La boutique des nouvelles musiques

Disques

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 68, 1 juin 2006

Belle gageure d’éditer sous forme de coffret 4 CD quatre réalisations différentes de Jocelyn Robert. Chaque CD aurait en effet pu faire l’objet d’une parution à part (sans doute envisagée, dans la mesure où chacune d’elles a un numéro de catalogue propre?). Histoire de sauter pleinement dans l’univers sonore d’un musicien aux ramifications diverses? En effet, les quatre œuvres sont plus ou moins représentatives du travail personnel du compositeur québécois, et de quelques-uns de ses partenaires. Ainsi, par exemple, 24 exercices de parallaxe poursuit l’exploration de certains paramètres du jeu pianistique commencée avec Le Piano flou et Les scaphandres renvoient au Crachecophage, déjà en association avec Laetitia Sonami. Avec 6 Drawers 4 Spoons Souk Souk, la collaboration avec Éric Gagnon, conduit à trois séquences quelque peu hybrides, au croisement du paysage sonore, de l’électronique et de l’échantillonnage, mais dont le fil conducteur pourrait être la guitare: des sons de rues animées sont ainsi peu à peu absorbés par le jeu entrecroisé de deux guitares, des trépidations électroniques parcourues de délicats arpèges… Une mise en sons délicate et séduisante.

Slow Sparks from the Split-Voiced Buddha, seule œuvre soliste du coffret, s’inspire de chants tibétains numérisés et traités sous la forme d’un long drone, laissant toutefois subsister au début et à la fin les voix d’origine comme pour en identifier le propos.

Alors que Le Piano flou était basé sur des logiciels conçus pour repérer et amplifier erreurs et hésitations du jeu pianistique, les 24 exercices de parallaxe utilisent des logiciels qui transforment des données sonores diverses et aléatoires en notes de piano ordonnées dont Jocelyn Robert et Louis Ouellet paramètrent mode, durée, vélocité, etc. Le résultat se rapproche des expériences de Conlon Nancarrow avec ses Études pour piano mécanique, le côté aléatoire en plus.

Avec Les scaphandres, Jocelyn Robert et Laetitia Sonami associent sons et traitements divers, offrant à nos oreilles six pièces bruitistes parcourues de pulsations, sifflements, stridences électriques issus d’un texte abordé en tant qu’objet numérique.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.