The New & Avant-garde Music Store

Walter Boudreau More from the press

In the press

  • Véronique Robert, L’actualité, no. 15:17, November 1, 1990
    Notre génération n’est pas puriste: tous les moyens sont bons pour se faire entendre.

Opération décontraction

Véronique Robert, L’actualité, no. 15:17, November 1, 1990

La digne Société de musique de contemporaine du Québec (SMCQ) a comme directeur artistique depuis deux ans celui qui fonda l’Infonie, dont les musiciens entrèrent un jour en scène des chaussettes aux oreilles. Le chef d’orchestre Walter Boudreau, de surcroît, dirige toujours chaussé de rouge.

Si l’univers québécois et nord-américain de la musique nouvelle n’échappe pas à des éléments plus traditionnels, les signes d’ouverture ne trompent pas. Le festival Montréal musiques actuelles (du 29 octobre au 11 novembre) vient confirmer la tendance. À l’affiche de ce chapitre montréalais du New Music America: une «symphonie guitaristique» pour 101 guitaristes rock, trois œuvres pour chœur, petit ensemble et le clocher de l’UQAM, ainsi qu’un quatuor à cordes réputé, le Kronos Quartet, de San Francisco, surtout connu pour sa version endiablée de Purple Haze de Jimi Hendrix. Plutôt qu’à la salle Claude-Champagne ou à la Place des Arts, la majorité des concerts se déroule au Spectrum et aux Foufounes électriques.

Il y a 20 ans, le structuralisme européen dominait le monde de la musique contemporaine québécoise: dodécaphonisme à la Webern, sérialisme pur et dur à la Boulez, calculs d’ordinateur à la Xenakis. Les compositeurs étaient peu nombreux et les auditeurs encore moins.

«Cette époque a eu ses chefs-d’œuvre, dit Walter Boudreau, mais souvent, c’était bien plate! Surtout les explications et les titres ‘scientifiques’ dans le genre Diaphonie I… Tout ça pour sonner comme un vieux sofa!»

Sans provoquer d’émeute aux guichets, créateurs et organisateurs de concerts tendent aujourd’hui la main au public. «Notre génération n’est pas puriste: tous les moyens sont bons pour se faire entendre», poursuit Walter Boudreau, nommé récemment compositeur résidant de l’Orchestre symphonique de Toronto.

Ce courant doit beaucoup aux Événements du Neuf, société qui vécut de 1978 à 1989, fondée par la pianiste et chef d’orchestre Lorraine Vaillancourt. Avec des thèmes comme «Musique et mysticisme» ou «Jazz de Stravinski à Guy Nadon», ces événements nocturnes se promenaient de salle en salle selon le contenu, rejoignant sans cesse de nouveaux publics. «Nous voulions sortir le concert de son ghetto», explique Lorraine Vaillancourt.

L’ascétisme cédait à l’invention voire à la fantaisie, et les musiciens tournaient le dos aux querelles de chapelles.

«La musique pop a été importante dans mon cheminement», dit Denis Gougeon, un des membres des Événements du Neuf, compositeur résidant de l’Orchestre symphonique de Montréal. «J’ai subi l’influence du rock», admet Alain Thibault, adepte des instruments électroniques MIDI. José Evangelista, lui, a puisé dans les musiques d’Orient et le minimalisme américain.

En fait, les compositeurs québécois et canadiens croient que l’Amérique du Nord est une terre d’avenir pour les nouvelles expériences sonores. «Nourrissant un complexe culturel envers l’Europe, l’Amérique a créé ses propres outils d’expression, dit Denis Gougeon. John Cage et Steve Reich n’auraient pu venir d’Europe: il fallait un territoire vierge.»

«Les compositeurs québécois sont en pleine floraison, dit Lorraine Vaillancourt. Nous tiendrons peut-être le gros bout du bâton pendant la prochaine décennie: les Européens se plaignent qu’il n’y a plus de place pour la spontanéité chez eux.»

Jean Piché, compositeur et directeur artistique de Montréal Musiques Actuelles, affirme sans détour que la musique européenne, «sclérosée, n’ayant pas réussi à se débarrasser du post-sérialisme, se meurt». D’un même souffle, il ajoute qu’il est «hors de question de jouer Webern à mon festival!». Son menu est donc typiquement nord-américain: jazz d’avant-garde, rock de pointe, théâtre musical, performance et musique électroacoustique.

Au carrefour des mouvements européens et américains, la musique québécoise cadre bien dans cette programmation. À preuve, Trois airs pour un opéra imaginaire (donnée par la SMCQ), une œuvre du regretté Claude Vivier, marqué par Stockhausen autant que par une simplicité d’expression américaine.

Fondé par Lorraine Vaillancourt, le Nouvel ensemble moderne est un des rares ensembles «permanents» de musique contemporaine dans le monde qui se réunit chaque semaine pour polir son répertoire. Après seulement six mois d’existence, il donnait un concert à New York et recueillait une critique fort louangeuse du New York Times.

Les initiatives abondent: deux jeunes, Jean-François Denis et Claude Schryer, ont fondé empreintes DIGITALes, seule compagnie de disques nord-américaine consacrée à l’électroacoustique. Elle s’ajoute à Ambiances Magnétiques, créée par les improvisateurs Jean Derome et René Lussier, alias Les Granules.

Signe des temps, on soigne les titres. Donné par la Société des concerts alternatifs du Québec, le premier concert officiel de musique contemporaine cette saison s’intitulait «Biding Badang». Une soirée de percussion…

Notre génération n’est pas puriste: tous les moyens sont bons pour se faire entendre.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.