La boutique des nouvelles musiques

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no 111, 1 janvier 2005

Les contrebassistes sont des êtres étonnants. Nous les entendons parcourir le monde, avides de rencontres et d’échanges. Souvenez-vous: Peter, Joëlle, William, Barre… toujours là, généreux, rassembleurs (je n’ose écrire maternels). Joëlle Léandre justement. La voici italienne pour quelques jours à l’occasion d’une classe de maître au Conservatoire de Monopoli (province de Bari). Le pianiste Gianni Lenoci y enseigne le jazz et la musique contemporaine. Les deux n’avaient d’autre choix que celui de se rencontrer. On sait que la première rencontre est le plus souvent riche en intensité (la seconde est parfois plus problématique). Ici, Joëlle et Gianni jouent ce qu’ils sont en cet instant précis; libres, généreux, étonnés par leur propre embrasement. Ces deux-là s’amusent, s’offrent, s’abandonnent, nous les voyons explorer chambres et passages secrets. Laissons leur musique nous envahir et remercions-les pour cette magnifique offrande.


Le premier mot qui vient à l’esprit en écoutant ce disque est «profondeur». Profondeur évidente de la relation qui unit les deux musiciens. Profondeur de champ ou recul nécessaire pour que l’improvisation ne tombe pas de trop haut malgré l’altitude imposée dès le départ. Profondeur encore des harmonies tracées par le pianiste autour du centre de gravité de la bassiste… Profondeur, mais pas distance! Car, pour immense que soit la galaxie explorée ici, à aucun moment l’auditeur ne se sent abandonné au vide ni dépassé par son propre vertige. Chez Joëlle Léandre, une fois de plus, c’est donc la solidité qui fascine. Cette femme travaille le bois de sa contrebasse avec des mains d’ébéniste, construisant une sorte de bâtiment orchestral où l’on sent qu’il fera bon vivre quand ce sera terminé… Alors, on va voir le chantier!

Et l’on croise Gianni Lenoci, pianiste de Monopoli, dans la banlieue de Bari, qui a étudié avec Mal Waldrom, Paul Bley et enregistré avec le quartet d’Eugenio Colombo (Tales of love & death). Le corps visiblement investi jusqu’au fond de l’instrument, il pétrit la pâte sonore avec une gourmandise et une énergie qui font plaisir à deviner. Entre envolées romantiques, passion lyrique, citations contemporaines, (Cage et Feldman sont deux références incontournables des deux artistes) et clins d’œil complices à Erik Satie, il allie la puissance du toucher et la finesse mélodique à une invention harmonique constamment en éveil.

Dans les quatorze improvisations libres de ce disque, Léandre et Lenoci prennent les risques les moins calculés afin que demeure la plus spontanée des musiques, celle que nous aimons et que l’on nommera, selon, free jazz ou musique improvisée, mais qui, de toute façon, restera éminemment contemporaine. Cette musique, donc, qui une fois passée, continue d’exister car elle représente l’instant, l’éphémère et, en conséquence, l’éternité. Une forme de poésie, encore, qui du plus lointain de sa «profondeur» continuera longtemps de se balancer dans notre mémoire immédiate.

L’art de ces deux trapézistes, volant ensemble là-haut avec une telle assurance, me fait songer finalement à cette fameuse définition que l’on donna un jour de la confiance: la confiance, c’est le risque moins la peur.

Cette musique, donc, qui une fois passée, continue d’exister car elle représente l’instant, l’éphémère et, en conséquence, l’éternité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.