La boutique des nouvelles musiques

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 51, 1 mars 2002

C’est un enregistrement déroutant auquel nous convie cette formation de Québec (comme son nom ne l’indique pas) dont les notes de presse nous précisent qu’il s’agit de leur second opus.

Déroutant, non parce que la musique en est inattendue. Au contraire, elle est parfaitement identifiable. Le paradoxe réside dans le fait qu’il s’agirait de plusieurs musiques identifiables. Un côté musique de chambre (deux pianos, deux violons ou altos en fournissent les éléments principaux), mâtinée de passages proches du cabaret (la voix de Andrée Bilodeau), d’accents plus jazz lors de fugitifs instants (avec en particulier les interventions des saxophones des invités Jocelyn Guillemet et Lyne Goulet), le tout rythmé par la basse, la guitare, et bien sûr les percussions, elles-mêmes parfois décalées et agrémentées d’instruments incompris manipulés par un invité (leur seul musicien dont le nom nous est familier), Pierre Tanguay. Et cela sans nuire à la fluidité de l’ensemble et à la cohérence du projet. Les titres eux-mêmes participent de cet esprit où l’absurde s’insinue presque logiquement dans une trame néo-dada: luthier sportif, un nescalier, un autre poisson dans l’mur…

"L’interférence sardines" ne révolutionnera certes pas la musique actuelle - ce n’est pas son propos - mais contribuera sûrement à introduire un instant de poésie et d’humour dans un(des) genre(s) musical(aux) trop souvent figé(s).

… un instant de poésie et d’humour…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.