La boutique des nouvelles musiques

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no 99, 1 octobre 2003

Le souffle. Seulement le souffle. En bannissant toute notion de note et de phrasé, Bertrand Denzler et Hans Koch, visitent le son caché de l’instrument; le bois de la clarinette pour l’un, le métal du saxophone pour l’autre. C’est dans cet enfoui de l’instrument, dans cet espace si peu exploré que nos deux arpenteurs des souffles et des trilles vont creuser, puiser et remonter à la surface de précieuses pépites. Il serait donc faux de parler de périphérie ou de détournement de l’outil car c’est bel et bien de renaissance et de mise à jour d’une évidence ensevelie dont il s’agit ici. Ni un travail d’archéologue, ni un alignement d’effets mais un souffle vif et circulaire, vibratoire et uni. De l’enfoui à la lumière. Le cri intérieur, en quelque sorte.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.