La boutique des nouvelles musiques

Critique

Nicolas Pelletier, emoRAGEi, 20 août 2008

Avec ce mélange de jazz déjanté, de «bruitisme» improvisé et de «beats» solides, le remarquable batteur Michel F Côté a cette fois les deux pieds dans la musique actuelle. Rien à voir avec le précédent album, Flat fourgonnette (Mescal free style) et son blues tribal (et quand même bien modifié) paru en 2005.

Cet album en format quintet sous le nom (juste) Claudette a beau être bordélique, le tout n’est pas désagréable pour autant. Bernard Falaise est à son meilleur lorsqu’il utilise sa guitare pour générer des paysages sonores grandioses, mais il sombre malheureusement parfois dans la multitude de «petits mottons» de notes dissonantes. Des collaborateurs de longue date, Alexandre St-Onge, Jesse Levine et Gordon Allen, complètent l’équipe.

Le jeu de batterie de Côté est, comme d’habitude, magnifique. Si spectaculaire, mais parfois tellement simple qu’on n’écoute que ça. Son instrument a une sonorité parfaite qui pourrait servir à de super «loops» pour des remixeurs comme Amon Tobin ou Moby. Qu’elle soit en avant-plan ou utilisée comme simple support, sa batterie est le centre d’attention. La sonorité de ce batteur, maintenant âgé de 50 ans, est tout simplement excellente, capable de rock, de pur jazz ou de lounge au détail près.

Le jeu de batterie de Côté est, comme d’habitude, magnifique.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.