The New & Avant-garde Music Store

Artists Réjean Beaucage

Réjean Beaucage

Montréal (Québec), 1961

Residence: Montréal (Québec)

  • Writer
  • Journalist

On the web

Réjean Beaucage [Photo: Isabelle Gardner, Montréal (Québec), 2010]
Réjean Beaucage [Photo: Isabelle Gardner, Montréal (Québec), 2010]
  • Réjean Beaucage [Photo: Andrée Derome]

Main releases

Éditions Varia / VARIA 9782896061198 / 2019

Articles written

  • Réjean Beaucage, Voir, May 1, 2019
    La caractéristique première du Ratchet Orchestra, ce n’est pas tant d’être un big band que d’être un groupe d’improvisateurs.
  • Réjean Beaucage, Voir, April 18, 2018
    … c’est une grande réussite.
  • Réjean Beaucage, Voir, January 22, 2018
    C’est une musique dense, qui se développe par couches, en construisant des espaces gigantesques…
  • Réjean Beaucage, Voir, June 15, 2017
    On est au cœur du glitch; l’aiguille du tourne-disque de Tétreault est au beau milieu de l’égratignure et le laptop de d’Orion, saturé à souhait, mord la poussière.

Critique

Réjean Beaucage, Voir, May 1, 2019

La caractéristique première du Ratchet Orchestra, ce n’est pas tant d’être un big band que d’être un groupe d’improvisateurs. Le nombre de musicien-ne-s (17 ou 18 selon les pièces) sert surtout à colorer la sonorité de l’ensemble et à produire des trames texturées. En ce sens, on est plus près d’une musique contemporaine abstraite que du jazz auquel on pourrait s’attendre de ces émules de Sun Ra. Petit who’s who de la scène de musique actuelle montréalaise, l’orchestre compte parmi ses membres Lori Freedman (clarinettes), Jean Derome (sax), Joshua Zubot (violon), Isaiah Ceccarelli (batterie) et Sam Shalabi (guitare), entre autres, ainsi que le contrebassiste Nicolas Caloia, qui en est le chef et qui compose les canevas desquels sort la musique, comme une brume diaphane.

La caractéristique première du Ratchet Orchestra, ce n’est pas tant d’être un big band que d’être un groupe d’improvisateurs.

Critique

Réjean Beaucage, Voir, April 18, 2018

Le musicien Bernard Falaise a joué depuis un quart de siècle avec tout ce que notre scène de musiques nouvelles compte de mieux et c’est un collaborateur tellement recherché que l’on se demande un peu comment il fait pour s’y retrouver. Le voici fin seul, une nouvelle (rare) fois, avec l’envie de faire des musiques vaguement méditatives et la possibilité, grâce à la magie du studio, de se multiplier pour colorer le son de ses guitares d’un brin de mélodica, d’un chouïa de glockenspiel et d’une touche d’électronique. L’homme est un grand guitariste (il ne joue pas avec tout le monde pour rien), mais ici, pas d’explosions de virtuosité, on est plutôt dans l’atmosphérique et le plaisir du son. Et de ce côté-là, c’est une grande réussite.

… c’est une grande réussite.

Critique

Réjean Beaucage, Voir, January 22, 2018

Duo formé des électroacousticiens montréalais Félix-Antoine Morin et Maxime Corbeil-Perron, Political Ritual crée des ambiances dont il est peut-être préférable de faire l’expérience en concert, à moins d’avoir des voisins compréhensifs… C’est une musique dense, qui se développe par couches, en construisant des espaces gigantesques, et, comme le disent ses concepteurs: «La seule cause qui importe est celle de mettre le volume à fond». Évidemment, ils ne sont pas les premiers à faire cette recommandation, mais leur musique, toute en textures et large comme un paquebot, bénéficie que l’on porte attention à ce détail. Conçu dans une période «de deuil, d’abus de substances [et] d’inquiétudes géopolitiques», le résultat est assez noir, comme le vinyle qui le supporte.

C’est une musique dense, qui se développe par couches, en construisant des espaces gigantesques…

Chronique disques

Réjean Beaucage, Voir, June 15, 2017

Poursuivant leur projet amorcé l’année dernière avec le disque 1948 (Kohlenstoff Records), qui saluait le travail des pionniers de l’époque de l’invention de la musique concrète par Pierre Schaeffer, les deux bad boys de la musique actuelle nous arrivent avec un enregistrement en concert à Québec dans le même esprit, c’est-à-dire très noise. On est au cœur du glitch; l’aiguille du tourne-disque de Tétreault est au beau milieu de l’égratignure et le laptop de d’Orion, saturé à souhait, mord la poussière. Ces deux-là ont raffiné le produit depuis un bout de temps et leur noise est épuré; raison de plus pour regretter que le tout ne fasse guère plus de 25 minutes.

On est au cœur du glitch; l’aiguille du tourne-disque de Tétreault est au beau milieu de l’égratignure et le laptop de d’Orion, saturé à souhait, mord la poussière.

More texts

Voir, Voir, Voir no. 22:2

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.