Notes de programme

Notes des compositeurs

La thématique du Forum était: «How can we define humanity today». Le défi lancé par le Forum à ses invités était: Que pouvons-nous dire en tant qu’artistes à propos de la guerre, du terrorisme, de l’impérialisme, des conflits ethniques etc. et quelles sont nos propositions, si utopistes soient-elles? L’avant-garde peut-elle apporter de nouvelles idées, de nouvelles manières de comprendre ces différents problèmes?

Musique et politique

Dans notre société, un des rôles principaux de la musique est le maintien de l’ordre social. Où et comment trouver, dans la musique même, des propositions inspirantes au niveau politique? La musique se fait dans une communauté de l’esprit et du corps. On y retrouve des manières de cohabiter, de vivre et de penser ensemble qui remontent probablement à la préhistoire et qui constituent des bastions de résistance pour l’être humain. Tant que la musique demeurera vivante, la société restera viable. Il est un des rôle de l’art de servir de laboratoire social, de lieu d’incubation, où de nouveaux modèles de société peuvent être tentés mais où aussi, des modèles archaïques doivent être préservés. Une pièce «politique» se devait de questionner les manières traditionnelles de présenter la musique classique. Nous ne voulions pas créer un simple objet de consommation de plus. Nous avons donc proposé une approche compositionnelle comportant plusieurs types de rapport entre l’interprète et la partition: sections écrites de manière traditionnelle; sections aléatoires, ou modulaires, qui permettent aux interprétes de modifier l’ordre de présentation des éléments proposés; canevas et jeux d’improvisation menant à des sections d’improvisation ouverte. Nous sommes très conscients qu’en politique, encore plus qu’en musique classique, le mot «improvisation» constitue la pire des insultes.

Le quatuor à cordes

Le quatuor à corde nous offrait un modèle de société tout à fait fascinant à étudier. Un microcosme, un miroir de la société et de son organisation. La survie et le succès d’un tel ensemble n’est possible qu’en s’appuyant très fort sur l’idée de communauté. Un bon quatuor joue, pense et agit comme une seule personne. Pourtant, même si les instruments et les êtres sont appelés à se fusionner, chaque ensemble de musique présente un assemblage de réalités très diverses. Dans le cas du Quatuor Bozzini: deux femmes, deux hommes; un couple; deux soeurs; des origines et des langues maternelles différentes etc. Un élément de réponse a été pour nous dans l’exploration des rapports des différents membres du Quatuor Bozzini entre eux; les prendre comme des individus, pas des machines à jouer de la musique, les faire parler, crier, chanter en différentes langues, bouger, se déplacer dans l’espace.

La composition à deux

Si nous voulions «briser» le moule du quatuor classique, Bozzini en échange, nous a lancé un défi particulier qui, d’une certaine manière, a aussi certaines répercussions politiques. Le fait de demander à 2 compositeurs de travailler à une même composition nous a provoqué et déstabilisé. Cela nous a forcé à remettre en question plusieurs de nos méthodes de travail. Notre première réaction a été de demander aux Bozzini s’ils voulaient mettre notre couple en danger! Ici, nous avons travaillé par échanges d’une manière véritablement interactive. Mettre en commun à mesure le matériel composé et les différents concepts élaborés afin que chacun puisse modifier le matériel produit par l’autre ou en changer le contexte. Nous sommes très heureux de ce que la pièce est devenue et c’est beaucoup grâce à l’implication indéfectible du Quatuor Bozzini dans l’interprétation de notre pièce Le mensonge et l’identité.

Jean Derome, Joane Hétu [ii-11]

notice@cqb_1110-0001