La boutique des nouvelles musiques

Jean Derome, l’oulipien du jazz

Serge Truffaut, Le Devoir, 16 avril 2016

Au sud de la frontière, il y a John Zorn, le saxophoniste défricheur, l’arrangeur iconoclaste, le compositeur de fond comme on dit coureur de fond. Au nord, donc ici comme là, il y a Jean Derome qui est ce qu’est John Zorn, qui est également un homme de la renaissance, un encyclopédiste, un oulipien. Oulipien? Eh oui, il a même mis George Pérec et son Chapitre sans E en musique il y a deux décennies de cela.

Il y a 12 mois moins 12 jours, donc le 28 avril 2015, Jean Derome a amorcé la bien nommée Année Jean Derome. Bien nommée? Grâce à l’obtention de la Bourse de carrière accordée par un jury regroupant des personnalités de divers horizons et formé par le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), Derome a pu monter une série de spectacles déclinant, entre autres choses, ses 45 ans de carrière.

Parmi les signes et les faits qui distinguent cette dernière, on retient celui qui les tient tous ensemble, qui est leur dénominateur commun: l’énorme travail accompli jour après jour. On insiste: notre saxophoniste et flûtiste travaille 48 heures en 24. «Tous les jours, je consacre une heure de pratique à la flûte et autant aux saxophones. Tu ne peux pas arriver sur scène et jouer à froid du baryton. L’aspect physique propre à cet instrument t’oblige à rester en forme, car il est lourd et exige beaucoup de respiration. Tu dois également faire attention à l’entretien de ces instruments.»

Il joue des saxophones et non pas d’un, il joue des flûtes et non pas d’une, et il compose abondamment. Pour lui et ses diverses formations, soit Jean Derome et les Dangereux Zhoms, l’extraordinaire trio avec Normand Guilbeault à la contrebasse et Pierre Tanguay à la batterie, et celle dont il est membre depuis des lunes, soit la Fanfare Pourpour, mais aussi pour les films d’animation et des compagnies de danse.

«Je compose tout d’abord dans ma tête. Puis avec un crayon et un papier, je fais des esquisses. Ensuite, j’ai recours au piano. Je n’utilise pratiquement jamais les saxes et les flûtes. Puis je termine à l’ordinateur.» Et les arrangements de Monk, Ellington, Roland Kirk et autres? «Je fais tout d’abord un portrait-robot. Puis, j’essaye d’oublier l’original. Avec Guilbeault et Tanguay, je donne un ou deux éléments, guère plus, car il y a une grande confiance entre nous. Tout est fait pour qu’il y ait une grande marge de manoeuvre.»

Jusqu’à présent, l’Année Jean Derome a mis en relief le Derome compositeur davantage que le Derome instrumentiste. Ainsi, au dernier Festival international de musique actuelle de Victoriaville, Derome a dirigé un orchestre de 20 musiciens qui ont joué une de ses créations originales intitulée Résistances. Le quatuor de saxophones Quasar, dont André Leroux au ténor, a fait la tournée des maisons de la culture en interprétant la pièce Rouge. La Fanfare Pourpour a sorti un 5e album et se produira les 10 et 11 juin pour décliner Coïncidences, que Jean Derome a écrit cette année. Le 12 juin, Derome et ses amis concluront cette année à La Sala Rossa. La conclusion appartient à ce cher La Palice: chaque année devrait être une Année Jean Derome pour la bonne et simple raison qu’il est ce que l’on dit peu souvent: le Maître des musiques.

… le Maître des musiques.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.