La boutique des nouvelles musiques

Héroïque Lori!

Claude Gingras, La Presse, 19 août 2007

Invitée vendredi soir au petit festival Jusqu’aux oreilles, Lori Freedman a «navigué» avec une héroïque aisance et une alerte musicalité entre quatre modèles différents de clarinettes, pendant une pleine heure, sans pause, seule devant ses feuilles de musique et une cinquantaine de personnes entassées dans le chœur de la cathédrale anglicane.

Elle nous a d’abord présenté la rarissime — et encombrante — clarinette contrebasse, qui possède quatre octaves, des notes parmi les plus profondes de toute l’échelle musicale et des timbres rauques évoquant les rugissements de quelque bête sauvage — autant de caractéristiques réunies dans une pièce de Gérard Grisey se terminant sur des sons mystérieusement espacés et parfois à peine audibles.

La plus familière clarinette basse était illustrée par trois autres compositeurs. De Giacinto Scelsi, une page rapide et plus simple que ce qui précédait. De Georges Aperghis — et bien dans l’esprit de cet homme plein d’imagination —, des attaques violentes, des couacs voulus, des timbres qui suggèrent deux instruments différents, des effets de voix humaine. De Pascal Dusapin, des sons haletants, très aigus puis très graves, qui courent sur tout l’ambitus de l’instrument.

L’absolu contrôle maintenu jusque-là, la Montréalaise l’applique ensuite à la traditionnelle clarinette en si bémol et une autre pièce d’Aperghis, intitulée 280 mesures, où, cette fois, elle doit pousser quelques cris en jouant, produire des multiphoniques, passer instantanément d’une couleur à une autre et exécuter glissandos et sauts périlleux.

Elle termine avec une clarinette en do et une improvisation de six minutes, sorte de brillant résumé de tout ce qu’elle vient de faire.

… une héroïque aisance et une alerte musicalité…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.