La boutique des nouvelles musiques

Éléphant Turbo (Turbo). Festival de Musique Actuelle de Victoriaville

François Dunlop, CISM, 20 mai 2011

Difficile de faire une critique objective d’un groupe chouchou comme La Part maudite. Après avoir fait l’éloge de son premier disque (Our Balls Are Like Dead Suns, &records) et de l’avoir convoqué à produire une Session Live sur nos ondes, comment pouvons-nous possiblement dire autre chose que:» La Part maudite en spectacle, c’est un peu comme un éléphant turbo, mais avec encore plus de turbo.» Et ça, c’est de l’éléphant pas à peu près!

Un néophyte pourrait croire que l’analogie de l’éléphant sort tout droit du champ gauche… mais cela, c’est parce qu’il n’a jamais entendu Philippe Battikha moduler le son de sa trompette jusqu’à ce qu’elle imite un pungi assez puissant pour «charmer» n’importe quel serpent voir gros serpent, voir serp-éléphant.

Pendant ce temps, Mivil Deschênes en profitait pour nous rappeler que nous avions oublié nos bouchons d’oreilles avec une basse bruyante mais précise. Quand à la batterie de Patrick Dion, elle maintenait le rythme tantôt infernal (le bon type d’infernal… celui qui nous fait crier contre les monstres de la modernité), tantôt atmosphériques (le bon type d’atmosphérique, celui qui nous rappelle que les monstres de la modernité n’ont pas encore tout pris).

La morale de cette histoire nous dévoilera un autre média incapable de parler de culture sans prendre un parti pris. Bébé monstre grandira.

Difficile de faire une critique objective d’un groupe chouchou comme La Part maudite.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.