Notes de programme

À propos de En concert

Quand j’étais enfant à Buenos Aires, dans les fêtes de famille on dansait et on chantait beaucoup, on entendait les vieux de la famille «parler politique» en yiddish, pour que nous, les enfants, ne comprenions pas. Nous sommes devenus adolescents, les vieux, eux, sont devenus trop vieux; plus de danse, plus d’yiddish. Nous aussi on parlait beaucoup politique, mais en espagnol! Quelque vingt ans plus tard, alors musicien, je me suis demandé: quelle est ma musique folklorique à moi, celle qui me transcende, celle qui parle de mes origines, de mes aïeux? La voilà, la musique de mon enfance, cette musique des juifs d’Europe de l’Est que nous appelons aujourd’hui ‘klezmer’. Et je me suis mis à l’entendre, à la jouer, à la connaître.

Et un jour je me suis posé une autre question: qu’est-ce que la musique juive serait devenue si la Shoah — l’holocauste — n’avait pas eu lieu? Question futile, mais néanmoins pertinente pour un musicien juif. Cette musique rythmait les mariages, les Bar Mitzvah, les funérailles des 6 millions de juifs qui sont partis en fumée. Cette musique est l’écho de leur voix, l’écho de leur rires et de leurs larmes, de leurs baisers et de leurs querelles. Cette musique aurait changé, comme eux aussi auraient changé. De nos jours ils regarderaient la télé, comme nous, ils iraient dans des bars, comme nous, leur musique se mélangerait à d’autres musiques.

Mais ça n’est point arrivé. Ils sont morts et cette musique est restée figée. Nous la reprenons aujourd’hui, pour en faire quoi? Pour parler seulement de ce que nous étions? De ce que nous aurions pu être? Moi, je veux chanter ce que nous sommes, nous sommes jazz, nous sommes rock, nous sommes ski de fond et Internet, vin rouge et barbecue. Et juifs. Et j’aimerais faire ma part pour que cette musique arrive au 21e siècle et qu’elle puisse rythmer des histoires du 21e siècle, la mienne, les vôtres, les nôtres.

Ce CD enregistré en concert est avant tout un disque de jazz contemporain, les pièces contiennent toutes une dose importante d’improvisation, les solos se succèdent, il y a des moments d’impro collective aussi… et c’est en même temps un disque de musique juive; d’abord parce qu’il s’agit de musique composée par un musicien juif, aussi laïc sois-je, et parce que les mélodies sont habitées par des ‘dibukk’, des esprits qui sont partis dans les poches vides de mes grands-parents d’Odessa, de Kishinev, de Dubossar…

Damian Nisenson [iv-08]

notice@mam_008-0001