La boutique des nouvelles musiques

Critique

Marc Chénard, La Scena Musicale, no 10:6, 1 mars 2005

Peu d’artistes peuvent se dire aussi prolifiques au chapitre des enregistrements que Madame Contrebasse en personne, Joëlle Léandre. Si bien qu’elle nous offre à peu près une nouvelle galette par mois. Bien qu’ayant fait ses premières armes dans le milieu de la musique contemporaine, c’est dans le milieu du jazz (ou du post free-jazz pourrait-on dire) qu’elle fait le gros de son boulot. Musicienne de rencontres par excellence, elle se retrouve aux côtés d’un pianiste sicilien, Gianni Lenoci. En quelque 46 minutes, les deux badinent allégrement, sans jamais trop bavarder (puisqu’il y a 14 plages). Compte tenu de sa propre formation musicale, la bassiste se sert davantage de son archet que du pizzicato, évitant ainsi le rôle traditionnel que son instrument tient en jazz. Ce faisant, les deux partenaires dialoguent en égaux plutôt que d’avoir le piano comme meneur et la contrebasse derrière lui. En cours de route, les dialogues peuvent être désinvoltes, parfois acharnés, mais sans temps morts. Évidemment, ceux et celles qui cherchent des assises plus sûres n’y verront peut-être que du feu, mais ce qui compte ici c’est le tout et comment on trouve son plaisir à écouter les détails, ces petits moments qui titillent l’oreille. Difficile alors d’identifier des faits saillants dans tel ou tel morceau; ce qui importe, c’est l’ensemble de l’enregistrement qui, notons-le, se termine dans la bonne humeur avec un rire complice des deux musiciens.

… désinvoltes, parfois acharnés, mais sans temps morts.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.