La boutique des nouvelles musiques

Critique

Alex Dutilh, Jazzman, no 108, 1 décembre 2004

Entre le pianiste italien et la contrebassiste française, quatorze instants d’instabilité, autant de propositions improvisées, de saynètes musicales. Pas une redite. La fragilité d’un échange sans interdit, avec l’intensité de deux parcours savants. Les pièges de l’informel sont transcendés par un savoir immense sur l’instrument, l’art d’en dilater les frontières physiques, de se jouer des limites techniques. Est-ce la nature plus stable du piano? Joëlle Léandre a trouvé en Gianni Lenoci (première rencontre) un point d’appui à partir duquel aller et venir. Moins un point d’ancrage qu’une balise de repérage. La contrebasse percute, rade, gronde, sifflote, allonge le pas; le piano zigzague, frémit, bruisse, esquisse une citation… Leur duo est un badinage galant où s’échangent des bribes de propositions, autant qu’une dissertation à quatre mains où chacun dissèque le ventre de son instrument. Un in and out mouvant, piquant, abrupt et très doux à la fois. On aurait pu glisser vers la futilité de l’informel si le choix de la brièveté des pièces (de 1’34 à 4’51 minutes) ne créait une exigence réintroduisant un formalisme, celui de la fulgurance. 4/5

La fragilité d’un échange sans interdit, avec l’intensité de deux parcours savants.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.