The New & Avant-garde Music Store
DAME’s Annual Happy Holidays Sale! — Up to 50% off on 142 records Until January 7th, 2020 — Click to see

Le temps des bombes André Duchesne

Ce disque qui tombe aussi bien qu’une bombe procède d’une acuité sans pareille dans le regard et dans le verbe. Le Devoir, Québec

Véritable classique du genre… Un petit bijou qui ne vieillit pas. **** Excellent Voir, Québec

First album released by André Duchesne after the Conventum adventure, Le temps des bombes (1984) is a multifaceted collection of songs illuminated by modern counterpoints with a progressive rock edge. An invitation to hear Duchesne’s fantastic and whimsical poetry, supported by an ensemble of excellent musicians.

Caustic, satirical texts, poems dedicated to Van Gogh, fabulous allegories told by Duchesne’s warm and engaging voice, and accompanied by well-articulated strings and inventive persussion. An album revealing the strength and the breadth of this composer’s work. A must from Ambiances Magnétiques, finally available on CD.

Le temps des bombes

André Duchesne

Some recommended items

In the press

  • Paul-Yves Bourand, Revue & Corrigée, no. 35, March 1, 1998
  • Jean-François Denis, SOCAN, Paroles & Musique, no. 4:9, October 1, 1997
  • Mario Cloutier, Le Devoir, September 20, 1997
    Ce disque qui tombe aussi bien qu’une bombe procède d’une acuité sans pareille dans le regard et dans le verbe.
  • Laurent Saulnier, Voir, June 19, 1997
    Véritable classique du genre… Un petit bijou qui ne vieillit pas. **** Excellent
  • Rafa Dorado, Margen, no. 10, June 1, 1997

Critique

Paul-Yves Bourand, Revue & Corrigée, no. 35, March 1, 1998

Originellement paru en 1984, ce disque, dont la réédition est plutôt bienvenue pour remplacer les vinyles rendus transparents à force d’usure, permet de retrouver avec plaisir le jongleur Duchesne et ses fertiles chassés-croisés poétiques.

Tout au long des huit plages (dont quatre proviennent de la bande sonore d’un film de Jean et Serge Gagné, consacré à van Gogh), les alternances d’humour et de gravité conservent toujours le ton juste.

Colossales ripailles gargantuesques La dictature dure, résistance à l’arbitraire Case Ta Case, souvenirs d’enfance heureuse d’avant l’ère nucléaire, Le Temps Des Bombes. menées d’un marginal «camélidophile», jouxtent des Corbeaux Noirs où la prose emportée d’Antonin Artaud cisaille les toiles de Vincent v. Partout un cœur gros comme ça. avec des tripes à la mesure, fait vibrer cet assortiment de chansons et compositions patiemment rodées ou Limées avant d’être couchées sur la bande magnétique.

Le personnel recruté pour une bonne part dans les caves du Conventum (Pierre Cartier, Bernard Cormier, Jean Derome, Michel Dupire, Jean Coriveau et un René Lussier particulièrement prolixe) s’attache autours d’arrangements somptueux qui combinent instruments acoustiques (violon, clarinette basse, contrebasse et percussions) et électriques (casio, guitares; comme s’il en pleuvait pour les secondes).

Un album de couleurs donc qui, 13 ou 14 ans après, est toujours aussi empli de vitalité. Foulquier, ie pape de la chanson dite française, va s’en retourner dans sa tombe. Laissons le donc à ses insomnies.

Critique

Jean-François Denis, SOCAN, Paroles & Musique, no. 4:9, October 1, 1997

L’étiquette Ambiances Magnétiques propose trois nouveaux disques, chacun ayant une approche distincte et étant d’inspiration diverse.

Ayaya Moses du Fred Frith Guitar Quartet est électrique et éclectique. La guitare y est contrastée, combinant puissance, masse sonore, distorsion, douceur, sons fragiles et ténus. Les pièces de l’Italienne Bignardi, de Claude Vivier et des membres du quatuor, seul et en formation, offrent une vaste palette d’expression. L’oreille s’ouvre et écoute un peu plus loin.

Je me souviens, de Jean Derome comporte deux œuvres pour grand ensemble. La pièce principale du disque, Je me souviens, un hommage à l’écrivain Georges Perec, est une mise en musique d’un livre de Pérec. Ici, on a affaire à 26 courts pastiches de musiques populaires, musiques de danse et de jazz écoutées dans la France des années 60, le tout interprété avec force et délicatesses par le groupe Les Dangereux Zhoms. Les pièces sont enfilés par les propos des musiciens en studio, enregistrées avant et après les prises, donnant un corps unifié au tout.

Les fleurs du tapis, de L’ensemble Pierre Cartier, regroupe huit pièces de musique de jazz. D’écriture somme toute conventionnelle, ces musiques témoignent d’une grande maîtrise tant qu’à l’orchestration.

Par ailleurs, Ambiances Magnétiques lançait récemment une deuxième compilation, Hourra pour la bastringue, regroupant des pièces de ses artistes, et une réédition du disque Le temps des bombes d’André Duchesne.

Une cuvée magnétique

Mario Cloutier, Le Devoir, September 20, 1997

La maison de disques Ambiances Magnétiques continue son travail inlassable de promotion de la musique actuelle québécoise, incontournable, urgente, de plus en plus ouverte, tentaculaire. Au début de l’été, la petite étiquette indépendante dirigée avec flair et de main de maître par Joane Hétu nous a proposé un éventail éloquent de son savoir-faire, une panoplie éclatée et éclatante des sentiers multiples explorés depuis plus de dix ans par les créateurs québécois de sonorités inventives et inusitées. Cinq disques: une réédition sur compact, un inédit, une œuvre radiophonique, une compilation et une nouveauté d’un quatuor international composent cette magnifique- salade d’été, qui reste toujours verte, démontrant notamment la renommée des nôtres dans un domaine où l’on n’est jamais prophète, pas plus que l’on ne faits de profits, en son pays.

Jamais à la mode, jamais démodé, pourrait-on dire d’André Duchesne en écoutant ce disque pré-Locomotive et post-Conventum. Sorti en 1984, Le Temps des bombes n’a pas perdu de sa pertinence à une époque où l’absurde tue toujours: en Algérie, en Israël ou sous le pont de l’Alma. «Comment voulez-vous qu’un homme qui était là par hasard ait l’air tranquille et relaxe?», demande fort justement le guitariste. Moins rock et plus Kurt Weill, ce disque qui tombe aussi bien qu’une bombe procède d’une acuité sans pareille dans le regard et dans le verbe. Sans violence mais avec précision, Duchesne sait tourner le fer dans notre paix d’Amerloques français. Sa nourriture musico-poétique paraîtra indigeste aux dictateurs des ondes radiophoniques commerciales, mais, pour les aventuriers des «chansons à texte», elle laisse agréablement trotter, longtemps après l’audition, tout plein de points d’interrogation dans notre cervelle ankylosée. «Quand viendra le temps des bombes papa, est-ce qu’on pourra encore sortir dehors?»

Ce disque qui tombe aussi bien qu’une bombe procède d’une acuité sans pareille dans le regard et dans le verbe.

Critique

Laurent Saulnier, Voir, June 19, 1997

Véritable classique du genre, Le Le temps des bombes, c’est le meilleur d’André Duchesne, véritable transition entre Conventum, son groupe précédent et le travail subséquent du guitariste, que ce soit avec Locomotive ou L’ ou ’L disque charnière parce qu’on y trouve tout: l’aspect mélodique de la chanson, l’énergie rock, l’utilisation des cordes typique de Conventum, la recherche sonore et rythmique de la musique actuelle. Un petit bijou qui ne vieillit pas.

**** Excellent

Véritable classique du genre… Un petit bijou qui ne vieillit pas. **** Excellent

Discos

Rafa Dorado, Margen, no. 10, June 1, 1997

Tras abandonar Conventum. Andre Duchesne editó Le temps des bombes en 1984 un disco muy simiilor en filosofia a la de su grupo onterior. Ya sabéis, una especie de rock progresivo angular. completamente original y a ratos complejo. aunque en este caso en forma de canciones. la más larga de las cuales no liega a los 7 minutos.

La musica actual de Duchesne es absolutamente original y ya en este álbum deja constancia de su personalidad caústica, jugando con extrañas armonias y melodias nada previsibies a las que acompañun textos satiricos.

En total siete mùsicos (contrabajo. violin. sintetizador, saxos. flautas, casio, guitarra eléctrica y acústiea, voz, percusión, clarinete bajo) entre los que se encuentran algunos de sus eompañeros en Conventum o en la posterior Les 4 Guitaristes… René Lussier y Jean Derome - por cierto, que ya en esle disco algunas piezas como Corbeaux noirs muestran un antieipo de ese grupo-.

Un magnificio trabajo para hllentar comprcnder la grandeza y fuerza de un compositor quizá poco conocido en España. Aún podemos emmendar nuestro error. Altamente recomendable.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.