The New & Avant-garde Music Store

Artists Michèle Bokanowski

Coming from a family of musicians (professionals on her mother’s side, amateurs on her father’s side), she read, at the age of 22, À la recherche d’une musique concrète (In Search of a Concrete Music) by Pierre Schaeffer and decided to study composition. After a classical education in harmony, she met Michel Puig, a student of René Leibowitz, who taught her composition and analysis according to Schönbergian Principles. In September 1970, she began a two-year course at the Research Department of the ORTF under the direction of Pierre Schaeffer. At the same time, she participated in a sound synthesis research group, studied computer music at the Faculté de Vincennes as well as electronic music with Éliane Radigue. Between 1972 and ’84, she composed essentially for the concert — Pour un pianiste, Trois chambres d’inquiétude, Tabou — and for film — music for the short films by Patrick Bokanowski as well as for his feature film L’Ange. Since 1985, she has composed for television, for theatre — with Catherine Dasté — and for dance, with choreographers Hideyuki Yano, Marceline Lartigue, Bernardo Montet, and Isabelle Kürzi.

[iv-10]

Michèle Bokanowski

Cannes (Alpes-Maritimes, France), 1943

Residence: Paris (France)

  • Composer

On the web

Michèle Bokanowski [Photo: Patrick Bokanowski, Paris (France), December 7, 2008]
Michèle Bokanowski [Photo: Patrick Bokanowski, Paris (France), December 7, 2008]
  • Michèle Bokanowski [Photo: Mariko Kuroda]
  • Michèle Bokanowski [Photo: Mariko Kuroda]
  • Michèle Bokanowski [Photo: Laurent Groffe]

In the press

  • François Tousignant, Le Devoir, January 20, 1996
    C’est la maison empreintes DIGITALes qui mène encore le bal…

Musique électroacoustique

François Tousignant, Le Devoir, January 20, 1996

Encore une fois, je m’excuse pour l’emploi de ce terme générique que plusieurs compositeurs utilisant autre chose que des instruments réfutent ou transforment. Je compte sur leur tolérance pour la non-uniformité du vocabulaire.

C’est la maison empreintes DIGITALes qui mène encore le bal, avec son producteur Jean-François Denis qui, lui, n’a pas froid aux yeux. Une bonne quinzaine de titres à paraître. Des compositeurs d’Europe, notamment Michèle Bokanowski et Hildegard Westerkamp (dont j’attends avec frénésie les résultats de son «écologie sonore»), et, choses à suivre tant par les adeptes que les curieux et les sceptiques, un disque consacré à des œuvres du Montréalais Stéphane Roy et un autre d’un de ses maîtres - un maître en soi -, la réédition sur CD de Sous le regard d’un soleil noir de Francis Dhomont. Entre parenthèses, il paraîtrait qu’une suite à cette œuvre soit en phase de réalisation et qu’on puisse l’éditer vers la fin de l’année. Rêvons et envoyons plein de «vibrations positives» au compositeur.

C’est la maison empreintes DIGITALes qui mène encore le bal…

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.