La boutique des nouvelles musiques

Critique

Thierry Bissonnette, Voir, 23 septembre 2004

Contrebassiste d’exception, Joëlle Léandre opte pour une approche excessivement corporelle, grâce à laquelle on croirait parfois s’intégrer aux nerfs et aux os de l’instrumentiste. Dans une démarche rigoureuse et surprenante où elle sollicite aussi la double basse et le bruitisme vocal, les cordes subissent le pincement, le frottement et la percussion sans aucune trace d’exercice de style. Ici rejointe par le pianiste italien Gianni Lenoci, la Française (Aix) s’engage dans un de ces dialogues qui ont fait le bien-fondé de sa quarantaine de disques (aux côtés des Zorn, Frith, Braxton, Lacy, entre autres). Un moment fort pour cette artiste intégrale.

Un moment fort pour cette artiste intégrale.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.