La boutique des nouvelles musiques

Seul le béton

François Dunlop, CISM, 15 novembre 2010

Goutte. Rebord. Chaise. Trombone. Et ce cher Nick. Steve Lacy, tu es mort, mais pourtant, ici, la table possède un certain charme. Certes, Susanna Hood n’est pas Irene Aebi, et c’est tant mieux! L’halloween est chose du passé. Déguiser une chanson n’est plus qu’un acte théâtral. Il faut désormais exiger le béton. Lui seul sera en mesure de «concrétiser» (ha!) l’absolu d’un artiste posthume tel que Lacy peut l’être devenu. Avec cette complicité naturelle, Brenders, Fraser, Thomson et Neal n’ont nul besoin de bitume. Une suite pour Aïda, le classique Blinks, et la Bone de 1970. Lacy tu es mort, et moi, grâce à toi, je suis vivant.

Lacy tu es mort, et moi, grâce à toi, je suis vivant.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.