La boutique des nouvelles musiques
Grande vente du Temps des Fêtes!50%30%15% de rabais Cliquez pour voir

Critique

Franck Bergerot, Jazzman, no 113, 1 mai 2005

POURQUOI PAS? Le Canadien Normand Guilbeault fréquente le répertoire de Mingus depuis quinze ans. Une familiarité illustrée par ces captations en club. Elles restituent peut-être plus fidèlement que le Mingus Big Band la fièvre des interprétations mingusiennes, leurs dérapages rythmiques et harmoniques, collectives et solitaires, à la limite de la perte de contrôle, mais aussi la densité obtenue en petite formation. Le répertoire va du classique Pithecanthropus Erectus au plus rare Conversation en passant par Fables of Faubus (dont les interjections, hurlées sur l’exposé, s’adressent désormais à George Bush) et un original fort mingusien. On n’ouvrira pas la polémique du néoclassicisme et du répertoire mais ce disque méritera d’être versé au dossier (même si l’entreprise se justifie davantage sur scène que sur disque). 2

Elles restituent peut-être plus fidèlement que le Mingus Big Band la fièvre des interprétations mingusiennes, leurs dérapages rythmiques et harmoniques, collectives et solitaires, à la limite de la perte de contrôle, mais aussi la densité obtenue en petite formation.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.