actuellecd The New & Avant-garde Music Store

Isaiah Ceccarelli More articles written

In the press

  • Isaiah Ceccarelli, Circuit, no. 30:2, September 1, 2020
    L’originalité de cet album repose sur les petits détails des arrangements et du jeu des musiciens. Ce n’est pas qu’un hommage, car les arrangements qu’a fait Jean Derome de ces chansons déjà si particulières sont merveilleux.
  • Isaiah Ceccarelli, Circuit, no. 30:2, September 1, 2020
    Le compositeur, vocaliste, improvisateur et chercheur Gabriel Dharmoo est l’une des voix les plus créatives de sa génération, et l’un des improvisateurs québécois les plus en vue sur la scène mondiale.
  • Isaiah Ceccarelli, Circuit, no. 24:1, March 17, 2014
    Transparence n’est rien de moins qu’un chef-d’œuvre.

Critique

Isaiah Ceccarelli, Circuit, no. 30:2, September 1, 2020

Dès les premières notes de cet album, on entend les signatures de deux musiciens de jazz absolument originaux: celle du saxophoniste, compositeur et improvisateur Steve Lacy, bien sûr (l’album s’intitule Somebody Special: 9 chansons de Steve Lacy), mais aussi celle du saxophoniste, compositeur et improvisateur Jean Derome. Le style de Lacy est immédiatement reconnaissable par les amateurs de jazz: sa voix est rigoureusement originale. Son langage harmonique, près de celui des pianistes Thelonious Monk ou Herbie Nichols, est jumelé à des arrangements minimalistes et appuyé par une inventivité mélodique remarquable. Dans le même ordre d’idées, les mélomanes reconnaîtront immédiatement le travail «jazz» de Jean Derome, accompagné pour l’occasion de ses fidèles compagnons de route Normand Guilbeault à la contrebasse, Pierre Tanguay à la batterie et Karen Young au chant. L’ensemble est agréablement rehaussé par l’addition d’Alexandre Grogg, excellent pianiste dont les chorus et l’accompagnement harmonique sont notables.

L’originalité de cet album repose sur les petits détails des arrangements et du jeu des musiciens. Ce n’est pas qu’un hommage, car les arrangements qu’a faits Jean Derome de ces chansons déjà si particulières sont merveilleux. Signalons, par exemple, celui de la pièce-titre de l’album. Au début de celle-ci, Derome choisit de doubler à la flûte basse la mélodie interprétée par Karen Young — comme ce que faisait Steve Lacy au saxophone soprano — tandis qu’il chante en même temps à la quarte juste inférieure. De cet effet sort un nuage d’harmoniques qui rehausse toute la chanson. C’est un détail assez minime, mais qui apporte une touche d’originalité et de créativité à cette reprise, et cette attention aux arrangements se confirme tout au long de l’album. Notons aussi la superbe Blue Baboon, dans laquelle Derome et Young chantent la mélodie à l’unisson. Un autre moment fort est la pièce Name, chantée par Derome, qui s’accompagne d’un rythme répétitif de cliquetis de clés à la flûte basse. Il faut encore souligner l’excellence des solos instrumentaux (plutôt brefs) qui parsèment l’album. Le son d’ensemble demeure cependant ce qui est le plus remarquable sur cet album, étant entièrement au service des chansons; en outre, il distingue Somebody Special de beaucoup d’albums de jazz (souvent axés sur les chorus des solistes), de la même manière que le langage musical de Steve Lacy le distinguait des autres compositeurs de jazz du XXe siècle.

L’originalité de cet album repose sur les petits détails des arrangements et du jeu des musiciens. Ce n’est pas qu’un hommage, car les arrangements qu’a fait Jean Derome de ces chansons déjà si particulières sont merveilleux.

Critique

Isaiah Ceccarelli, Circuit, no. 30:2, September 1, 2020

Le compositeur, vocaliste, improvisateur et chercheur Gabriel Dharmoo est l’une des voix les plus créatives de sa génération, et l’un des improvisateurs québécois les plus en vue sur la scène mondiale. Faire un tour de son curriculum vitæ, c’est découvrir un artiste qui sait ce qu’il veut faire et comment atteindre son but. Dharmoo a démarré sa carrière comme violoncelliste et compositeur, mais il œuvre depuis dix ans dans un univers musical singulier: il alterne allègrement entre les domaines de la musique écrite, du théâtre et de l’improvisation. Il a étudié la musique carnatique auprès de quatre maîtres en Inde, d’abord en 2008 et de nouveau en 2011, avant d’entreprendre un doctorat en musique, en théâtre et en anthropologie à l’Université Concordia.

Son nouvel album, Quelques fictions, est paru sous étiquette Ambiances Magnétiques et documente bien le développement artistique de Gabriel Dharmoo, musicien d’une grande créativité et à la voix originale dans le contexte des musiques contemporaines québécoises. Comprenant des improvisations solos, des duos et des œuvres composées pour ensemble vocal, l’album mène l’auditeur à travers une grande variété de mondes musicaux et d’écritures qui ont un impact émotionnel plutôt rare en musique contemporaine. Ayant exploré le concept de «musiques hypothétiques de cultures inventées» dans ses projets antérieurs, notamment avec Anthropologies imaginaires (2015), Dharmoo possède un contrôle compositionnel qui lui permet d’exposer les éléments les plus frappants de la musique folklorique ou traditionnelle de plusieurs cultures. Dans cet album, par exemple, on entend des touches de musique chorale scandinave et de musique liturgique orthodoxe, ainsi qu’une référence plutôt directe à la musique carnatique dans la composition Vaai Irandu; cependant, tout est passé à travers un filtre personnel et contemporain. À nos oreilles, le disque semble maintenir un équilibre entre un sérieux bien senti dans les compositions et un sens de l’humour plus évident dans les improvisations. La juxtaposition de ces pièces est très agréable à écouter.

L’album a beaucoup de moments de technique vocale impressionnante. Notons brièvement Trompe de Cataimaans et le Duo Porketche avec Elizabeth Lima. L’amitié entre Dharmoo et celle-ci et leur sens de l’humour se ressentent clairement à travers cette piste. Il est évident qu’ils prennent plaisir à faire de la musique ensemble.

Le compositeur, vocaliste, improvisateur et chercheur Gabriel Dharmoo est l’une des voix les plus créatives de sa génération, et l’un des improvisateurs québécois les plus en vue sur la scène mondiale.

Critique

Isaiah Ceccarelli, Circuit, no. 24:1, March 17, 2014

Enregistré entre 2010 et 2013 dans trois lieux différents de Montréal (Église Saint-Zotique, Studio Oboro et Espace InQuiet), Transparence n’est rien de moins qu’un chef-d’œuvre. Virtuose, ciblé et clair, cet album nous transporte irréductiblement dans le monde musical profond, personnel et concentré du multi-instrumentiste, compositeur et concepteur d’installations sonores Philippe Lauzier.

Lauzier occupe une place importante dans la scène musicale québécoise. À 36 ans, il tourne et enregistre avec de nombreux ensembles depuis 15 ans en Amérique du Nord et en Europe. Il a récemment collaboré avec le légendaire compositeur américain Phill Niblock. Il fait partie d’une génération de musiciens qui a côtoyé les domaines de la musique classique et contemporaine, du jazz, de la musique actuelle et de la variété — son curriculum vitæ n’en donne qu’un aperçu! — et il sait créer une musique entièrement originale, qui évite toutefois d’être rangée trop facilement dans les catégories décrites ci-dessus. Ce qui est encore plus impressionnant pour ceux qui, comme moi, connaissent le travail de Lauzier et le suivent dans ses nombreuses apparitions à Montréal et ailleurs, c’est la maîtrise absolue de ses instruments et le renouveau de ses recherches et de son monde sonore sur cette parution chez Schraum, une étiquette berlinoise.

Pour l’occasion, Philippe Lauzier se sert des saxophones soprano et alto ainsi que de nombreuses façons de jouer de la clarinette basse, de l’amplification de celle-ci et de la «demi-clarinette basse». La dernière piste de l’album, Bruine, est une pièce pour cloches motorisées, une approche qui fait partie de son travail en installation sonore. Toutes les pistes de cet album emploient une variété de techniques étendues et Lauzier sait les employer à la perfection. Rien n’est «m’as-tu-vu»; tout est au service d’une musique captivante, planante, harmonique et chantante.

Est-ce purement improvisé? Partiellement composé? Les deux tout à la fois? Comme seuls savent le faire les plus grands musiciens, Philippe Lauzier esquive aisément ces questions grâce à une maîtrise impeccable de ses instruments et une vision musicale soignée. Je conseille vivement Transparence à tous ceux qui désirent vivre une expérience musicale hors pair, présentée par un musicien de classe mondiale.

Transparence n’est rien de moins qu’un chef-d’œuvre.