La boutique des nouvelles musiques

Critique

Lorraine Soliman, Jazz Magazine, 1 janvier 2011

Produire un album en studio à la mémoire d’un moment live extraordinaire est une opération fréquente. Et très réussie pour ce Tremblement de fer qui sort un an et demie après le concert éponyme inaugurant la 10e édition de l’OFF Festival de jazz de Montréal. Enregistré à douze musiciens plus un compositeur (au lieu de cinquante initialement), ce grand frisson métallique en dit long d’un projet qui, live, n’aura pas laissé son plublic indemne. Le saxophoniste Pierre Labbé n’est pas un novice en matière d’écriture orchestrale et de fusion des genres. Mais ce récent «tremblement» dit bien d’autres choses qu’une simple aisance à bousculer les canons esthétiques. Loin de s’écouter jouer et de se regarder écrire, les musiciens partagent leurs savoir-faire et leurs émotions (jazzisistes, classiques, contemporaines, funky, rock ou folk) avec un respect éveillé de l’objet musical en œuvre. Freeleux campe le décor: à partir d’une introduction opposant la masse vibrante du quatuor à cordes au chœur cuivré des très «bigbandesques» soufflants, sur les traces d’une trompette perçante et énigmatique, le morceau prend peu à peu les accents du funk le plus rutilant, tenu par une rythmique qui fait feu de tout bois. Serpents et échelles relie les classicismes d’Orient et d’Occident en unissons charmeurs, tandis que le 2e souk prend des airs de nouba post-bop. La fille et la grenouille referme l’album sur quelques notes d’un blues pris en charge par une délurée fanfare d’harmonies frottées-soufflées et une rythmique jouant sans modération du slide, du pizz ou du wah-wah. Un modèle de plasticité et de sens de la narration.

Un modèle de plasticité et de sens de la narration.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.