La boutique des nouvelles musiques

Petit train va loin

Kathleen Lavoie, Le Soleil, 27 décembre 2001

Parler de DAME, la maison de disques québécoise de musique actuelle, c’est comme parler de la marge dans la marge. Sans la passion de ses artisans, la seule survivance tiendrait de l’utopie. DAME n’en demeure pas moins, depuis 10 ans, le canal de distribution privilégié des musiques dites, elles aussi, de la marge. Musicienne et fondatrice de la compagnie, Joane Hétu est celle qui prenait le pari, en 1990, de donner à la musique actuelle son point d’ancrage dans le paysage musical québécois.

«J’avais décidé de mon propre chef de fonder une maison de disques selon les règles du marché. De toute façon, avec Ambiances Magnétiques, l’une des étiquettes de DAME, on fonctionnait déjà en collectif depuis huit ans…» se rappelle la saxophoniste.

Ce noyau solide allait constituer le cœur de DAME (Diffusion Ambiances Magnétiques Etc.) qui compte aujourd’hui, outre ce label, les étiquettes Monsieur Fauteux m’entendez-vous?, OHM Éditions et AMIM.

«DAME est le prolongement d’Ambiances Magnétiques, mais c’est aussi devenu un chapeau pour plusieurs étiquettes. Quand je me suis lancée là-dedans il y a 10 ans, j’avais le goût d’offrir l’expertise d’Ambiances Magnétiques à d’autres groupes. C’est ce que j’ai fait», explique la directrice, fière de voir son entreprise traverser les années.

Le dixième anniversaire de DAME revêt donc une importance particulière pour la musicienne, qui organisait l’événement Superboom, au début du mois de décembre, pour souligner ce jalon. Pendant cinq jours, du 27 novembre au 1er décembre, 16 artistes apparaissant au catalogue de la maison se sont produits au Théâtre La Chapelle de Montréal. Parallèlement, neuf nouveautés discographiques, dont celle d’Interférence Sardines, ont été lancées.

«C’est un bon moment pour regarder en avant et en arrière. Je me suis aperçue que nous possédons un catalogue vraiment fantastique, des artistes chevronnés et une relève qui nous arrive avec de nouvelles propositions… De plus en plus, des jeunes s’identifient à notre façon de faire de la musique. J’ai longtemps eu l’impression qu’en musique actuelle, ça se passait en communauté. Là, je sens que ça grandit et se régénère. Je trouve ça très motivant», s’exclame la directrice, qui ne cache pas sa satisfaction devant la vigueur du genre musical.

Ce constat enchante Joane Hétu qui se fait, plus que jamais, un devoir d’encourager les démarches singulières. Selon elle, même les œuvres les plus anciennes inscrites au catalogue de DAME sentent le neuf.

«Superboom m’a permis de réentendre cette musique. Je me suis rendu compte de sa qualité. Ça tombe bien: DAME tient à la créativité et à l’imagination de ses artistes. C’est très vivant, raffiné. C’est une musique très accessible», soutient encore la directrice.

En plus de valoriser la musique actuelle, DAME représente une force de frappe, estime Joane Hétu, notamment devant les organismes subventionnaires.

La maison continuera de remplir ce mandat et tentera, du même coup, de se mettre au diapason de l’industrie du disque. Son prochain défi.

«DAME n’a pas fait son temps, mais devra s’adapter à la transformation d’un milieu en mutation.»

Heureusement, le public est de plus en plus curieux et les succès de DAME se multiplient, principalement en Europe, où ses productions trouvent un écho certain. L’avenir est prometteur.

Parmi les artistes qui ont enregistré sur étiquettes DAME depuis 10 ans se trouvent plusieurs grands noms de la musique actuelle, dont Jean Derome, René Lussier, Pierre Tanguay, Normand Guilbeault, Interférence Sardines et Fred Frith.

Sans la passion de ses artisans, la seule survivance tiendrait de l’utopie.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.