musiciens, c’est le plus gros projet du lot. Les musiciens vont voir les partitions pour la première fois le soir de la répétition; et c’est là qu’on va monter le spectacle.» Il ne s’agit là que d’une infime partie du programme, où se succéderont duos, solos, trios, improvisations, pièces arrangées pour fanfare, j’en passe et des meilleures. Derome est un compositeur et un interprète tellement prolifique qu’il faudrait plusieurs années pour faire le tour de son œuvre. Mais si, d’aventure, il nous prenait l’envie d’assister à tous les événements, découvrirait-on le vrai visage de Jean Derome? «J’espère que ça donnerait l’impression d’une mosaïque qui me ressemble. Mais je ne sais pas s’il y aurait une réponse claire. Au fond, je pense que chaque œuvre d’art est une question.»

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.