La boutique des nouvelles musiques

Critique

Eric Normand, JazzoSphère, no 23, 1 octobre 2004

Parmi les improvisateurs, il y en a pour qui l’instrument est le corps: chanteurs, poètes sonores, bruiteurs, etc. Malheureusement, il est plutôt rare de les voir se réunir, travaillant souvent des projets solos difficiles ou s’intégrant à des ensembles instrumentaux. C’est donc une excellente idée qu’a eu Michel Levasseur de réunir sur scène (et sur disque) ces cinq virtuoses de la bouche et de l’appareil respiratoire. Five men singing est un véritable festin pour les oreilles, un moment rituel fantastique rempli d’émotion et de poésie. Force est de constater que le tout diffère de la somme des parties: la musique du groupe est plus accessible que celle des individus pris un à un. Elle donne l’impression d’une grande écoute mutuelle, de constructions très précises, et puissantes. Les possibilités quasi-illimitées de ces voix nous font songer à certaines musiques électroniques, tant la diversité des textures sonores est grande. Ici, la musique se développe autour de mantras, saccades ou chants de gorge, physique, prenante et inventive. Après tout, l’improvisation n’est-elle pas une musique de tradition orale?

Ce disque que l’on pourrait considérer comme une «bizarrerie» se révèle comme l’un des plus beaux et des plus touchants disques que Victo nous ait offert dans les dernières années. Ce qui n’est pas peu dire.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.