actuellecd

Jean Derome

Review

John Murph, Downbeat, November 14, 2011

At Largo — the festival’s unofficial headquarters in the city’s Saint-Roch downtown district — multi-reedist Jean Derome paid homage to Strayhorn with an energetic performance that alluded to Lovano’s formative years in Cleveland. Derome focused on the alto saxophone but showed equal wherewithal on the baritone saxophone and bass flute. He fronted an extremely agile band — pianist François Bourassa, bassist Normand Guilbeault and drummer Pierre Tanguay — who brought their restive urgency to the forefront. Much of the performance’s delight came from Derome’s devil-may-care flair and finesse with Strayhorn’s material. While the sets didn’t rely upon unnecessary whimsy, the musicians brought inventive vigor to warhorses like Take The ‘A’ Train and Passion Flower. Occasionally, Derome shared the front line with vocalist Karen Young, who evoked Billie Holiday with the improvisational guile of Betty Carter. She meshed and contrasted deftly with Derome’s vinegary timbres on the saxophones and flutes, hitting high points on poignant readings of Strange Feeling, Imagine My Frustrations, Something To Live For and an encore performance of Lush Life. […]

Like many Québécois jazz musicians, Derome and L’Orchestre d’Hommes are shamefully under-recorded, but such unforgettable performances will have festival attendees returning to Quebec to encounter other rare treasures.

Like many Québécois jazz musicians, Derome and L’Orchestre d’Hommes are shamefully under-recorded, but such unforgettable performances will have festival attendees returning to Quebec to encounter other rare treasures.

Jazz — Le mois Derome

Serge Truffaut, Le Devoir, January 29, 2011

Jean Derome, ça vous dit? On l’espère et cent fois plutôt qu’une. Parce que Jean Derome, sans surnom particulier, est l’un des dix musiciens appartenant à la catégorie des artistes les plus passionnants, et donc incontournables, en Amérique du Nord. On exagère? On fait dans l’enflure? À peine comme un peu. Mettons des vingt. Là, ça va? Bon.

Toujours est-il que la maison de la culture Côte-des-Neiges a donné carte blanche à Derome Jean, sans accent circonflexe sur le e, pour le mois de février. La nouvelle, qui n’est pas une ficelle, est si grosse qu’on attend que les autres maisons en fassent autant. À tour de rôle évidemment. Parce que cet amateur de Georges Perec et de sa Vie mode d’emploi n’a pas son pareil pour glisser le do là où il faut. Bref, Derome est la version oulipienne du jazz et de ses filiales à lui tout seul. Bien.

La série de cinq concerts va commencer le 1er. Ce soir-là, à compter de 20h, le saxophoniste et flûtiste va animer un groupe qu’il anime depuis une vingtaine d’années et qui s’appelle Evidence, comme dans Evidence, pièce écrite par Thelonious Sphere Monk.

Autrement dit, ce trio qui comprend aussi Pierre Cartier à la basse et Pierre Tanguay à la batterie s’attache à interpréter du Monk sans… piano! Écrire Monk, c’est dévoiler le programme. C’est dire qu’ils vont jouer Crepuscule with Nellie, Straight No Chaser, Ask Me Now, Monk’s Mood, Pannonica, Ruby My Dear, Light Blue et certainement Round About Midnight, qui sous la plume de Claude Nougaro a été augmenté de mots.

Le 4 février, la scène sera occupée par le TGG, comme dans Très Grand Groupe, parce qu’il est le TGD, comme dans Tanguay, Guilbeault (Normand de son prénom, à la contrebasse) et bien sûr Derome. À eux trois, un pianiste dynamique, puissant, intense, un pianiste qui nous rappelle le regretté Don Pullen, va se joindre. Son identité? Normand Deveault.

Le TGD + Deveault va décliner les compositions écrites par les grands pianistes de jazz. CQFD: ils devraient s’attarder à l’appropriation de pièces portant les empreintes de Billy Strayhorn, Bud Powell, John Lewis, Misha Mengelberg, Jelly Roll Morton, du moins on l’espère, Horace Silver, peut-être Bobby Timmons, Duke Jordan, Sun Ra — pourquoi pas? — et deux ou cinq autres.

Ensuite, le 9 février, un groupe qu’on ne connaît pas du tout: Derome entouré de Caloia à la contrebasse, de Ceccarelli à la batterie et de Dostaler aux claviers, qui vont interpréter les originaux signés par Caloia. Le 11 février, Derome sera à la tête de sa formation la plus oulipienne, celle qui, comme dans un poème de Raymond Queneau, «Maigris du bout des doigts / Parce que c’est ce qu’il y a de plus distingué».

Toujours est-il (bis) que Derome et les Dangereux Zhoms vont jouer les pièces conçues, arrangées par Derome. Les bonshommes qui effraient sont Cartier, Dostaler, Tanguay et bien sûr Derome dans la fonction d’éclaireur et de chef de bande. Puis, le 15 février, le TGG alias le TGD sera de retour. Cette fois-ci, Deveault va laisser sa place à François Bourassa, à qui se joindra la chanteuse Karen Young. Et que vont-ils faire? Revoir le grand livre écrit par Billy Strayhorn, auteur notamment du splendide Ispahan, de Passion Flower, de Chelsea Bridge et d’autres pièces à conviction qui sont devenues des pièces d’anthologie une fois jouées par Duke Ellington. Vive Ellington! Vive Derome!

Parce que Jean Derome, sans surnom particulier, est l’un des dix musiciens appartenant à la catégorie des artistes les plus passionnants, et donc incontournables, en Amérique du Nord.

Montréal jazz fest 2009: Jean Derome on Lee Konitz

Juan Rodriguez, The Gazette, July 6, 2009

Montréal’s long-reigning avant-garde-and-mainstream horn explorer Jean Derome, after seeing iconic alto sax explorer Lee Konitz, 80, at the Gesù late Friday night at the Montréal International Jazz Festival: “I’ve listened to him for a long time. At the beginning I didn’t understand anything about what he was doing. But then I began to realize that he always plays the same tunes, but in different ways, even at a solo concert at Théâtre Saint-Denis, lots of silences and abstractions. I always come back to certain discs, among others his record with Sal Mosca, Spirits, and Motion with Elvin Jones. I remember when I was young Robert Daudelin filmed a dinner with Lee Konitz and I was very shy in his presence. Now it’s always nice to see artists that are in fine form despite diminished physical resources. His also has a great rapport with his group Minsarah; one of his great strengths has always been his deep ears. I feel fortunate to see him now and seem him en forme with creative juices. He’s always surprising. Now I can’t wait to see Ornette [Coleman, 79, on Thursday].”