La boutique des nouvelles musiques

Chroniques en trois lignes

Luc Bouquet, Le son du grisli, 3 janvier 2015

Du dédale que construit Philippe Lauzier ne pourront s’échapper que des souffles amples, vastes, abondants, amis. Ce souffle brise-glace fore le continu. Le souffle se module, se gonfle, admet de fines moisissures mais, toujours, refuse la désunion. A chaque nouveau tableau, un continuum. A chaque nouveau monde, la douceur des prologues. Clarinettes et saxophones malaxent la matière, cristallisent le granuleux. Ils oscillent et hypnotisent l’auditeur. Les techniques étendues ne sont que prétextes: le souffle ne se voudrait que fluet et menu qu’il ne pourrait cacher sa douceur, sa bienveillance. Précisément ceci: un disque de douceur et de bienveillance.

Un disque de douceur et de bienveillance

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.