La boutique des nouvelles musiques

La Fanfare Pourpour s’amène, suivez la parade

Emilie Russo, Le Plateau, 3 juin 2010

Le clan Pourpour et sa joyeuse bande de musiciens ont lancé le 31 mai dernier leur quatrième disque, Danse des breloques, au Lion d’Or. Pour son 15e anniversaire, la célèbre fanfare du Plateau-Mont-Royal offre 15 pièces originales composées par les musiciens de la Pourpour.

«On est le pire orchestre de marche au monde en quête de beauté», a dit Claude Vendette, joueur de saxophone et l’un des fondateurs de la fanfare.

En effet, la Pourpour n’a rien de militaire. Son nouvel album puise dans un répertoire varié et dansant, aux sonorités klezmer (6250 la track), western (Partir), arabes (Croise le pont), et gitanes (Danse des breloques). Outre les cuivres, on y entend des instruments variés comme la scie musicale, l’accordéon et le banjo, de même que les jolies voix des musiciens en chœur.

Ce quatrième album se démarque de son précédent, dédié à la musique de Lars Hollmer. Il rassemble une palette de dix compositeurs, tous des musiciens de la fanfare. «Tous les membres y mettent leur épice quand on fait de nouvelles chansons», illustre Némo Venba, trompettiste de la fanfare, compositeur et arrangeur musical. «Il y a une grande liberté dans notre orchestre, n’importe qui peut amener une pièce. Tu n’as même pas besoin de savoir écrire la musique pour composer pour la fanfare», ajoute Pierre Emmanuel Poizat, clarinettiste, également compositeur et arrangeur musical.

Le résultat n’en est pas moins professionnel. Sur les 20 musiciens que compte la fanfare, plusieurs ont reçu une solide formation au Conservatoire de musique ou sont reconnus sur les scènes de jazz et de musiques actuelles, mais il y a également plusieurs musiciens autodidactes. Dans cet orchestre sans chef d’orchestre, chacun apporte son bagage et contribue à la musique. «C’est plus un clan qu’un groupe de musique», dit Luc Proulx, à la fois acteur, danseur, chanteur et guitariste de la fanfare.

La famille de la Pourpour ne cesse de s’agrandir depuis ses débuts, mais continue de rajeunir. Les musiciens comme Némo et Pierre Emmanuel prennent la relève aux arrangements, à la composition et à la direction musicale. «Il y a une transformation à savoir que la deuxième génération de musiciens s’affirme de plus en plus, et a un niveau musical plus élevé. Ça se complète mieux», avance Lou Babin, accordéoniste et fondatrice de la fanfare.

Déjà, les enfants des musiciens joignent la fanfare. «On est 20, je prédis que d’ici 5 ans on sera 30, et ça nous prépare à notre projet de faire une fanfare à 100 musiciens un jour, mais ça, c’est une autre histoire!», lance Némo.

La tradition des fanfares sur le Plateau

Tout a commencé autour d’une caisse claire et d’une trompette, quelque part sur le Plateau, en 1974.

Arrivée à Montréal à l’âge de 20 ans, Lou Babin a fait la connaissance d’une «gang d’hurluberlus»: François Gourd, Christine Lajeunesse et Benoit Fauteux. Ils sont sortis tout bonnement, un samedi en après-midi, pour jouer dans la rue. La parade est vite devenue une tradition qu’ont suivie des dizaines de personnes armées de casseroles. La fanfare de l’Enfant fort était née. «Certains savaient jouer, d’autres non!», explique Lou Babin. «L’idée c’était de rencontrer les gens dans un esprit de fête. Ça a duré deux ans, puis on est partis en tournée.»

Le goût de jouer sur scène et d’interpréter des pièces plus travaillées a mené à la création de la Pouet Pouet Band en 1978. Deux ans plus tard, le fils de Lou, Némo, naissait. Puis, plusieurs membres de la fanfare se sont dispersés.

Seize ans plus tard, le goût de faire de la musique est revenu. La Fanfare Pourpour a vu le jour en 1995 et a lancé son premier album quatre ans plus tard. Aujourd’hui, la Fanfare joue plus souvent sur scène que dans la rue, mais n’a rien perdu de sa fraîcheur et de sa spontanéité.

Spectacles à venir

C’est sur une scène qu’il faut voir la Fanfare Pourpour pour saisir son énergie et sa poésie.

«Quand on est là, il y a un événement qui se produit. Un gros orchestre comme ça qui joue, ce n’est pas anodin. Il y a un effet de masse!», avance Pierre Emmanuel Poizat.

Aujourd’hui, la Fanfare joue plus souvent sur scène que dans la rue, mais n’a rien perdu de sa fraîcheur et de sa spontanéité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.