actuellecd

Jean Derome

La maturité de L’OFF Festival de jazz

Serge Truffaut, Le Devoir, May 24, 2008

Enfin! Bravo! Merci aux organisateurs de L’OFF Festival de Jazz de Montréal d’avoir accompli un retournement temporel. La neuvième édition de cet événement ne se tiendra pas simultanément à l’autre, le «gros», si l’on peut se permettre. Après s’être rendu compte que l’offre musicale se confondait avec hyperinflation au début de l’été, les responsables de l’Off ont décidé de devancer les dates. Bref, il se déroulera du 13 au 21 juin.

La deuxième modification apportée est géographique. Adieu le Patro Vys, bonjour le Dièse Onze, qui a ceci de bien qu’il est un club de jazz à l’année. Jazz et resto situé au 4115 A du boulevard Saint-Denis, pour être précis. Les autres points de chute sont les mêmes que ceux de l’édition antérieure: le Lion d’or et le Pub Saint-Ciboire. Auxquels s’ajoutent cette année…

… La Sala Rossa. Et là, si l’on peut dire, c’est l’autre bonne nouvelle de cette année. Voici de quoi il s’agit: les organisateurs de l’Off se sont associés à ceux du festival Suoni per il popolo, qui se tiendra du 1er au 30 juin. Cette alliance, selon les confidences de Jean-Jules Pilote, cheville ouvrière de l’Off, devrait s’étoffer au cours des prochaines années.

C’est à espérer. Car au cours des prochaines semaines, ce duo d’organisateurs va proposer deux spectacles à La Sala Rossa: le Sun Ra Arkestra, dont on a parlé la semaine dernière, le 14 juin, et le Barnyard Drama, le quartet Lauzier, Myhr, Martel, Tétreault ainsi que Gordon Allen le 15 juin. Prix du billet de Sun Ra: 25$, alors que celui du lendemain se détaille entre 14 et 16$.

Puisqu’on décline les histoires d’espèces sonnantes, il faut insister sur un fait économique fondamental. C’est sérieux, très sérieux même. Le rapport qualité/prix inhérent aux shows de l’Off est REMARQUABLE! Le coût d’entrée des spectacles à l’affiche du Dièse Onze est de 8$. Ceux du Pub Saint-Ciboire sont gratuits. Ceux du Lion d’or: 20$ en prévente ou 25$ à la porte pour deux shows ou 15$ pour celui débutant à 21h30. Pour les détails, on peut se renseigner au lofffestivaldejazz.com

Bon. Après lecture du programme, six des shows au Lion d’or sont à retenir: la Fanfare Pourpour, qui aura l’accordéoniste et chanteur suédois Lars Hollmer pour invité. Cette fanfare à la veine humoristique indéniable est toujours dirigée par l’immense Jean Derome. Quoi d’autre? Il suffit d’écouter leur album paru sur étiquette Ambiances Magnétiques pour s’apercevoir que les membres de cette grande formation excellent dans l’alchimie des folklores du monde.

Le 18 juin, le saxophoniste et clarinettiste Chet Doxas va proposer un spectacle propre à aiguiser toutes les curiosités: Le Mur de Jean-Paul Sartre. Doxas a composé une série de thèmes inspirés, donc, de ce chef-d’œuvre littéraire qu’il interprétera en compagnie de Stéphane Allard et Zoé Dumais aux violons, de Jean René à l’alto, de Sheila Hannigan au violoncelle, de Zack Lober à la contrebasse, de son frère Jim à la batterie, tous sous la direction de Jon Sapoway.

Le même soir, mais après Doxas, les musiciens phares des labels DAME et Ambiances Magnétiques vont occuper la scène pour improviser à tout va. Autour de Derome, on retrouvera Joanne Hétu au saxo, Charity Chan au piano, Diane Labrosse à l’échantillonnage, Lori Freedman à la clarinette basse, Guido Del Fabbro au violon, Rainer Wiens à la guitare et l’incontournable Pierre Tanguay à la batterie.

Le 20 juin, le très courageux, le musicien essentiel, le contrebassiste battant Normand Guilbeault va décliner ses compositions retraçant la vie de Louis Riel. Il sera flanqué de quatorze musiciens, narrateurs et projectionnistes. C’est au Lion d’or le 20 juin à 20h. La veille, au même endroit, on aura droit à l’accouplement jazz et poésie avec José Acquelin, Renée Gagnon, Hélène Monette, Carole David et Jean-Marc Desgent.

Enfin, le 21 juin, l’affiche est alléchante parce que… parce que… le saxophoniste Janis Steprans a réuni trois autres saxos autour de lui pour clôturer cette 9e édition. André Leroux sera au soprano, David Bellemare au ténor, Jean Fréchette au baryton et Steprans, bien entendu, à l’alto. Simon Lévesque à la contrebasse et Dave Laing à la batterie vont rythmer le tout.

Les billets sont en vente à L’Oblique, à L’Échange, à L’Articulée ainsi qu’à la Casa Del Popolo et à Cheap Thrills pour les shows du 14 et du 15 juin.

L’OFF Festival de jazz: beaucoup plus qu’une tapisserie de jazz local

Alain Brunet, La Presse, May 22, 2008

À son tour, L’OFF festival de jazz de Montréal a dévoilé sa 9e programmation: la Fanfare Pourpour, le projet de Normand Guilbeault consacré à Louis Riel, les improvisateurs d’Ambiances Magnétiques, le quatuor de saxophones mené par Janis Steprans, Chet Doxas inspiré par Jean-Paul Sartre ou encore le doué jeune bassiste Rémi-Jean Leblanc s’inscrivent dans cette plus que trentaine de concerts.

Du vendredi 13 au samedi 21 juin, donc plus tôt que les années précédentes, ces concerts de l’Off se déclineront quotidiennement dans quatre salles: le pub Saint-Ciboire, le Lion d’Or, le Dièse Onze et La Sala Rossa.

«Ce festival est mené par une équipe de bénévoles musiciens. Chaque année, nous essayons de représenter le plus fidèlement possible la scène montréalaise dans le milieu du jazz et de la musique créative. Nous portons une attention particulière à la présentation de projets originaux, tous d’une grande qualité artistique», explique le contrebassiste Christophe Papadimitriou, président de l’Off.

«Également, poursuit-il, nous avons la grande joie d’accueillir des musiciens étrangers et des musiciens canadiens issus de plusieurs provinces qui viennent collaborer avec les musiciens québécois. Nous aimons beaucoup cette dimension de l’échange.» L’Off, aurons-nous déduit, n’est pas une simple tapisserie de jazz local. On y fait des choix artistiques bien au-delà d’une simple idéologie de représentativité.

Au Lion d’Or, donc, la Fanfare Pourpour y présente son projet réalisé de concert avec l’accordéoniste suédois Lars Hollmer, le «quartetski» du contrebassiste Pierre-Yves Martel (prix François-Marcaurelle l’an dernier) s’y consacre à Érik Satie, le quartette de la trompettiste torontoise Lina Alemano s’amène avec notamment le très singulier saxophoniste Brodie West.

Aussi au menu principal, on retient l’ambitieux sextuor du contrebassiste Miles Perkins, un concert du trio du saxophoniste Chet Doxas avec quatuor à cordes (et inspiré par ses lectures de Jean-Paul Sartre), une soirée Ambiances Magnétiques consacrée à l’improvisation (sous la direction de Jean Derome). On suggère aussi Cantouque du contrebassiste Joel Prenovault qui évoque l’œuvre du violoneux Louis «Pitou» Boudreault, on reprend le concept jazz et poésie (animé par l’écrivain José Acquelin), on emprunte La 5e route bleue (arabo-occidentale) de la compositrice Katia Makdissi-Warren avec notamment le contrebassiste autrichien Peter Herbert, on relance le Projet Riel du contrebassiste Normand Guilbeault, sans compter le quintette du contrebassiste Dave Watts, le septuor de la pianiste Marianne Trudel ou le Quatuor du Nord, ensemble de saxophones de Janis Steprans.

À la Sala Rossa, l’Off se joint aux Suoni per il Popolo pour y coproduire le Sun Ra Arkestra, le groupe Barnyard Drama (mis de l’avant par le batteur Jean Martin et la chanteuse Christine Duncan), le jazz électroacoustique du saxophoniste Philippe Lauzier, le trio du trompettiste Gordon Allen.

Au Dièse Onze, on compte attirer les nuitards avec le Soundclash du saxophoniste Eric Hove, l’ensemble Ka Noo du saxophoniste Jason Sharp, le quartette du contrebassiste Alex Bellegarde, les Jazz Warriors du batteur Adam Miller, le sextuor du batteur Isaiah Ceccarelli, l’ensemble de la chanteuse Sonia Johnson et du contrebassiste Frédéric Alarie, le groupe du jeune bassiste Rémi-Jean Leblanc (prochain Alain Caron?), le quintette du contrebassiste Dave Watts.

Prévue de 17h à 19h, la série du pub Saint-Ciboire privilégie les jeunes loups de la scène locale, sauf exception: le quartette de la saxophoniste Anna Weber, le quintette du saxophoniste (alto) Mario Allard, l’ensemble CLH, le quartette du pianiste Malcolm Sailor, le trio du violoniste Robin Bouliane, le quartette du guitariste Carlos Jimenez, le trio du guitariste Greg Amirault, le trio Turtle Boy.

Jean Derome et les Dangerous Zhoms + 7

John Kelman, All About Jazz, May 22, 2008

Montréal-based saxophonist Jean Derome has been on the bleeding edge of the contemporary blending of complex, cued composition and unfettered free improvisation for over twenty years. For his performance — which kicked off FIMAV’s 25th edition at the Cinema Laurier — he brought an expanded edition of his Dangerous Zhomes quintet, fleshed out with an additional seven musicians, premiering two new pieces, the 35-minute Traquenards and the shorter, but no less challenging Plates-formes, named after Productions Platforms, the organization behind FIMAV.

It was an expansive palette, featuring reeds, strings, voice, guitar, bass, drums and turntables. Contemporary classicism reminiscent of groups like Univers Zero juxtaposed with moments of chaotic collective spontaneity, with a sonic landscape reliant equally on conventional acoustic sounds as it was the unorthodox, most notably from vocalist Joane Hétu, who brought her own multi-media project, Filature, to the final day of FIMAV 2007. More about texture than melody, Hétu comes from the same school as vocalists like Meredith Monk and Sidsel Endresen, but has her own unconventional slant to making the voice guttural, percussive and, at times, akin to white noise.

Traquenards took full advantage of the potential for subsets within the group, with pianist Guillaume Dostaler and trumpeter Gordon Allen creating a lulling sense of ease before suddenly being engulfed in a flurry of reckless, anarchistic free play from the entire twelve-tet. Rock beats from bassist Pierre Cartier and drummer Pierre Tanguay — another Montréal actuelle mainstay, whose 2007 performance at the Ottawa Jazz Festival with bassist John Geggie and viola da gamba player Pierre-Yves Martel was a highlight of that festival—alternated with dark, complex ensemble passages where clarinetist Lori Freedman meshed with Derome’s various saxophones and flute along with Nadia Francaville’s violin and Jean René’s viola to paint a chamber music soundscape at once appealing and foreboding. Guitarist Bernard Falaise ran the gamut from scratchy tones to wild feedback, contributing sonic colors alongside turntablist Martin Tétreault, last heard at FIMAV 2005 with Michel F Côté.

Derome’s two pieces were a fitting opening for the festival, demonstrating the boundary-busting, genre-defying breadth of Musique Actuelle.

Derome’s two pieces were a fitting opening for the festival, demonstrating the boundary-busting, genre-defying breadth of Musique Actuelle.

Le comfort food de John Zorn [extrait]

Alain Brunet, La Presse, May 17, 2008

[…] Un peu plus tôt jeudi, ont sévi les Dangereux Zhoms de Jean Derome, enrichis de sept autres musiciens — dont trois femmes. On a eu droit à toute la palette de ce très doué compositeur, déployée sur deux fresques de musique actuelle de chambre. Je garde l’impression que Traquenards est plus achevée et plus cohérente que Plates-formes, présentée pour la première fois. Quelques ajustements, et la seconde fresque aura la force et la pertinence de la première…

On a eu droit à toute la palette de ce très doué compositeur, déployée sur deux fresques de musique actuelle de chambre.

Jean Derome, ambassadeur du FIMAV

Antoine Léveillée, Voir, May 14, 2008

Nous n’avons qu’à faire le compte des participations de Jean Derome au Festival international de musique actuelle de Victoriaville pour constater l’importance du saxophoniste et compositeur sur la scène de la musique actuelle québécoise. Nous pourrions presque dire qu’il a un compte parfait tellement ses visites ont été fréquentes au cours des 24 éditions précédentes.

Pour cette 25e année, il était tout à fait naturel pour le directeur général de l’événement, Michel Levasseur, de convier le musicien à participer au concert d’ouverture avec une création afin de souligner ce quart de siècle d’activité musicale. «Quelquefois, je deviens presque jaloux des artistes étrangers qui passent par le FIMAV», avoue Jean Derome en se remémorant le nombre de créations qu’il a présentées lors de ce festival. «Nous, les artistes ‘locaux’, sommes très souvent approchés pour une commande. Je comprends parfaitement Michel lorsqu’il nous demande une exclusivité, mais dans ces circonstances, je me ramasse toujours avec ce stress énorme de jouer une composition pour la première fois. Les artistes qui viennent de l’extérieur ont eu le temps de se familiariser avec leur répertoire. Des fois, j’aimerais bien m’en sortir de cette façon.»

Plongé dans ce contexte de célébration, le saxophoniste renoue avec son orchestre fétiche, les Dangereux Zhoms, et présente Plates-formes en compagnie de ces 12 virtuoses de l’improvisation. «Lorsque je compose, j’ai en tête la personnalité d’un musicien et la couleur de son jeu. C’est un prétexte pour une rencontre. Très souvent, je m’amuse et je pose une simple question aux compositeurs que je croise: ‘C’est une pièce pour qui?’ Ils vont me répondre que c’est une pièce pour clarinette, saxophone et contrebasse, par exemple, en faisant totalement abstraction des interprètes et du son qu’ils ont en tête. Quand l’improvisation est au cœur d’une composition, c’est fondamental.»

Et des musiciens, il en a beaucoup en tête: Pierre Tanguay (batterie), Tom Walsh (trombone) et Guillaume Dostaler (piano), pour en nommer quelques-uns, sont autant d’instruments de musique que de personnalités uniques qui concrétisent ses idées musicales. Pour le prouver, nous n’avons qu’à faire l’exercice en lui demandant quels sont ses souvenirs les plus marquants après toutes ces participations au festival. «Il y en a tellement! Dans mes souvenirs personnels les plus marquants… Ma collaboration avec l’accordéoniste Lars Hollmer fut exceptionnelle. C’était pour le concert du Looping Home Orchestra, qui a d’ailleurs été immortalisé sur disque. Il y a eu aussi les concerts avec le guitariste Fred Frith et celui avec Louis Sclavis… Il y en a trop!»

Joëlle Léandre waving her bow around can be a beautiful thing

Kate Molleson, The Gazette, March 26, 2008

French improv bassist Joëlle Léandre has a mighty impressive biography — she’s worked with Pierre Boulez, John Cage, Steve Lacy, Fred Frith, John Zorn — and judging by her appearance at La Sala Rossa last night, she’s a fierce enough lady to live up to it.

She arrived late, hair wild and dress scruffy black, peered callously into the audience and picked up her instrument. Waiting for her on stage were local musique-actuelle fixtures Jean Derome and Danielle Palardy Roger, both impressive and fearless improvisers. Together the three produced an hour of music that, though not for the faint-hearted, passed through moments of surprising beauty.

The process would be familiar to most improvisers: One musician introduces an idea — a short melody or rhythm or sound or gesture, or even, in Léandre’s case, fragments of spoken words — then the others play with and around it. The idea develops and eventually morphs into other ideas. Hopefully, somewhere in the process, the group will have arrived at some interesting sounds.

What distinguished last night’s group was how varied and refined the sounds were. Derome played alto and baritone sax, flute and alto flute, and came equipped with an arsenal of toys: ocarinas, slide whistles, things that scrape and scratch and pop and hoot. His saxophone sound is aggressive, but works fabulously in this context, and I love the way he hints at standard jazz gestures amidst the abstract swells and screeches.

Léandre, meanwhile, commands her bass forcibly, producing uncanny wails and sniffles and, at one point, a smacking walking bass line. She uses her bow a lot, more than most jazz bass players dare, and to great effect. When things got really heated, she’d wave the bow around in the air to make swooshing noises. It’s a visual spectacle (one reason I have trouble listening to this kind of music on record) and Léandre’s fierce personality became integral to the performance.

People have strong feelings about this kind of improvised music (my brother, for example, calls it ‘public wanking’). Some say it’s intimidating because it’s so experimental, but I reckon that it’s because it is just so experimental that anybody can listen to it. You don’t need any background knowledge; the whole point is to experience the sounds as they come. In that sense, it’s very accessible.

What distinguished last night’s group was how varied and refined the sounds were.