La boutique des nouvelles musiques

Toutes voiles ouvertes!

Yves Bernard, Ici Montréal, no 10:24, 15 mars 2007

La Fanfare Pourpour s’associe à la musique du Suédois Lars Hollmer pour la réalisation du disque Karusell Musik. Le carrousel tournoie dans un mouvement incessant. La Fanfare Pourpour processionne et fait intensément pénétrer dans une musique contemporaine qui fait chanter, une musique populaire qui s’écarte de sa route, une musique du monde à l’accent insaisissable. Violonistes, accordéonistes, flûtiste et joueurs de cordes se la swinguent subtilement au milieu d’un bataillon de cuivres et de grosses caisses qui se liguent parfois contre eux, pour mieux soudainement s’effacer abruptement, et doucement les faire ressurgir. Mais les 20 musiciens peuvent ensemble faire les pompes avant qu’un chanteur scandinave lance des airs loufoques. Comme si les MacGarrigle faisaient poum poum… Mélodique, joyeuse et enflammée avec ses rythmes presque naturellement «reelés», la fanfare peut aussi livrer des moments plus tristes sur des airs de valse. On entre parfois au cirque, et Kurt Weill n’est pas loin. Le rythme se casse, l’effet dramatique s’accentue le temps d’un anti-climax, puis l’orchestre continue à augmenter la cadence. Tout semble s’édifier et s’écrouler en même temps dans cet univers pourtant vitaminé. «Le nom du groupe vient du poème "Les nacelles de pour pour"de Claude Gauvreau», se rappelle Lou Babin, accordéoniste et porte-parole de la Pourpour. «Le personnage nous convient parfaitement avec son imaginaire hors normes, toutes voiles ouvertes». En effet, le son de la rue s’élève puissamment, surtout que, pour son troisième disque, Karusell Musik, la grande famille réarrange et interprète des pièces de Lars Hollmer, compositeur et vieux routier des musiques de création européennes qui, depuis la venue de Samla Mammas Manna, groupe culte suédois des années 70, repousse les frontières du pensable. «Lars nous apporte une musique aux accords simples, mais très complexe au niveau de la rythmique. On passe du 15/7 au 5/4 ou au 6/6 dans une même pièce. C’est assez troublant. Moi, j’apprends les musiques à l’oreille parce que, si je me mets à compter, je deviens complètement perdu», explique en riant Luc Proulx, guitariste du groupe. D’abord connus pour leur sympathique déglingue, les rescapés du Pouet Pouet Band, de l’Enfant Fort et des différentes versions de Montréal Transport Limité, ont d’abord opté, à leur création en 1995, pour une musique festive aux parfums est-européens et aux accents de fanfare à la Kusturica avant d’intégrer plus de jazz. «L’arrivée de Jean Derome, Normand Guilbault, Pierre Tanguay et Claude Vendette nous a donné beaucoup de profondeur alors que plusieurs jeunes qui évoluent avec d’autres formation ont insufflé une énergie nouvelle», souligne Babin. Et Lou de conclure: «Même si ça s’est ouvert au jazz et que Karusell Musikest est plus éclaté que les autres disques, la musique qui sort est toujours celle de la Pourpour.»

… une musique contemporaine qui fait chanter, une musique populaire qui s’écarte de sa route, une musique du monde à l’accent insaisissable.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.