actuellecd The New & Avant-garde Music Store

Quelques fictions Gabriel Dharmoo

Le compositeur, vocaliste, improvisateur et chercheur Gabriel Dharmoo est l’une des voix les plus créatives de sa génération, et l’un des improvisateurs québécois les plus en vue sur la scène mondiale. Circuit, Québec

This is experimental on the one hand, but also very physical and human music. A fantastic album that brings joy! Vital, Netherlands

Gabriel Dharmoo is interested in the ambiguous space between reality and fiction, imagining the music of invented cultures. Are these peoples strange or familiar, archaic or futuristic, oppressors or decimated? Do their songs carry beauty or atrocity, music or noise? References are blurred; these questions remain unanswered. Only these “few fictions” remain, unspoken swirls of voices ranging from relentlessness to refinement, from contemplation to mischief.

Dharmoo acts both as composer and vocalist in this first monographic album, exclusively dedicated to the voice. Three works from his catalogue have been revisited and sung by his accomplices and himself: Notre meute, with vocal collective Phth, Futile Spells, with an ad hoc vocal ensemble curated by Hubert Tanguay-Labrosse, and Vaai Irandu, a duet with Priya Shah. The album also features solo improvisations, a duet with Elizabeth Lima, as well as a piece sung with young campers from the Camp musical Père Lindsay.

This album received financial support from the Harry Freedman Recording Award of the Canadian Music Centre.

Stereo

  • 44,1 kHz, 16 bits

Stereo

  • 96 kHz, 24 bits

• MP3 • OGG • FLAC

Quelques fictions

For Voices

Gabriel Dharmoo

Some recommended items

In the press

  • Isaiah Ceccarelli, Circuit, no. 30:2, September 1, 2020
    Le compositeur, vocaliste, improvisateur et chercheur Gabriel Dharmoo est l’une des voix les plus créatives de sa génération, et l’un des improvisateurs québécois les plus en vue sur la scène mondiale.
  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, no. 124, June 1, 2020
  • Dolf Mulder, Vital, no. 1226, March 23, 2020
    This is experimental on the one hand, but also very physical and human music. A fantastic album that brings joy!
  • Normand Babin, Néomémoire, February 12, 2020
    Pour rendre cette œuvre de façon aussi convaincante, qui de mieux que le compositeur lui-même pour l’interpréter. […] En tout l’interprétation est impeccable et vive avec une prise de son qui rend bien l’intense présence des voix.
  • Roland Torres, SilenceAndSound, January 30, 2020
    L’avant-garde se dilue dans une comedia dell’arte pleine de vie et d’humour, d’inattendu et de surprise. Brillant.

Critique

Isaiah Ceccarelli, Circuit, no. 30:2, September 1, 2020

Le compositeur, vocaliste, improvisateur et chercheur Gabriel Dharmoo est l’une des voix les plus créatives de sa génération, et l’un des improvisateurs québécois les plus en vue sur la scène mondiale. Faire un tour de son curriculum vitæ, c’est découvrir un artiste qui sait ce qu’il veut faire et comment atteindre son but. Dharmoo a démarré sa carrière comme violoncelliste et compositeur, mais il œuvre depuis dix ans dans un univers musical singulier: il alterne allègrement entre les domaines de la musique écrite, du théâtre et de l’improvisation. Il a étudié la musique carnatique auprès de quatre maîtres en Inde, d’abord en 2008 et de nouveau en 2011, avant d’entreprendre un doctorat en musique, en théâtre et en anthropologie à l’Université Concordia.

Son nouvel album, Quelques fictions, est paru sous étiquette Ambiances Magnétiques et documente bien le développement artistique de Gabriel Dharmoo, musicien d’une grande créativité et à la voix originale dans le contexte des musiques contemporaines québécoises. Comprenant des improvisations solos, des duos et des œuvres composées pour ensemble vocal, l’album mène l’auditeur à travers une grande variété de mondes musicaux et d’écritures qui ont un impact émotionnel plutôt rare en musique contemporaine. Ayant exploré le concept de «musiques hypothétiques de cultures inventées» dans ses projets antérieurs, notamment avec Anthropologies imaginaires (2015), Dharmoo possède un contrôle compositionnel qui lui permet d’exposer les éléments les plus frappants de la musique folklorique ou traditionnelle de plusieurs cultures. Dans cet album, par exemple, on entend des touches de musique chorale scandinave et de musique liturgique orthodoxe, ainsi qu’une référence plutôt directe à la musique carnatique dans la composition Vaai Irandu; cependant, tout est passé à travers un filtre personnel et contemporain. À nos oreilles, le disque semble maintenir un équilibre entre un sérieux bien senti dans les compositions et un sens de l’humour plus évident dans les improvisations. La juxtaposition de ces pièces est très agréable à écouter.

L’album a beaucoup de moments de technique vocale impressionnante. Notons brièvement Trompe de Cataimaans et le Duo Porketche avec Elizabeth Lima. L’amitié entre Dharmoo et celle-ci et leur sens de l’humour se ressentent clairement à travers cette piste. Il est évident qu’ils prennent plaisir à faire de la musique ensemble.

Le compositeur, vocaliste, improvisateur et chercheur Gabriel Dharmoo est l’une des voix les plus créatives de sa génération, et l’un des improvisateurs québécois les plus en vue sur la scène mondiale.

Focus Québec — Nouveaux satellites

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no. 124, June 1, 2020

Ce musicien apparaît pour la première fois sous son nom dans les productions proposées par Ambiances Magnétiques. Mais comme ce fut parfois le cas pour d’autres, il a déjà émargé dans des projets collectifs (Joker, chorale bruitiste), voire comme partenaire d’un autre musicien (Nicolas Caloia, Les Bonnes Histoires). S’il a débuté par des études musicales classico-contemporaines, ses rencontres avec le monde de l’improvisation (René Lussier puis Phil Minton ou Ute Wassermann) et la musique extra-occidentale (initiation à la musique carnatique lors de deux séjours en Inde), il se range désormais davantage aux côtés des compositeurs / performeurs, notamment comme vocaliste. Sept fictions vocales nous sont ainsi offertes, parfois courtes [«Duo de Moogeon»), dépassant parfois les dix minutes («Futile Spells» et «Notre Meute»), mettent en jeu plusieurs configurations vocales: une, deux, cinq, voire davantage. Surtout, elles proposent diverses techniques vocales, parfois combinées entre art traditionnel (plain-chant occidental, voix de gorge) et approches plus inventives.

Review

Dolf Mulder, Vital, no. 1226, March 23, 2020

Gabriel Dharmoo is a young composer, vocalist, improviser and researcher from Montréal, where he completed his studies in composition and analysis. He studied also Carnatic music and has an interest in cross-cultural and multi-traditional musical projects; a broad-minded and multi-talented performer and composer. He travelled the globe performing on many different festivals and also many of his compositions have been performed on most continents. He is “interested in the ambiguous space between reality and fiction, imagining the music of invented cultures”. On this debut solo album, we learn more about him as a composer, improviser and vocalist. The album entails seven works, composed between 2009 and 2019. All works are pure abstract non-verbal works, except Futile Spells that has partly bi-lingual vocals (French and English). This is the central and most lengthy piece on the album sung by a choir of nine vocalists (with some handclapping). This is a very dramatic work that illustrates his focus that I just quoted. One hears allusions of other vocal traditions from all over the globe, condensed in convincing and intelligent constructions that suggest some kind of fictional world music. This counts for all works on this release. The closing work. Vaai Irandu for example is a very Indian-flavored melodic work. Notre meute also echoes many cultural influences in an intriguing performance by the experimental voice ensemble Phth using a variety of techniques. The improvised works, Duo de Moogeon is a very intense duo of Dharmoo with Elizabeth Lima. Trompe de Cataimaans is a fantastic solo improvisation by Dharmoo. This is experimental on the one hand, but also very physical and human music. A fantastic album that brings joy!

This is experimental on the one hand, but also very physical and human music. A fantastic album that brings joy!

Critique

Normand Babin, Néomémoire, February 12, 2020

Gabriel Dharmoo pratique l’humour en musique depuis un certain temps. Dans ce tout nouvel enregistrement, il présente sept pièces écrites entre 2009 et 2019, toutes pièces pour voix, toutes surfant à la frontière entre réalité et fiction, là où le compositeur se sent le plus à l’aise… Quand on connait un peu son parcours, on sait qu’il a étudié les musiques traditionnelles de plusieurs pays asiatiques et sud-asiatiques. Il a aussi appris des techniques vocales complexes comme celle du chant de gorge. Évidemment, il a aussi une vaste culture en musique occidentale classique que tout compositeur se doit d’avoir. Fort de toute cette richesse, de cet immense savoir, il compose des parodies, des pastiches qui sont si près de ce qu’on imagine parfois être la réalité, qu’on se surprend à cligner des… oreilles, tellement l’impression d’authenticité est frappante.

Gabriel Dharmoo combine quelques techniques, quelques caractéristiques de certaines traditions musicales et en fait un habile mélange, créant ainsi une fausse nouvelle tradition. Prenons Vaai Irandu, la dernière piste de l’album, qui devrait peut-être être écoutée en premier tellement cette musique est séduisante. On semble entendre une basse statique, grave, nous donnant l’impression d’un chant tibétain, d’un ‘om’ de méditation. Mais la mélodie qui s’y rajoute explose et devient semblable à celle de la danse kathak, la musique dhrupad, une mélodie enlevée, vivante et virevoltante. Le très beau contraste entre les deux parties rend cette musique irrésistible. Avec une énergie toute différente, Notre meute, une des pièces les plus souvent jouées du compositeur, interprétée ici par son groupe vocal Phth (arrangez-vous pour le prononcer) emprunte à tellement de sources, recréé tellement de traditions, vraies ou fausses, que l’auditeur est véritablement dépaysé, dans le sens d’être dépourvu d’un pays, si cela se peut. Ça commence par ce qui semble un appel à la prière ou au rassemblement, un chant de muezzin remixé. Au cours des brèves 12 minutes que dure la pièce, on y entendra des chants funèbres, des pleurs, des chants grégoriens, du beat box, du chant gitan ou peut-être arménien, qui sait? du vent, du chant à bouche fermée. Quand je dis qu’on y entend, il faudrait plutôt dire qu’on y ressent, qu’on a l’étrange impression d’avoir déjà entendu tout ça mais toujours par petits bouts, dans d’autres contextes. Un peu comme si il s’agissait d’une collection de citations vocales. Ravigotante musique, on y entend aussi un opéra de poche, un drame s’y passe. Parce qu’après tout, il y a souvent dans la musique vocale, presque toujours en fait, une histoire, un récit. Comme ce récit est en langue inventée, chacun peut à loisir interpréter à sa guise les détails de l’histoire racontée.

Alors qu’il pastiche des traditions imaginées, Gabriel Dharmoo fait aussi partie d’une certaine tradition: celle des poètes et compositeurs qui ont inventés des langues, forgés des mots nouveaux. Dans cette lignée, on compte aussi Claude Gauvreau et Claude Vivier qui ont, chacun à leur façon, créé une œuvre fleurie où la langue est inventée et poétique. Gabriel Dharmoo amène le concept un peu plus loin en nous faisant croire que cette langue existe vraiment. Tellement bien calquée sur de véritables langages qu’elle devient crédible. Pour rendre cette œuvre de façon aussi convaincante, qui de mieux que le compositeur lui-même pour l’interpréter. Il est à l’avant plan ou en solo dans toutes les pièces de l’album. Il est même son propre duettiste dans l’amusant Duo de Moogeon. En tout l’interprétation est impeccable et vive avec une prise de son qui rend bien l’intense présence des voix. Parce qu’il y croit profondément, chaque son, chaque note, chaque syllabe nous convainc. Que ce soit le bruit de la pluie, du vent, que ce soit un chant funèbre, on y croit sans retenue et on écoute avec fascination. Le compositeur pratiquerait donc l’humour en musique, mais quand allons nous rire? Après. Seulement lorsqu’on se rendra compte qu’il nous a bien eu. Et à tout coup, il nous aura.

Pour rendre cette œuvre de façon aussi convaincante, qui de mieux que le compositeur lui-même pour l’interpréter. […] En tout l’interprétation est impeccable et vive avec une prise de son qui rend bien l’intense présence des voix.

Critique

Roland Torres, SilenceAndSound, January 30, 2020

Le premier album du compositeur et vocaliste Gabriel Dharmoo interpelle, de par les questions qu’il soulève, brouillant la réalité dans des origines aux racines trompeuses.

Tout en voix, Quelques fictions invente sa propre langue, à coups d’onomatopées et de souffles, de bruitages gutturaux et d’envolées mélodiques, d’espièglerie et de culture.

On est balancé en permanence sur des géographies à la familiarité pourtant inconnue, puisant savamment dans dans cantiques tribaux ou liturgiques aux origines inconnues, inventions pleine de malice et de connections floues. L’avant-garde se dilue dans une comedia dell’arte pleine de vie et d’humour, d’inattendu et de surprise. Brillant.

L’avant-garde se dilue dans une comedia dell’arte pleine de vie et d’humour, d’inattendu et de surprise. Brillant.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.