La boutique des nouvelles musiques

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 63, 1 mars 2005

Le nouveau travail du metteur en son, poète sonore québécois, qu’est Pierre-Andre Arcand se presente a la fois comme un cd audio, Boucles sur boucles en constante mutation et un cd video Cristaux liquides interpréteurs. La référence à John Cage (Atlas Eclipticalis 1961) n’est évidemment pas fortuite. Dans cette pièce du compositeur américain, les parties instrumentales, au nombre de quatre-vingt six, sont constituées de sons uniques et de constellations de sons, plus ou moins longs et déterminent des événements sonores. Pierre-Andre Arcand en utilisant notamment son logiciel Macchina Ricordi (après avoir troqué son système analogique contre un système numérique) accumule, lui, des boucles sonores évolutives (souvent issues d’anciens enregistrements), les déconstruit, les confronte entre eux pour créer une masse sonore dense, tantôt élégante, tantôt plus bruitiste, toujours fascinante. Par ailleurs, son logiciel lui permet aussi d’agir sur les images vidéo (à basse résolution) récupérées, souvent à partir de transformations graphiques, qu’il recompose de manière plus ou moins aléatoire.

… une masse sonore dense, tantôt élégante, tantôt plus bruitiste, toujours fascinante.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.