La boutique des nouvelles musiques

Miroir des vents (CD) Détail des œuvres

Miroir des vents

Luc Marcel

  • Année de composition: 2002
  • Durée: 14:23
  • Instrumentation: quatuor de saxophones
  • Commande: Quasar, avec l’aide du CAC

Mon œuvre s’inspire de la trajectoire persistante d’un point lumineux qui se déplace rapidement dans l’obscurité. Le mouvement de ce trait fin, brillant et continu en devient le fil conducteur. On y perçoit essentiellement un jeu kaléidoscopique, où tout se reflète d’une manière déformée dans des miroirs distordus.

Luc Marcel


Création

  • 25 janvier 2002, L’infini présent, Le Studio — Musée Juste pour rire, Montréal (Québec)

Geyser Ghetto

Michel Frigon

  • Année de composition: 2005
  • Durée: 9:33
  • Instrumentation: quatuor de saxophones
  • Commande: Quasar, avec l’aide du CALQ

J’ai voulu prendre la pression de la terre comme on prend celle d’un être vivant pour mesurer le stress que nous lui faisons subir. C’est donc un voyage métaphorique qui vous conduira du centre à la surface de la terre sous la pression du magma pour ensuite être propulsé dans l’atmosphère par la bouche d’un geyser.

Michel Frigon


Création

  • 18 mai 2005, QuasarAlter ego, Salle Pierre-Mercure — Centre Pierre-Péladeau, Montréal (Québec)

Iskra

Wolf Edwards

  • Année de composition: 2004
  • Durée: 9:24
  • Instrumentation: quatuor de saxophones
  • Commande: Quasar, avec l’aide du CAC

Cette œuvre dont le titre signifie «étincelle», en russe, est une exploration du concept de transfert d’énergie. Le matériau musical traverse un processus de «gestation» qui l’amène d’une idée simple à une variété de blocs d’épaisseurs diverses. Il s’agit d’une métaphore du système anarchiste, dans lequel un ensemble de régions connexes se développent de façon organique pour en arriver naturellement à constituer un réseau dynamique et interactif.

Wolf Edwards [traduction française: Vincent Collard]


Création

  • 27 mai 2004, QuasarInventions à quatre voix, Lion d’Or, Montréal (Québec)

Giuoco Piano

Farangis Nurulla-Khoja

  • Année de composition: 2006
  • Durée: 10:00
  • Instrumentation: quatuor de saxophones
  • Commande: Quasar, avec l’aide du CAC

Ce nom d’une ouverture aux échecs évoque l’idée que la musique comble un vide dans l’espace. Comme au début d’une partie d’échecs, le son avant la musique n’est que potentialité. On n’évalue ensuite l’équilibre des forces qu’en considérant l’ensemble des vecteurs: la pièce qu’on déplace laisse forcément une case vide derrière elle. Quand le son remplit un vide, que laisse-t-il derrière lui?

Farangis Nurulla-Khoja


Création

  • 5 février 2006, QuasarVoyages: Montréal — Pays-Bas, Salle Beverley Webster Rolph — Musée d’art contemporain de Montréal, Montréal (Québec)

Pulau Dewata

Claude Vivier

  • Année de composition: 1977
  • Arrangement: Arr. Walter Boudreau, 1983
  • Durée: 12:07
  • Instrumentation: quatuor de saxophones

Pulau Dewata, dont le titre signifie en indonésien «île des Dieux», est une œuvre-hommage au peuple merveilleux qu’est le peuple balinais. Toute la pièce n’est qu’une mélodie dont le langage rythmique est quelquefois tiré de la rythmique balinaise. Un hommage avec des souvenirs de cette île. La fin de l’œuvre est en fait une citation exacte du «panjit prana», danse d’offrande du legong. J’ai voulu une œuvre simple: monochrome, une pièce courte et surtout pleine de joie, alternent les mélodies seules — «intervalisées» — et les mélodies complémentaires à la façon des Balinais. C’est une musique d’enfant…

Le Chant de l’inaudible

Jean-François Laporte

  • Année de composition: 2000
  • Durée: 14:56
  • Instrumentation: quatuor de saxophones
  • Commande: Quasar, avec l’aide du CAC

Née des suites d’une recherche sur les multiphoniques, cette pièce ouvragée de phénomènes acoustiques (frottements, scintillements harmoniques, battements, souffles etc.) explore le timbre dans un mouvement lent et continu. Cette musique de couleurs a pour motif l’évolution d’un flux très doux de souffles qui s’enroulent et se déroulent ensemble. Pur déploiement d’une nappe de sons tenus, l’œuvre présente l’écoulement progressif de la superposition, puis une évaporation silencieuse.

Jean-François Laporte


Création

  • 26 avril 2001, Quasar(S)AXE(S), La Chapelle, Montréal (Québec)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.