La boutique des nouvelles musiques

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 63, 1 mars 2005

Le violoniste et compositeur Malcolm Goldstein n’est pas un inconnu pour les lecteurs de Revue & Corrigée, ni pour les spectateurs qui suivent les programmations de musique contemporaine alternative sur les scènes hexagonales: Vandœuvre, Fresne-en-Woëvre, Strasbourg, Montreuil, Grenoble pour n’en citer que quelques points de chute. Interprète de John Cage, de James Tenney parmi d’autres compositeurs contemporains nord-americains, il pratique aussi l’improvisation, en soliste et avec divers partenaires, tels Matthias Kaul ou ses compatriotes d’adoption Rainer Wiens ou John Heward.

Le Quatuor Bozzini fréquente depuis peu les scènes contemporaines plus conventionnelles. Créé en 1998 par les soeurs Stéphanie et Isabelle Bozzini (respectivement à l’alto et au violoncelle) en partenariat avec les deux violonistes Clemens Merkel (d’origine allemande) et Geneviève Beaudry, il se consacre principalement mais non exclusivement au repertoire contemporain (George Crumb, Steve Reich) et a déjà travaillé avec (Tim Brady. La formation sera aussi a l’affiche à la fin de l’hiver au Montréal / Musiques Nouvelles, dans un programme associant les compositeurs Benedict Mason et Rene Koering ou en partenariat avec le Hilliard Ensemble. A New Song of many faces for In These Times, composition de Malcolm Goldstein et interprétée par le Quatuor, permet de réunir ces deux enregistrements. D’autant plus que les deux productions proposent chacune une version de cette pièce: la version figurant sur Hardscrabble Songs a été enregistrée en mai 2002, celle qui se trouve sur Portrait Montréal en août-septembre 2003, alors que la violoniste Nadia Francavilla a succédé à Geneviève Beaudry. Cette pièce met en jeu une forme d’improvisation structurée qui débute par une atmosphère un peu nonchalante (chant coulant) avant de démarrer un violent ballet ou s’entrecroisent rageusement les divers instrumentistes (chant brutal); puis la confrontation cède la place au chant tourmenté avant de finir sur une note plus optimiste (chant intime). Cette structure en quatre mouvements reprend quelque peu l’idée développée dans la pièce éponyme. En effet Hardscrabble songs, créée en 2000, évoque une certaine idee de l’Amérique véhiculée par quatre chansons, une Amérique dans laquelle les idéaux démocratiques sont dévoyés par des réalites moins reluisantes, où la spéculation boursière (le jeu de violon est déstructure évoquant l’âpreté de l’appât du gain) côtoient la pauvrete (jeu dur, grinçant, tendu, presque effrayant). Deux autres pièces évoquent cette Amérique, comme l’indique Malcolm Goldstein: la ségrégation raciale des années 50 avec My feed is tired, but my soul is rested avec sa ligne mélodique sous-jacente et empreinte de blues, l’hystérie anticommuniste puis antiterroriste dans Where are we going when we’re standing still, looking backwards sorte de boucle sonore offrant un travail plus tenu, plus minimal, parfois proche du silence, mais évolutive. Soundings est d’essence plus musicale, puisque, à l’image d’un ancien enregistrement de Malcolm Goldstein (Sounding the fragility of line, 1988), elle a pour but d’explorer uniquement divers approches sonores et interactives de l’instrument et de l’instrumentiste. Outre la piece de Malcolm Goldstein, deja evoquee, Portrait Montréal, premier enregistrement du Quatuor Bozzini, se consacre à trois compositeurs de la ville québeçoise. Pulau Dewata (l’île des dieux), inspire par la découverte de la culture balinaise est l’une des œuvres les plus emblématiques de Claude Vivier (compositeur assassiné à Paris en 1983 à 35 ans). La version pour quatuor à cordes (la pièce est prévue pour s’adapter à différents instruments) apparaît ici plus energique que celle, par exemple, du Nouvel Ensemble Moderne. Michael Oesterle, qui en a réalise l’arrangement, offre lui aussi une de ses compositions au Quatuor Bozzini, Daydream Mechanics V. Sur un mode répétitif (on y sent l’inspiration d’un Steve Reich) mais détourné par les interventions solistes, le quatuor explore un univers un peu trouble, mystérieux et halluciné. Le Quatuor à cordes no 2 de Jean Lesage, suite en 6 mouvements joue quant à lui sur des sonorités plus classiques d’un quatuor à cordes (pas de grincements par exemple) mais en provoquant des croisements subtils et complexes entre les quatre musiciens.

… des croisements subtils et complexes entre les quatre musiciens.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.