La boutique des nouvelles musiques

L’esprit de Mingus parfaitement évoqué

Alain Brunet, La Presse, 15 janvier 2005

Le contrebassiste montréalais a toujours voué une grande admiration à Charles Mingus; il a maintes fois évoqué le legs de son aîmé au cours des 15 denières années. Les efforts de Normand Guilbeault sont ici récompensés: il a accompli à mon sens le plus beau disque de sa carrière. Mingus Erectus ferait grandement plaisir au contrebassiste disparu à la fin des années 70, car il allie toutes les qualités de son approche légendaire: présence de solistes impétueux et virtuoses (particulièrement Mathieu Bélanger aux clarinettes et Jean Derome aux saxes et flûte), soutien rythmique impeccable, variations singulières des tempii, improvisation collective des plus ferventes, éloquentes déconstructions harmoniques. Et, bien sûr, ce côté baveux, irascible et dénonciateur de Mingus. On peut goûter à son irrévérence superbe notamment dans la reprise de Fable of Faubus, qui évoquait naguère un gouverneur raciste de l’Arkansas (Orville Faubus) et adaptée cette fois à George W. Bush que Guilbeault et ses collègues ne tiennent (évidemment) pas en haute estime.

Les efforts de Normand Guilbeault sont ici récompensés: il a accompli à mon sens le plus beau disque de sa carrière.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.