La boutique des nouvelles musiques

Critique

Thierry Lepin, Jazzman, no 133, 1 février 2007

Né au Canada (Colombie-Britannique), grandi en Californie, Isaiah Ceccarelli — sans lien de parenté avec André — a un parcours riche en rebondissements: éleve de la Berklee de Boston à la fin des années 1990, puis du CNSM parisien au début de la décennie suivante, il n’a pourtant rien du profil du premier de la classe. S’il a suivi l’enseignement d’Ed Shaughnessy, s’il affectionne Paul Motian ou Ed Blackwell, il cite tout autant Lê Quan-Ninh parmi ses références. Installé à Montréal depuis 2003, il multiplie les rencontres au sein de la scène des musiques actuelles, avant de confectionner ces Lieux-dits comme un ouvrage de compositeur. Ce premier album à l’univers singulier conjugue thématiques et fenêtres d’improvisation libre. Dans chaque pièce, l’amplitude dramatique développe avec minutie une tension à la fois intimiste et abstraite. Leader plus percussionniste que batteur, Isaiah Ceccarelli offre une palette de coloriste en parfaite adéquation avec le choix des timbres des vents. Chacun s’affirme dans le jeu collectif sans perdre le fil des idées, une mise en place privilégiant les petites formes, le découpage érudit des scénarios proposés. Une écriture à la personnalité rare dans ce contexte musical.

Une écriture à la personnalité rare

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.